Coronavirus : "Minjat ! " prise d'assaut par les clients paniqués

 |   |  955  mots
La petite structure a mis en place un système de comptage afin de ne pas dépasser la dizaine de clients au sein du magasin.
La petite structure a mis en place un système de comptage afin de ne pas dépasser la dizaine de clients au sein du magasin. (Crédits : Minjat !)
Les supermarchés font partie des rares commerces encore ouverts. Les clients, craignant une pénurie en raison du contexte sanitaire, se ruent dans les commerces alimentaires en tout genre. C'est le cas de "Minjat !". Située aux portes de Toulouse, cette enseigne (à la fois marché local et cantine), spécialisée dans la vente de produits locaux Made In Occitanie, a vu sa fréquentation tripler ces derniers jours. Témoignage du fondateur et présentation de ce concept.

De nombreux Toulousains (et Français) ont eu la même idée. Après la première allocution, jeudi 12 mars, du président de la République, Emmanuel Macron, qui invitait les Français à limiter leurs déplacements et la seconde annonçant un confinement sur le territoire national, dès 12h ce mardi 17 mars, les supermarchés, déjà très fréquentés ces derniers jours, ont été complètement pris d'assaut.

"C'est la folie ! Les gens veulent venir chercher à manger à tout prix avec le confinement", témoigne Cyril Picot, co-fondateur de l'enseigne "Minjat !", située à Colomiers, près de Toulouse. À la fois marché local et cantine en circuit court, le petit commerce a vu sa fréquentation tripler durant les dernières 72 heures. Certains clients, soucieux de manquer de nourriture stockent, et ceux qui craignent de ne plus pouvoir sortir dans les jours qui viennent font le plein.

"Par exemple, samedi 14 mars, les gens ont dépensé en moyenne 15 euros de plus qu'un samedi habituel. Vendredi 13 mars, nous avons réalisé l'équivalant d'un samedi en accueillant plus de 600 personnes", illustre Cyril Picot.

Ainsi, les aliments les plus prisés par les consommateurs sont les denrées non périssables ou de première nécessité comme : le lait, les oeufs, la farine, le pain, les pommes de terre, le poulet, la viande rouge, etc.

"Nous devons être réapprovisionnés dans les 24h pour un certain nombre de produits. Les producteurs continuent de nous livrer, ils prévoient des approvisionnement pour nous. Notre modèle veut que nous travaillons en circuit court avec des partenaires locaux, de la région. De ce fait, ils ne sont pas très loin de nous et ont donc cette capacité à réagir vite", présente-t-il.

Des mesures de sécurité

Afin d'éviter la cohue, les prises de risque et suivre les consignes, "Minjat !" à mis au point un service de comptage à l'entrée du magasin pour limiter à une dizaine le nombre de clients présents dans les rayons. Des traçages au sol ont également été placés à l'intérieur du commerce afin de respecter les distances entre les personnes.

Minjat !

Devant la boutique, un protocole pour respecter la distance d'un mètre entre chaque personne a été mis en place. (Crédits photo : "Minjat !")

"Nous n'avons aucune consigne, nous nous sommes débrouillés avec une pharmacie pour fabriquer nous-même un produit désinfectant que nous mettons à disposition des clients à l'entrée du magasin. Nous comprenons la situation et je n'aimerais pas être à la place des personnes qui nous gouvernent, cela doit être compliqué, mais nous sommes dans le flou. Il n'y a pas assez de discipline de la part des citoyens et nous en premier. Nous aurions pu nous préparer différemment à la situation. Mais ce n'est pas l'heure de polémiquer", déplore-t-il.

Un panier contenant assez de denrées pour quatre personnes, pour une semaine, à base de viande, de fromage a été imaginé par les équipes de Minjat. Il est au prix de 63 euros et entièrement composé de produits locaux.

Minjat !

Le "kit du bien manger" composé par les équipes de "Minjat !". (Crédits photo : "Minjat !)

Le restaurant fermé

"Minjat !" dispose également d'une cantine, qui ne tourne plus depuis la décision du gouvernement de fermer les lieux publics non indispensables à la vie du pays, à savoir les restaurants, cafés, cinémas et discothèques. Et ce, jusqu'à nouvel ordre. Afin de ne pas perdre et gaspiller ses stocks de nourritures, la structure a mis en place un service de vente à emporter.

"Nous pouvons rester ouverts en tant que commerce alimentaire, mais il va falloir trouver les collaborateurs qui vont bien vouloir travailler dans ces conditions. En terme de marchandise, je ne suis pas inquiet. Notre santé et celle des collaborateurs m'inquiète", craint le dirigeant de l'entreprise qui compte aujourd'hui 25 collaborateurs.

Un modèle différent

Si durant cette situation de crise causée par la pandémie de Covid-19 "Minjat !" est prise dans un tourbillon d'affluence, comme le reste des commerces alimentaires, son modèle est bien loin de celui des géants de la grande distribution. Fondée il y a peine 18 mois, la boutique "Minjat !" a pris le contre-pied de la vente en ligne et de la mondialisation.

Elle a entièrement misé sur les circuits courts pour créer de la richesse et des emplois sur son territoire. La philosophie de la société repose sur la défense du bien manger local accessible à tous, au prix le plus juste tant pour le consommateur que le producteur. Ainsi, pour se démarquer sur un marché de l'alimentaire déjà très dense, elle compte plus de 2 000 références de produits "Made In Occitanie" dans ces rayons.

"Le but du jeu est de proposer tous les produits dont a besoin une famille au quotidien sur un même lieu. Nous travaillons avec plus de 220 producteurs de la région Occitanie. De plus, nous jetons très peu et optimisons nos matières premières.

En temps normal, plus de 300 clients franchissent chaque jour (du lundi au samedi, de 9h30 à 19h30) la porte du magasin pour venir faire leurs courses ou s'attabler à la cantine. Quelques 80 repas environ y sont servis chaque jour, directement préparés avec les produits uniquement disponibles en magasin.

En 2019, "Minjat !" a réalisé un chiffre d'affaires de 2,3 millions d'euros. Pour l'exercice en cours, l'entreprise espère atteindre les 3 millions d'euros de chiffre d'affaires, notamment grâce au développement d'un service BtoB de livraison de plateaux repas et corbeilles de fruits aux entreprises.

Lire aussi : Victime de son succès, "Drive tout nu" va ouvrir un second drive à Toulouse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :