Fram : l'ancien dirigeant Georges Colson s'est éteint

L'ancien PDG du voyagiste toulousain Fram, Georges Colson, est décédé dimanche 13 mars, à l'âge de 85 ans. Malgré les difficultés, il avait dirigé la société jusqu'à son dépôt de bilan en 2015 et la reprise par la société Karavel.

3 mn

L'ancien PDG emblématique de Fram, Georges Colson, s'est éteint à l'âge de 85 ans.
L'ancien PDG emblématique de Fram, Georges Colson, s'est éteint à l'âge de 85 ans.

La place toulousaine perd certainement l'un de ses dirigeants d'entreprise les plus emblématiques. Le réputé Georges Colson s'est éteint, dimanche 13 mars, des suites d'une longue maladie quelques jours après avoir soufflé sa 85ème bougie (il est né le 9 mars 1937 à Saint-Gaudens).

L'homme était connu à Toulouse pour son parcours au sein de l'entreprise de voyages Fram, installée dans la Ville rose. Autrefois dirigée par son beau-père, la société passe sous la direction de Georges Colson, comme président-directeur général, en 1991, suite à un passage comme responsable commercial. Après avoir un temps laissé la direction du groupe, tout en gardant la présidence du conseil de surveillance, il reprend la main en 2012, et la conserve jusqu'en 2015 et son dépôt de bilan.

Lire aussi 1 mnGeorges Colson reprend la présidence de Fram

Au début des années 2000, l'entreprise avait pourtant connu un succès sans discontinuité sous l'égide de Georges Colson, démocratisant le luxe de s'offrir un voyage à l'étranger. Mais le voyagiste toulousain Fram a vu son activité s'éroder et ce pour plusieurs raisons.

Fram et son passé douloureux

Tout est parti du Printemps arabe qui a touché de nombreux pays du Maghreb autour de l'année 2011. C'est le début du plongeon dans l'abîme pour Fram qui misait énormément sur ses destinations africaines. L'entreprise symbole d'une activité économique toulousaine florissante est alors mise en procédure de conciliation auprès du tribunal de commerce de Toulouse dès 2013 après l'érosion dangereuse de son chiffre d'affaires (410 millions d'euros fin 2010, 372 fin 2012 et 275 à la fin 2014). Une procédure qui devait éviter le redressement judiciaire voire la liquidation pure et simple. Par ailleurs, la société est minée par des conflits familiaux à sa tête, et parallèlement Fram ne prend pas le virage du web contrairement à ses concurrents.

Dès lors, en interne, s'engage une course à la recherche de fonds pour sauver le navire Fram et ses 1200 salariés, dont 680 en France. Finalement, la société de voyages dépose le bilan le 29 octobre, avant un placement en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce de Toulouse (TCT) dans la foulée. Au terme d'un processus d'enchères entre quatre candidats, sous l'égide du TCT, le groupe Karavel, soutenu par le fonds d'investissements LBO France, reprend l'ensemble des actifs du groupe Fram et 429 salariés le 25 novembre 2015, contre la somme de 10 millions d'euros.

Lire aussi 7 mnLa saga des promesses non tenues du voyagiste Fram

Lire aussi 2 mn"Fram a fait le plus dur pour se redresser"

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.