Autoroute Toulouse-Castres : le débat entre opposants et partisans prend de l’épaisseur

 |   |  643  mots
Deux tribunes au sujet de la future autoroute A69 devant relier Toulouse à Castres, ont été publiées.
Deux tribunes au sujet de la future autoroute A69 devant relier Toulouse à Castres, ont été publiées. (Crédits : Regis Duvignau)
Depuis que la déclaration d’utilité publique de la future autoroute Toulouse-Castres a été publiée au journal officiel par le gouvernement le 20 juillet dernier, le débat est de plus en plus musclé. Partisans et opposants s’opposent par tribunes interposées, alors que les élus locaux contre le projet doivent prochainement saisir le Conseil d’État.

Trente ans que le débat dure et pour autant, le sujet n'a jamais été aussi sensible. Depuis la publication le 20 juillet dernier de la déclaration d'utilité publique (DUP) de la future autoroute A69, qui doit relier Toulouse à Castres, la mobilisation contre le projet n'a jamais semblé aussi importante, du moins sur le plan médiatique.

Pour rappel, cette infrastructure autoroutière, qui devrait faire 54 kilomètres de long selon les dernières études, doit permettre de relier le bassin d'emplois Castres-Mazamet (qui abrite notamment les laboratoires Pierre Fabre) à Toulouse. Contre environ 7,50 euros, le trajet sera réalisable en 45 minutes, contre plus d'une heure actuellement.

Lire aussi : La future autoroute Toulouse-Castres déclarée d'utilité publique

Sa date de réalisation sera communiquée dans les prochaines semaines par le gouvernement, au moment de la présentation de la Loi Mobilité, actuellement préparée par la ministre des Transports, Élisabeth Borne. Mais déjà, certains s'inquiètent des conséquences que pourraient avoir cette infrastructure sur le plan naturel de ce territoire surnommé "La Petite Toscane".

Éric Anceau, cet historien qui enseigne le XIXe siècle à l'université de la Sorbonne, craint que le visage de cette zone géographique du Tarn soit complétement chamboulé par l'arrivée d'une autoroute dans le secteur. Il va même jusqu'à dire que des villages sont "menacés".

Deux tribunes qui s'opposent dans Le Figaro

La veille de ces publications sur le réseau social Twitter, un autre discours est venu appuyer ses propos. Dans une tribune parue dans le journal Le Figaro jeudi 16 août, Anne-Sophie Letac, une enseignante en géopolitique au lycée Lavoisier de Paris, n'a pas manqué de critiquer le choix d'une nouvelle autoroute, tout en mettant en avant ce territoire.

"Pour résoudre le problème d'un bassin d'emploi, la vitesse, la pollution et la destruction de l'environnement sont les premiers, voire les seuls remèdes envisagés. La ringardise tient lieu d'imagination à des élus, des chefs d'entreprise, des promoteurs immobiliers qui n'ont pas compris qu'à l'avenir les territoires comme ce petit morceau de Tarn seront des richesses convoitées pour leur rareté, pour leur silence, pour leur terre".

De son côté, l'enseignante préconise plutôt de mettre en place le projet d'aménagement de la RN 126, proposé par les élus locaux opposés à l'autoroute. D'ailleurs, ces derniers doivent déposer dans les prochains jours trois recours contre la DUP auprès du Conseil d'État .

Lire aussi : Autoroute Toulouse-Castres : trois recours vont être déposés

 Cette prise de position n'a pas tardé à faire réagir les partisans à l'autoroute entre Castres et la Ville rose. Jacques Limouzy, ancien ministre et ancien président de la communauté d'agglomération Castres-Mazamet, lui a répondu dans une autre tribune dans les colonnes du Figaro le 22 août.

"Le texte d'Anne-Sophie Letac semble nous vouer à n'être qu'un coin miraculeux de la France profonde dont la grâce toscane doit être protégée. Nous y souscrivons, mais à condition de ne pas devenir un conservatoire ou une réserve", lance l'ancien élu.

Avant de lancer un avertissement en guise de conclusion :

"La généalogie industrielle et commerciale de l'agglomération Castres-Mazamet démontre que la compétence internationale, conjuguée avec les savoir-faire locaux, a permis de développer notre économie, de la diversifier et de la maintenir vivace encore aujourd'hui, pour maintenir nos emplois. Notre croissance et notre compétitivité dépendent donc étroitement de notre accessibilité... Si nous refusons les moyens propres à notre développement, ce ne seront pas nos villages qui disparaîtront, mais nos villes qui deviendront des villages".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2018 à 18:06 :
j'ai reçu un email de la tribune me disant qu'un internaute avait répondu à mon commentaire.Je ne vois ni mon commentaire ni bien entendu la réponse.??????
a écrit le 27/08/2018 à 9:32 :
"La ringardise tient lieu d'imagination à des élus,"

Aéroports, autoroutes, transports routiers sans arrêt favorisés, ce n'est plus de la ringardise, c'est de la corruption entre politiciens et hommes d'affaires avérée et tout le monde le sait.

Mais on se doute que vous ne pouvez pas le dire...

"Gagnant-gagnant ?" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/DESCAMPS/52924
a écrit le 27/08/2018 à 6:07 :
L'autoroute reliant Albi a Toulouse etait deja une heresie. Le merveilleux calme de la vallee du Tarn est mort. Marssac, Lagrave, Gaillac, et les patelins jusqu'a Tolosa sont devenus deserts et transformes en dortoir. Les locaux abandonnent la terre aux promoteurs. Dommage, c'etait un chouette coin.
a écrit le 26/08/2018 à 18:28 :
Contrairement à ce qu'il voulait dire , cet ancien ministre ancien député ancien maire nous démontre ici , qu'à Castres avec la compétence , le savoir faire , la diversification, ça marche. Le développement s'est réalisé . Mazamet et Castres ont su tourner le dos au cuir et au textile et entrer dans l'ère des services , des nouvelles technologies, de la recherche , de l'enseignement supérieur et les Castrais s'y plaisent car c'est une ville à taille humaine où il fait bon vivre. Le nombre de chômeurs n'y est pas plus élevé que dans bien d'autres villes équivalentes de France et même d' Occitanie.

Son seul argument : seule ville de plus de 100.000 habitants non reliée à sa métropole régionale.Un peu léger , car ce n'est ni un critère de réussite , ni un critère de développement mais un facteur de redéploiement productif et économique bien souvent au détriment du plus petit des deux pôles reliés. Mais bon , les rancoeurs vieilles de trente ans , quand on était à l'apogée du tout automobile , on peut les comprendre mais pas les accepter.C'était un autre monde , l'ancien monde
Réponse de le 27/08/2018 à 17:35 :
Cher Zorroz, je suis entièrement d'accord avec vous, c'est exactement le sens de ma tribune du Figaro. En effet, je ne suis pas du côté d'une nostalgie paysagère, mais au contraire du côté de ce qui me semble la modernité : aucune autoroute ne dynamisera Castres en soi, vous le dites très bien en montrant que cette ville est DÉJÀ tournée vers l'avenir. En revanche, le patrimoine, les villages, l'air, l'absence de pollution sonore sont des trésors inestimables qui ne gênent nullement le développement moderne mais en font partie intégrante. Le tout automobile, c'est terminé.
a écrit le 25/08/2018 à 19:53 :
Préparer l'arrivée de l'autoroute plutôt que la freiner…..

Bizarre cet article d'une "illustre" péronnelle dans le Figaro dont on connait l'orientation politique….Après les réactions des écologiste, staliniens, insoumis et autres alternatifs, il démontre que l'autoroute de Toulouse/Castres-Mazamet n'est ni de droite ni de gauche, mais d'intérêt général , peut être même macronien !!!!!!
Les argument développés dans l'article du Figaro sont largement inspiré par les crypto-ninbyste de la vallée du Girou qui s'accrochent, sans peur du ridicule, à un aménagement sur place démocratiquement retoqué de longue date dans le débat public mais aussi l'enquête publique et les différents sondages d'opinion…..

La réaction cinglante du vieux routier politique du Sud du Tarn est sans appel.
Les acteur politiques et sociaux économiques du Sud du Tarn ne doivent plus perdre du temps en réagissant aux humeurs d'opposants minoritaires, mais se concentrer sur l'optimisation des impacts économiques et sociaux et l'atténuation des conséquences humaines, agricoles et environnementales dans les territoires traversés…
Au delà du formalisme du Schéma de Cohérence Territoriale du Pays d'Autan/Cocagne, on aimerai bien voir les élus de l'agglomération de Castres- Mazamet et de Sor/Cocagne s'impliquer dans un projet de territoire en lien avec la métropole toulousaine
Dommage aussi que des élus minoritaires de certaines communes de la vallée du Girou s'entêtent dans leur volonté d'obstruction à une réalisation d’intérêt régional , en sus d'être public, plutôt que de coopérer à sa mise en œuvre et limiter son effet tunnel.

C'est peut être ça le mal français ou occitan, qui ne voit pas le point d'équilibre entre le social, l'économique et l'environnemental !.
a écrit le 25/08/2018 à 19:44 :
Préparer l'arrivée de l'autoroute plutôt que la freiner…..

Bizarre cet article d'une "illustre" péronnelle dans le Figaro dont on connait l'orientation politique….Après les réactions des écologiste, staliniens, insoumis et autres alternatifs, il démontre que l'autoroute de Toulouse/Castres-Mazamet n'est ni de droite ni de gauche, mais d'intérêt général , peut être même macronien !!!!!!
Les argument développés dans l'article du Figaro sont largement inspiré par les crypto-ninbyste de la vallée du Girou qui s'accrochent, sans peur du ridicule, à un aménagement sur place démocratiquement retoqué de longue date dans le débat public mais aussi l'enquête publique et les différents sondages d'opinion…..

La réaction cinglante du vieux routier politique du Sud du Tarn est sans appel.
Les acteur politiques et sociaux économiques du Sud du Tarn ne doivent plus perdre du temps en réagissant aux humeurs d'opposants minoritaires, mais se concentrer sur l'optimisation des impacts économiques et sociaux et l'atténuation des conséquences humaines, agricoles et environnementales dans les territoires traversés…
Au delà du formalisme du Schéma de Cohérence Territoriale du Pays d'Autan/Cocagne, on aimerai bien voir les élus de l'agglomération de Castres- Mazamet et de Sor/Cocagne s'impliquer dans un projet de territoire en lien avec la métropole toulousaine
Dommage aussi que des élus minoritaires de certaines communes de la vallée du Girou s'entêtent dans leur volonté d'obstruction à une réalisation d’intérêt régional , en sus d'être public, plutôt que de coopérer à sa mise en œuvre et limiter son effet tunnel.

C'est peut être ça le mal français ou occitan, qui ne voit pas le point d'équilibre entre le social, l'économique et l'environnemental !.
Réponse de le 27/08/2018 à 18:39 :
"atténuation des conséquences humaines, agricoles et environnementales dans les territoires traversés."
Vous avouez vous même que ce goudronnage de notre campagne va être néfaste, c'est déjà bien. Alor pourquoi vouloir continuer? pour gagner 15mn ?
Les futurs utilisateurs auront-ils les moyens de payer 300€ par mois? alors qu'aujourd'hui ils roulent gratuitement sur des nationales qui ont été largement améliorée.
Les routiers qui eux ne vont pas vouloir augmenter leurs coûts de transport, vont passé par les itinéraire bis, et donc augmenter les risques et la pollution. Mais cela ne vous concerne par car vous semblez avoir le moyen de payer l'autoroute.
a écrit le 25/08/2018 à 16:56 :
Les ponts s'écoulent et pourtant les responsables en souhaitent de nouveaux... tout ça payé par le peuple pour leur entreprises de destruction!
Halte à la gabegie !
a écrit le 25/08/2018 à 14:56 :
vous parlez de région nouvelle Aquitaine, le Tarn est dans la région Occitanie !
Albi a son autoroute, Castres en a besoin pour son développement sinon les laboratoires Fabre risquent de partir …..
a écrit le 25/08/2018 à 11:55 :
Tout cet argent pour finalement gagner un quart d'heure sur 1h de trajet
Il vaudrait mieux réaménager la voie existante ça coûtera moins cher et on gagnera quand même un peu de temps et finalement l'autoroute par rapport à ça te ferait gagner que quelques minutes
Arrêtons la gabegie
Il manque plus qu'une ligne TGV Castres Toulouse qui mettrait Toulouse à 25 minutes de Castres et comme ça Castres deviendra une cité-dortoir
Bravo les politiques l'appétit électoraliste de ces personnages n'a pas de limite
Et enfin afin de remettre les pendules à l'heure Castres ne fait que 44000 habitants
Réponse de le 26/08/2018 à 11:34 :
45 000 habitants et un laboratoire mondialement connu !
pourquoi Castres n'aurait pas le droit de se développer ?
Réponse de le 26/08/2018 à 21:40 :
1- l'autoroute servira a desservir une agglomération de 85 000 habitants et un bassin de plus de 100 000 habitants.

2- des villes plus petites sont bien desservie par l'autoroute.

3- ce n'est pas 15 minutes que l'autoroute fera gagner mais pratiquement une demie heure. Et oui n'oubliez pas que depuis le 1er juillet il faut roulez à 80 km heure sur cet axe l article n'est pas à jour.

4- cet autoroute va au delà de castres et mazamet. Le.departement de l'Hérault lancé plusieurs projet d'aménagement l'axe castres Béziers sur son territoire. Dans le futur cet axe constituera un excellent itinéraire bis à l'autoroute Narbonne Toulouse.
a écrit le 25/08/2018 à 11:41 :
Ils vont en bouffer du béton les habitants du coin. Bon le profit ira à des entreprise comme Vinci qui se goinfre de bénéfice grace aux autoraoutes. Les mêmes politiciens qui sont pour la destruction des paysages par la construction d áutooute (alors que le doublement de la route nationale est possible ( et en plus celle-ci resterait gratuite!)) sont ceux qui donnent les permis deconstruire à outrance par ces zones commerciales ou industrielle à l´entrée des villes sans un arbre et franchement immonde (si vous allez vers Montauban, au nord tout est bétonné sur 5 km avant d´entrer en ville, au sud l ímmonde zone de Sapiac avec ses hectare de parking et panneaux publicitaires autour du Leclerc).
A se demander s´ils mangent du bétons ces politiques. Il doit se sentir vraiment seul l ´actuel ministre de l ´écologie avec tous ces pro-destructions des paysages et milieux naturel.
Bref, déprimant...
a écrit le 25/08/2018 à 7:53 :
les professeurs parisiens peuvent rester a paris. ont ils deja circule dans notre region ? petite Toscane , cette appellation va bien dans la bouche d ingenieurs ou dadminidrateurs eloignes de la realite du terrain.
l autoroute est indispensable sinon le sud du tarn deviendra une reserve avec ses caillous du sidobre a voir...
Réponse de le 25/08/2018 à 13:25 :
Tout ça pour gagner 15 mn !!! Oui j'ai habité 10 ans cette région et comprend celles et ceux qui ne veulent pas de l'autoroute .
Qu'on remette déjà le 90 et meme le 100 à la place du 80 et il n'y aura plus que 5 mn d'écart . Mieux encore : qu'on enlève tous les radars de cette route et on aura gagné ces fameuses 15 minutes .
a écrit le 25/08/2018 à 5:12 :
Je me pose de graves questions: compte tenu que le déficit budgétaire pour 2019 et notre dette s'aggraveront certainement, cet autoroute coûtera-elle plus cher qu'une pataugeoire pour Président (qui préfère la mer), qu'un bombardement en Syrie (avec qui nous ne sommes pas en guerre) ou les ponts en voie d'effondrement dans l'hexagone?
a écrit le 24/08/2018 à 20:20 :
cf. article Bloomberg ci-dessous avec le 3e graphe qui montre la progression du réseau autoroutier en Italie/France/Allemagne entre 1995 et 2015 :
https://www.bloomberg.com/view/articles/2018-08-21/fixing-italy-s-infrastructure-after-genoa-bridge-collapse
cela progresse beaucoup plus en France que dans les deux autres pays.
a écrit le 24/08/2018 à 20:17 :
Dans le titre il est précisé Nouvelle Aquitaine. Castres et Toulouse se trouvent en Occitanie.
Ma fille en 6ème connait mieux la géographie que les pseudo journalistes de La Tribune.
a écrit le 24/08/2018 à 18:39 :
Ce Monsieur a été Ministre, c'est dire combien il est incompétent en économie ...
Fondamentalement, le développement économique passe par la valorisation de nos actifs immatériels (Paysages, terroirs, ...). Abîmer l'environnement est un calcul de personnes à courte vue (ou influencées par des lobbies)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :