Aida, le robot à quatre pattes veut révolutionner la livraison en ville

 |   |  938  mots
Contrairement à ses concurrents, Aida est capable d'éviter les obstacles urbains
Contrairement à ses concurrents, Aida est capable d'éviter les obstacles urbains (Crédits : Unsupervised)
Le robot autonome Aida développé par deux jeunes diplômés de l’Isae-Supaéro au sein de la startup Unsupervised.ai, devrait bientôt permettre de livrer en ville des colis au pas de la porte du destinataire.

"Livrer n'importe quoi, n'importe où, n'importe quand". C'est l'ambition d'Alexis Theallier et Clément Jambou, deux anciens membres du club de robotique de l'Isae-Supaero de Toulouse et fondateurs de la startup Unsupervised.ai. Avec leur robot quadrupède Aida, ils souhaitent révolutionner la livraison en milieu urbain en apportant des colis jusqu'à 15 kg 24h/24 et 7j/7, au pas de la porte de leur destinataire ou à n'importe quelle position géolocalisée.

"L'Américain Boston Dynamics a déjà conçu de tels robots, mais pour l'armée ou la recherche à des coûts très élevés - entre 300 000 et 400 000 euros - et en peu d'exemplaires, explique Alexis Theallier. À l'inverse, la fabrication d'Aida n'est pas plus onéreuse que celle d'un scooter électrique, ce qui nous permettra d'avoir une flotte beaucoup importante et de déployer notre service de livraison à l'échelle des grandes villes".

Actuellement, la livraison représente 60% du prix de la commande du client. La jeune pousse Unsupervised.ai espère avec son service de livraison faire chuter à long-terme les tarifs du marché et ramener à un euro seulement le coût de livraison.

Un robot capable de gravir les marches du perron

Sur le territoire américain, la société Starship Technologies teste déjà un service de livraison robotisé apte à transporter des charges jusqu'à 18 kg dans un rayon de 5 km. Mais son robot sur roues connaît quelques déconvenues. Il parvient difficilement à éviter les obstacles urbains comme un arbre ou une poubelle, et ne peut gravir les trottoirs ou se relever en cas de chute.

C'est pourquoi Unsupervised.ai a choisi de développer un robot autonome sur quatre pattes. Aida est spécialisé dans le "last 50 meters delivery", c'est-à-dire dans la livraison des colis jusqu'au pas de la porte. En effet, l'engin sera capable d'interagir avec l'environnement : gravir un trottoir, les marches d'un perron, se hisser sur ses deux pattes arrières pour appuyer sur une sonnette... Ainsi, l'objectif final est de transporter plusieurs Aida par camion - véhicule autonome dans le futur - et de les lâcher dans un périmètre de livraison dans lequel chaque robot apporte son colis à la bonne adresse.

aida 2

Aida peut gravir un trottoir, les marches d'un perron ou se hisser sur ses deux pattes arrières pour appuyer sur une sonnette (Crédits : Unsupervised.ai).

Pour octroyer toutes ces fonctionnalités à Aida, Alexis Theallier et Clément Jambou utilisent la simulation et les dernières techniques de machine-learning appliqués à la robotique : le robot apprend des scénarios ou se forme par lui-même avec ses expériences sur le terrain.

D'abord viser une clientèle d'établissements privés

"Notre robot terrestre est également moins dangereux qu'un drone qui risquerait de tomber et dont la réglementation interdit d'ailleurs la circulation en ville, précise Alexis Theallier. Bien sûr, la loi européenne est aussi très stricte et les robots autonomes terrestres ne sont pas encore autorisés dans l'espace public. Nous allons donc d'abord lancer notre produit aux États-Unis, et en Europe à destination d'établissements privés".

Ainsi, dans sa stratégie à court terme, Unsupervised.ai vise une clientèle dans l'industrie 4.0 (usines, campus industriels), les chantiers ou les campus universitaires. Avec Aida, l'ouvrier n'aura plus besoin de traverser son site industriel pour se procurer une pièce ou un outil, l'étudiant ne parcourera plus des kilomètres pour se procurer un snack. Plusieurs grands groupes français et étrangers sont déjà intéressés par le concept. En outre, d'ici trois ans, la startup compte établir un réseau Aida dans une ou plusieurs villes américaines, et investir l'espace public européen une fois la réglementation assouplie.

aida 3

Pour développer les fonctionnalités du robot quadrupède, Unsupervised.ai simule ses mouvements sur ordinateur (Crédits : Unsupervised.ai).

Un business angel de l'Isae-Supaéro

Fondée en décembre 2016, Unsupervised.ai a d'abord passé quatre mois au sein de l'incubateur et accélérateur HAX à Shenzhen (Chine), ville appelée la "Silicon Valley du hardware" où sont fabriqués Iphones, casques Bose et autres produits électroniques. La jeune pousse a pu y construire son premier prototype grâce à une aide de 100 000$ octroyée par l'incubateur.

Puis, en juin 2017, la startup a reçu la bourse French Tech emergence à la hauteur de 45 000 euros. À ce jour, la société poursuit son développement entre Shenzhen, Paris et San Francisco avec les fonds investis par son business angel, un ancien élève de l'Isae-Supaero.

Lire aussi : L'Isae-Supaero crée un laboratoire dédié aux "concepts spatiaux avancés"

Unsupervised.ai conserve d'ailleurs d'étroits liens avec l'école d'ingénieurs toulousaine puisqu'elle emploie actuellement un de ses élèves en stage pour la conception mécanique, et va proposer une série de projets autour d'Aida à sa filière "Systèmes autonomes" pour l'année 2017/2018. De plus, la startup prévoit de concrétiser sa première levée de fonds d'un million d'euros au mois de septembre.

"Clément va préparer la mise sur le marché d'Aida aux États-Unis depuis San Francisco, et pour ma part, je retourne à Shenzhen six mois pour pallier les défauts de conception de notre prototype et améliorer son design, planifie Alexis Theallier. L'objectif est de revenir en France début 2018 avec cinq robots prêts à débuter les tests en environnement".

Unsupervised.ai se lance aujourd'hui sur un marché de la livraison en pleine croissance, qui devrait représenter 80 milliards de dollars en 2020.

Lire aussi : Comment sécuriser la coopération entre l'homme et le robot ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2017 à 0:06 :
Projet très intéressant ! Envisagez-vous d'autres applications que la livraison pour vos étonnants robots quadripèdes ? Merci, bonne continuation à vous, et voyage avec nous.
Cordialement,
Alan

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :