Troisième ligne de métro : le conseil scientifique opte pour une correspondance vers l'aéroport

 |   |  451  mots
Les décideurs économiques prônent depuis des années une liaison directe qui permettrait de relier sans rupture de charge l'aéroport et la gare SNCF.
Les décideurs économiques prônent depuis des années une liaison directe qui permettrait de relier sans rupture de charge l'aéroport et la gare SNCF. (Crédits : Rémi Benoit)
Le conseil scientifique a rendu ce jeudi 30 novembre son avis sur la meilleure manière de desservir l'aéroport via la future troisième ligne de métro de Toulouse. Plutôt qu'une station de métro à l'aéroport, le conseil s'est rangé derrière l'avis de Tisséo avec une correspondance en tram qui devrait relier toutes les cinq minutes la plateforme aéroportuaire.

Faut-il oui ou non que la future troisième ligne de métro ait une station de métro à l'aéroport Toulouse-Blagnac ? Les décideurs économiques (la CCI en tête) prônent depuis des années une liaison directe qui permettrait de relier sans rupture de charge l'aéroport et la gare SNCF. Pourtant, ce n'est pas l'option qui a été retenue par Tisséo, le volume de passagers concerné ayant été jugé trop faible. Début juillet, le réseau de transports a annoncé que les usagers de la troisième ligne de métro devront descendre à la station Jean Maga et prendre le tram (cadencé toutes les cinq minutes) vers l'aéroport.

Les acteurs économiques n'ont pas caché leur déception. À l'instar d'Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance de l'aéroport qui déclarait cet été :

"À l'heure où l'aéroport investit fortement pour devenir une porte d'entrée internationale aux plus hauts standards de qualité, l'absence de liaison directe avec la gare SNCF et les pôles économiques de Toulouse nous semble préjudiciable à l'attractivité du territoire" même si l'aéroport reconnaît que la navette-tram "constituera une avancée en réduisant les temps de transport entre l'aéroport et la métropole".

La station de l'aéroport empruntée seulement par quelques milliers de personnes par jour

Un conseil scientifique (composé d'experts indépendants de Tisséo) a été missionné pour se prononcer sur l'itinéraire choisi pour la troisième ligne de métro. Ce jeudi 30 novembre, le conseil a rendu son avis sur la desserte de la zone aéroportuaire. Comme Tisséo, il ne privilégie pas une desserte directe de l'aéroport.

"Même avec la croissance attendue de la fréquentation de l'aéroport d'ici 2030, seulement 8 000 à 10 000 personnes prendrait le métro pour rejoindre l'aéroport alors que la zone aéroportuaire représente  100 000 emplois. Nous estimons que 35 à 55 000 passagers pourraient emprunter chaque jour une ligne de métro desservant la zone aéroportuaire ", observe Patrick Vandevoorde, président du comité scientifique chargé d'évaluer les alternatives au projet de 3e ligne du métro.

Le conseil scientifique fait également remarquer qu'une liaison directe de l'aéroport n'aurait pas permis de desservir le site d'Airbus à Saint-Martin-du-Touch (10 000 emplois).

La structure opte donc comme Tisséo pour une desserte en tram de l'aéroport depuis la future station de métro Jean Maga en veillant à ce qu'il y ait un tram toutes les cinq minutes. Cette option coûterait 50 millions d'euros (contre au moins 250 millions d'euros pour une liaison directe). Le conseil scientifique n'a qu'un rôle purement consultatif, il n'a pas le pouvoir de décider le tracé du métro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2017 à 10:26 :
Aucune des 2 lignes actuelles ne dessert ni Blagnac ni Ernest Wallon. Faut le faire au pays d’Airbus et du Stade Toulousain. Je rejoins Filoustyle sur les scientifiques de Tisseo.
a écrit le 01/12/2017 à 17:02 :
On les connaît les scientifiques chez Tisseo
- Ligne T1 qui dessert pas l'aéroport résultat 70 millions de plus pour la T2
- Ligne À du métro avec 3 Stations trop courte 180 millions pour les rallonger
- Ligne À du métro qui s'arrête à Jolimont coût 196 millions pour aller à Balma Gramont
Et tout ce beau monde avait pourtant estimé le nombre de voyageurs résultat de leurs incompétence = 446 millions d'€ ils nous ont coûtés, combien coûtera l'erreur de ne pas desservir l'aéroport ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :