Le téléphérique toulousain plus cher que prévu

 |   |  652  mots
Le téléphérique toulousain voit sa facture augmenter.
Le téléphérique toulousain voit sa facture augmenter. (Crédits : Poma)
Lors du conseil syndical de Tisséo mercredi 22 novembre, un nouveau tracé pour le téléphérique urbain toulousain a été dévoilé. Cette modification engendrera un "surcoût de quelques millions d'euros". Par ailleurs une étude de faisabilité est lancée afin de créer une autorité organisatrice à l'échelle de l'agglomération qui coordonnerait l'ensemble des politiques "vélo" des intercommunalités.

Quand les travaux du futur Téléphérique Urbain Sud de Toulouse vont-ils pouvoir démarrer ? L'arrivée de ce mode de transport qui doit relier l'université Paul-Sabatier à l'Oncopole, en passant par le CHU de Rangueil, est retardée depuis plusieurs mois par un cycle de négociations avec le lycée Bellevue. En effet, depuis le dévoilement du tracé, Tisséo faisait face à une forte contestation des élèves, de leurs parents et de l'équipe pédagogique de l'établissement, qui refusaient d'accueillir une des trois stations du téléphérique devant le lycée comme cela été prévu.

"Face au refus du lycée Bellevue du survol de ses salles de classes, nous avons étudié 10 alternatives d'implantation en prenant en compte les demandes de l'établissement scolaire, les critères d'efficacité des transports (intermodalité et accessibilité, nldr), le coût financier du changement de tracé et les incidences en terme de planning. Ainsi, en présence de la Région, du rectorat, Tisséo a présenté mardi 17 octobre au conseil d'administration du lycée l'ensemble des solutions étudiées. L'analyse comparative a permis de dégager un consensus unanime pour une implantation de la station à l'Est de la route de Narbonne, côté campus universitaire et non plus côté lycée", explique Francis Grass, président de Tisséo Ingénierie.

Par ailleurs, la révision du tracé a permis de développer l'intermodalité avec les infrastructures déjà présentes sur place. "La station du téléphérique a simplement traversé la rue. Le point de départ sera beaucoup plus proche que prévu de la station de métro Paul-Sabatier et de la gare de bus Tisséo à proximité. C'est mieux que le projet initial car nous serons vraiment en intermodalité avec le métro et le réseau bus. Cette concertation a permis d'aboutir à un projet grandement amélioré", juge Jean-Michel Lattes, le président du réseau Tisséo.

Problème, cette modification du tracé va entraîner "un surcoût de quelques millions d'euros", admet sans plus de précisions Francis Grass, mais aussi un retard dans le calendrier. Il a par ailleurs annoncé que la Région Occitanie va faire une demande afin que le projet bénéficie des fonds Feder, les Fonds européens de développement régional. Pour rappel, le téléphérique devait initialement coûter environ 50 millions d'euros et être livré au début de l'année 2020.

Des vélos en libre-service dans toute l'agglomération ?

Il a aussi été question de vélo lors de ce conseil syndical. Dans une agglomération toulousaine où la moitié des déplacements des habitants font moins de trois kilomètres, une distance pour laquelle le vélo est le mode le plus efficace, Tisséo veut développer son utilisation. Pour cela, il a été acté le lancement d'une étude de faisabilité juridique, technique et financière pour la création d'une structure à l'échelle de l'agglomération et regroupant toutes les intercommunalités, afin de coordonner les politiques cyclables de ces dernières.

"Actuellement, les intercommunalités réalisent chacune de leurs côtés leurs projets en matière de vélo. Ces méthodes entraînent un problème de connexion entre les différentes parties du réseau cyclable de l'agglomération toulousaine. Une telle structure permettrait, non seulement de coordonner toutes ces politiques, mais aussi de réaliser de longs projets (pistes cyclables, nldr) sur plusieurs intercommunalités", justifie Jean-Michel Lattes.

Dans la foulée de cette annonce, Tisséo a lancé une seconde étude de faisabilité pour déployer à terme un service de location vélo à l'échelle de toute l'agglomération toulousaine. Aujourd'hui, les vélos en libre-service sont disponibles uniquement dans la Ville rose avec 283 stations réparties dans tout le centre-ville.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2017 à 9:30 :
Quand le vent souffle dans les stations de ski, on arrête les téléphériques. Comment avec ce téléphérique compte-t-on proposer un moyen de transport fiable et régulier dans une région très souvent balayée par le vent d'Autan?
a écrit le 24/11/2017 à 3:52 :
Les velos gratuits ! Bien sur, repercutes sur les impots locaux ?
Tout a un prix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :