Future capitale à Toulouse : Jean-Luc Moudenc (aussi) fait entendre sa voix

 |   |  495  mots
Jean-Luc Moudenc souhaite que la préfecture et les services centraux du futur Conseil régional soient à Toulouse
Jean-Luc Moudenc souhaite que la préfecture et les services centraux du futur Conseil régional soient à Toulouse (Crédits : Rémi Benoit)
Vendredi 19 juin en conseil municipal, les élus de la Ville de Toulouse se sont prononcés en faveur de Toulouse pour accueillir la future capitale de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Ce n'est pas une surprise mais, à l'heure où le maire de Montpellier hausse le ton pour que sa ville ne soit pas oubliée dans le processus de fusion, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, se positionne. Il affirme qu'en plus de la préfecture, les services centraux du futur Conseil régional doivent également rester dans la Ville rose. Il rejoint d'ailleurs sur ce point la candidate socialiste Carole Delga.

"Saisi par le Préfet, en application de la loi, sur le choix de la future capitale régionale, je suis bien entendu en faveur de Toulouse", a déclaré Jean-Luc Moudenc vendredi 19 juin lors du conseil municipal.

Sans grande surprise, la quasi-totalité des élus (EE-LV s'est abstenu) a suivi le maire sur cette délibération à propos de l'implantation de la future capitale régionale à Toulouse.

"Je ne laisserai pas Toulouse être dépouillée"

Néanmoins, au-delà de la simple approbation (le choix de Toulouse était proposé par le préfet préfigurateur Pascal Mailhos), Jean-Luc Moudenc a tenu à délivrer une position ferme sur la question.

"Bien entendu, le choix d'implantation des Directions de l'État devra être juste et pertinent. Je ne laisserai pas Toulouse être dépouillée de domaines d'action dans lesquels elle devance Montpellier !", écrit-il dans un communiqué.

Une déclaration qui détonne par rapport au climat de coopération et de sérénité que Jean-Luc Moudenc et Philippe Saurel (le maire de Montpellier) ont mis en place depuis plusieurs mois, répétant qu'il n'y a pas de compétition entre les deux villes.

jean-Luc Moudenc et Philippe Saurel

--> Jean-Luc Moudenc et Philippe Saurel à Toulouse le 23 janvier 2015

Le maire de Toulouse se dit par ailleurs favorable à une répartition du futur Conseil régional entre Toulouse et Montpellier, comme le suggère la candidate socialiste Carole Delga.

"Les services centraux du futur Conseil régional doivent bien sûr rester à Toulouse. Qu'ils se situent dans une autre ville que la préfecture de Région n'aurait aucun sens ! De même, pour un champ d'action donné, les services de l'État et ceux de la Région devront se situer dans la même ville. Par exemple, si le rectorat est implanté à Toulouse, la direction de l'Éducation du Conseil régional doit être implantée à Toulouse. C'est l'assurance d'une homogénéité dans le travail de tous les acteurs publics", poursuit Jean-Luc Moudenc.

"Enfin, à titre symbolique, il me semble tout à fait envisageable que les sessions du Conseil régional se tiennent à Montpellier", conclut-il, reprenant là encore la proposition de la socialiste. Carole Delga a par ailleurs reconnu la semaine dernière à Toulouse que si les assemblées plénières de la future région se tiennent à Montpellier, "il faudra probablement envisager quelques travaux d'agrandissement".

Calendrier

Pour rappel, le dernier mot revient au gouvernement, qui devra désigner la future capitale régionale cet été (c'est-à-dire là où siègera la préfecture). En ce qui concerne le Conseil régional, c'est la nouvelle assemblée élue en décembre 2015 qui décidera, dans les premiers mois de 2016.

Ces derniers mois, la lutte d'influence Toulouse / Montpellier a largement occupé le débat, au grand damn de certains élus, notamment le candidat EE-LV Gérard Onesta, qui affirmait dans nos colonnes le 21 mai dernier que "cette guéguerre d'égo encombre le débat au-delà du raisonnable."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 22:57 :
Vu le dynamisme de Moudenc, les toulousains ont du souci à se faire...
a écrit le 23/06/2015 à 22:53 :
Ça suffit de tergiverser. On met tout à Toulouse. De toute façon, c'est ce qui se passera à la fin.
A quoi ça sert de répartir le conseil régional entre les deux villes????? Où seront les économies?
a écrit le 23/06/2015 à 9:21 :
et bien moi je suis pour Montpellier déçue par la façon dont sont considérés les citoyens de Toulouse , de plus ils y aussi des locaux et suffisamment,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :