Isolé, Dominique Reynié (LR) ne veut pas retirer sa liste au second tour

 |   |  1026  mots
Dominique Reynié est arrivé en 3e place du premier tour des régionales en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées avec 18,84% des voix.
Dominique Reynié est arrivé en 3e place du premier tour des régionales en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées avec 18,84% des voix. (Crédits : Rémi Benoit)
Dominique Reynié est le seul candidat des Républicains en France (avec celui de la Corse) à être arrivé en 3e place du premier tour des régionales. En Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, il a en effet obtenu 18,84% des voix. Peu de ses colistiers étaient présents dimanche soir au QG de campagne. Jean-Pierre Raffarin a même demandé le retrait de sa candidature mais Dominique Reynié et son équipe assurent qu'il n'en est pas question.

Drôle d'ambiance dimanche soir au QG de Dominique Reynié. Une dizaine de militants sont rassemblés dans un hôtel de la place Wilson à Toulouse. Ni le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, ni la présidente de la fédération Les Républicains 31 Laurence Arribagé, ni Vincent Terrail-Novès, la tête de liste du parti en Haute-Garonne ne sont présents au moment où le chef de file régional vient exprimer sa "déception évidente" face au score de la droite. Une image qui tranche avec la prise de parole de Carole Delga entourée du président sortant Martin Malvy, de Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et de ses principaux colistiers.

Dominique Reynié, candidat LR-UDI-Modem est arrivé en troisième position au premier tour avec 18,84 % des voix en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées derrière Louis Aliot et Carole Delga. C'est le deuxième plus mauvais score des Républicains en France après celui de la Corse, et la région est la seule où la droite est en troisième position dans une triangulaire avec le Front National. Dès dimanche soir, Dominique Reynié a rejeté l'idée d'un retrait de sa liste avec celle du PS pour faire barrage à l'extrême droite :

"Cela fait longtemps que je pense que c'est une mauvaise idée. Nous avons tous besoin de tenir nos convictions, donc je maintiens ma liste."

Cette position a été vivement critiquée dans le camp des Républicains par Jean-Pierre Raffarin, interrogé sur France Inter :

"Quand on peut empêcher le Front National par son retrait, il faut empêcher le Front National. Il faut des messages clairs, des messages nets, des messages sans ambiguïtés", a estimé le sénateur de la Vienne.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la vice-présidente déléguée des Républicains, s'est quant à elle prononcé contre le "ni retrait, ni fusion" imposé par le président du parti, Nicolas Sarkozy, hier soir.

Le président de l'UDI 31 aimerait que Dominique Reynié se désiste

À Toulouse, les colistiers de Dominique Reynié soutiennent le positionnement de leur chef de file. "Aucune discussion n'est en cours sur le sujet. Cette ligne a été décidée avant le premier tour et nous nous y tenons", assure Élisabeth Pouchelon, deuxième sur la liste en Haute-Garonne. Un retrait serait contre-productif argue de son côté le maire de Balma Vincent Terrail-Novès : "On s'aperçoit que là où cette stratégie de retrait a été adoptée, cela a pour conséquence une montée du FN, donc ce n'est pas efficace." Le président du Modem 31 Jean-Luc Lagleize ajoute sur sa page Facebook : "Si nos dirigeants politiques ne voient pas qu'en réagissant de cette manière (via le retrait, NDLR), ils vont peut être éviter que le FN prenne la présidence de certaines régions, mais ils préparent le lit de Marine le Pen présidente de la République en 2017 !"

"Le bureau politique, mis à part les voix de NKM et de Jean-Pierre Raffarin, s'est prononcé à 65 voix sur 67 pour la stratégie de maintien de nos listes, ajoute Laurence Arribagé. 386 000 électeurs ont voté en notre faveur, nous ne pouvons pas les laisser dans la nature."

Seule voix dissonante, celle de Jean Iglésis, le président de l'UDI 31 :

"La ligne nationale de l'UDI est que lorsque le Front National est en tête au premier tour, nous demandons au 3e de se désister. Je n'en ai pas parlé avec Dominique Reynié qui suit la ligne de son parti mais il faudra tirer les conséquences si le FN l'emporte dimanche prochain."

Le président de l'UDI 31, qui n'a pas été aux meetings du candidat Reynié, se désole face à "des résultats catastrophiques. Au-delà d'une tendance nationale, la campagne n'a pas été bien gérée, les messages ne sont pas bien passés."

Le candidat Les Républicains ne pourra pas compter sur le soutien de Debout la France. Le parti mené par Damien Lempereur et qui a réalisé près de 4 % des voix n'a pas voulu donner de consignes de vote.

De son côté, Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole (LR), a uniquement réagi via Twitter peu de temps après les résultats hier soir. Depuis, sollicité par la rédaction pour préciser sa position, il n'a pas souhaité répondre à nos questions :

Le faible score de Dominique Reynié a été commenté à gauche, notamment par  Bertrand Monthubert, l'ancien président de l'université Paul-Sabatier, sur la liste du PS :

"Ce scrutin signe l'effondrement des Républicains et ce n'est pas une bonne nouvelle. Ce parti n'arrive pas à proposer un projet et c'est le signe de l'échec de Nicolas Sarkozy. C'est l'échec aussi de Dominique Reynié qui n'a pas réussi à incarner le renouveau. Il a pris un risque, il a échoué."

Analyse quelque peu différente du côté d'Élisabeth Pouchelon :

"La campagne a été très courte et tronquée (avec les attentats de Paris, NDLR). C'était compliqué de s'imposer pour quelqu'un de nouveau comme Dominique Reynié. Mais je crois qu'il s'agit surtout d'un vote national. À Nice, même Christian Estrosi en pointe sur la sécurité n'a pas eu de bons scores."

"Nous sortons de 18 ans de Malvy, nous savions que cela allait être très compliqué. La superficie de la grande région est également très étendue. Et puis rien n'a été épargné à Dominique Reynié. Mais je crois encore que nous pouvons inverser la tendance au second tour. Près de 2 millions d'électeurs se sont abstenus au premier tour", lance Laurence Arribagé, députée LR de la Haute-Garonne et présidente par intérim de la Fédération des Républicains de Haute-Garonne.

Dominique Reynié tiendra un meeting ce jeudi 10 décembre à Toulouse en présence de Gérard Larcher, le président du Sénat (LR).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 22:10 :
Normal, qu'il se présente au 2è tour,. Assez de mépris des électeurs avec la gauche. Qu'est-ce que c'est que ce soi-disant front républicain, qui est surtout un front anti démocratique pour pouvoir se partager des postes.Tout le monde veut la démocratie, sauf que tout le monde n'en a pas la même définition.
a écrit le 11/12/2015 à 22:09 :
Normal, qu'il se présente au 2è tour,. Assez de mépris des électeurs avec la gauche. Qu'est-ce que c'est que ce soi-disant front républicain, qui est surtout un front anti démocratique pour pouvoir se partager des postes.Tout le monde veut la démocratie, sauf que tout le monde n'en a pas la même définition.
a écrit le 11/12/2015 à 16:50 :
Nous pensons que Dominique Reynié a eu raison de se maintenir et toute notre famille votera pour lui dans l'Aude .Ce département est un des plus pauvre pour l'emploi et les jeunes doivent se diriger sur Toulouse ou sur Pamiers . Le village ou nous habitons est a la limite de la Haute Garonne et de l'Ariège , nous n'allons jamais faire nos courses dans l'Aude.
a écrit le 10/12/2015 à 11:07 :
Dominique Reynié a raison. Qu'il ne retire surtout pas sa liste.
Mieux vaut voir quelqu'un d'autre à la tête de la région plutôt que ces socialistes qui ont échoué sur tous les plans et placé tous leurs petits copains. J'ai 83 ans!!
Réponse de le 11/12/2015 à 7:47 :
Monsieur, je vous plains et je ne respecte votre choix qui est celui de la haine pour un parti qui n'a pas de programme sensé et intelligible.
a écrit le 09/12/2015 à 21:02 :
Avis partagé avec "bonjour" même si c e n'est pas de gaité de cœur ( à peu près le même parcours et le même constat !!)
a écrit le 09/12/2015 à 9:17 :
Raffarin et NKM parlent exactement comme la gauche et sont en train de plomber le PR ..ils n'ont pas encore compris que la grande majorité des français (FN , Debout la France et une partie du PR ne veulent plus de cette mollesse gauchiste envers ceux qui ne respectent pas les valeurs du pays d'accueil et qui veulent imposer leurs moeurs ..Non, non et non !
post scriptum . celui qui écrit était jadis 1er secrétaire de section PS et trois points mais il est venu , il a vu et a quitté le miasme qui levait le poing pour chanter il y a peu l'Internationale . Ce n'est pas cela la France !
Français debout !
a écrit le 09/12/2015 à 7:03 :
c'est stupide de se retirer, ça fait l'effet inverse, si il se retire ,moi je vote Front National, je vais pas voter à gauche quand même !!!! et je ne dois pas être le seul
Réponse de le 09/12/2015 à 9:25 :
On est trahis ..par qui par ceux qui nous disaient que e programme PS était honteux . Ils n'ont plus d'honneur ces politicards !
Réponse de le 09/12/2015 à 9:28 :
Pourquoi la gauche ces comme le FN?
a écrit le 09/12/2015 à 1:55 :
ce qui fait peur,c'est qu'aucun commentaire ne prend la mesure de la gravité de notre situation!!...ils sont pour "barrer mme le pen!! en quoi est-ce necessaire?...alors on repond en choeur la leçon mediatique: parce que c'est une "collabo" une "pro-nazie" " d'un "parti dangereux"...etc...alors que la "collaboration" est au niveau de daesh!!!...et se situe dans une strategie completement absente des LR et PS face a cette VRAIE menace!!...et n'a plus RIEN a voir avec la seconde guerre mondiale!!....j'exagererai un peu pour valoriser mon point de vue: c'est comme si adolphe valls, disait au marechal sarkosy de faire barrage a de gaulle!!!...ON Y EST !!vous manquez tous de VIGILENCE ,car vous vous trompez de guerre!!...c'est tres grave! le peuple, lui, a compris!....et marine le pen n'a pas trop de soucis a se faire!!!
a écrit le 08/12/2015 à 23:42 :
Campagne trop courte à cause des évènements, en tout cas un homme nouveau que j'accueille avec espoir, et en qui je crois.........bonne chance et courage à vous
a écrit le 08/12/2015 à 8:30 :
Dominique Reynié est confronté à la même situation que Jacques Godfrain en son temps. Aucune évolution positive dans l'approche de soutien. De plus l'antisarkosisme aigu en MidiPy et LR ne pouvait qu'accentuer les difficultés.

La droite républicaine et le centre doivent s'interroger sur leurs capacités respectives à représenter la majorité silencieuse de la nouvelle région.

Le candidat ne doit pas être le bouc émissaire.
a écrit le 07/12/2015 à 22:42 :
Dominique Reynié a parfaitement raison. Il ne peut s'allier ni au PS ni au FN.
Il sera battu c'est certain; Mais pour une fois la position du part Les Républicains est claire et nette.
Madame Delga peut gagner mais à ce rythme, la prochaine fois ou au pire la suivante elle sera ou sa liste battue.
Une analyse de l'érosion de son électorat est sans appel. Il est loin le temps où il suffisait d'avoir l'étiquette PS ou l'ex UMP pour être élue, il faut aujourd'hui et encore plus demain, convaincre.
L'électeur , même en Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon est de mieux en mieux informé et de plus en plus difficile à duper
Cela vaut pour Les Républicains et encore plus pour le PS et ses affidés multiples..
Réponse de le 09/12/2015 à 9:19 :
Les autres ont laissé leut honneur depuis longtmps pour leur magouilles 4eme République ! honte à eux !!!!
a écrit le 07/12/2015 à 19:06 :
Pourquoi pas un front républicain rassemblant toute la Droite contre le PS ?
a écrit le 07/12/2015 à 18:56 :
on ne va pas voter PS tout de même, ce fossoyeur à 700 000 chômeurs sur les bras en peu de temps, gag? ni pour la famille le pen, l'enrichir encore plus,? NON. ni peste noire ni choléra. Votons Reynié sans fusion, sans désistement ............avis aux vrais Républicains et non aux descendants des Laval, Pétain ou Mitterand.......si humains , si proches du FN...d'époque.
Réponse de le 09/12/2015 à 22:15 :
Si tu ne votes pas PS à cause du chômage, alors tu ne peux pas non plus voter à droite avec le bilan catastrophique laissé par Sarkozy : 800 000 chomeurs, des milliards de dette et de déficits supplémentaires....A moins bien sur que ton esprit soit clanique et totalement partisan et que comme bcp de gens de "droite" tu considères les chômeurs comme d'affreux fainéants assistés quand ils sont sous un gouvernement de droite, et de pauvres victimes de la politique socialo-communiste ( lol ) quand ils sont sous un gouverment de gauche........La mauvaise foi crasse à ce niveau là du débat est effrayante....donc pas besoin d'aller prendre un expert des plateaux tv pour déringardiser la droite locale en manque de casting.....pour dire et répêter les mêmes choses qui n'ont pas marché n'importe quel élu UMP d'envergure dans Midi Pyrénées ou en Languedonc Roussillo naurait fait l'affaire.......
Enfin associer Laval Pétain ET Mitterrand c'est une bonne vieille méthode....d'extrême droite..........Mitterrand a fait partie des résistants et les Gaullistes ( les vrais, ceux de la Résistance et de la Libération ) l'ont toujours reconnu.........Le révisonnisme historique sous prétexte de s'essuyer les pieds sur tel ou tel parti actuel, c'est juste minable...
a écrit le 07/12/2015 à 18:42 :
La gauche réunie est largement devant le FN. Que Reynié parte ou reste ne changera rien. Il serait plus prudent qu'il reste pour figer les scores en l'état et avoir quelques sièges supplémentaires à droite à l'assemblée régionale.
a écrit le 07/12/2015 à 18:16 :
On croirait lire la Dépêche! Quelle esprit partisan dans les propos. Dominique Reynié est le seul a avoir voulu introduire un ton nouveau dans ce fatras archaïque et ringard des autres candidats tous tendance cassoulet maintenue. Vas-y Dominique secoue encore un bon coup l'Empire Radical-Socialo pas mort. Tu as fait le bon choix.
a écrit le 07/12/2015 à 17:49 :
La photo est bien choisie, il nous dit "Bon j'aurai du faire comme Dieu : ne jamais me montrer pour que les gens continuent à croire en moi...Là avec mes dix doigts c'est plus de la motié de mon score ou que les amis qu'il me reste et je peux aller me faire encadrer..."

Aimer la politique et la commenter c'est bien, en faire c'est autre chose cher Monsieur...
a écrit le 07/12/2015 à 17:18 :
La phraséologie de la langue de bois :le message n'est pas bien passé .Mais si le message est bien arrivé mais il ne correspond pas a ce qu'attendent les Français qui en ont marre de la droite qui gouverne à gauche et de la gauche qui gouverne à droite.
a écrit le 07/12/2015 à 17:18 :
La phraséologie de la langue de bois :le message n'est pas bien passé .Mais si le message est bien arrivé mais il ne correspond pas a ce qu'attendent les Français qui en ont marre de la droite qui gouverne à gauche et de la gauche qui gouverne à droite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :