Jean-Michel Baylet déchu de la présidence du Tarn-et-Garonne, Christian Astruc lui succède

 |   |  560  mots
Jean-Michel Baylet présidait le département depuis 1985.
Jean-Michel Baylet présidait le département depuis 1985. (Crédits : ON / Rémi Benoit)
À la tête du Conseil général du Tarn-et-Garonne depuis 1985, Jean-Michel Baylet a retiré la candidature à sa propre succession ce jeudi matin. C'est le maire de Dunes Christian Astruc (sans étiquette) qui devient le nouveau président du Département, rassemblant les voix de la droite et du centre.

"Nous venons d'assister à un moment historique !" Le premier adjoint de Brigitte Barèges à la mairie de Montauban Pierre-Antoine Lévi ne cachait pas sa joie ce jeudi midi après l'annonce de la chute de Jean-Michel Baylet dans le Tarn-et-Garonne.

Ce matin, le président PRG du Département a décidé de retirer sa candidature, après avoir appris l'absence de soutien d'une partie de la gauche et notamment du maire de Castelsarrazin Jean-Philippe Bésiers (divers gauche). L'élu sans étiquette Christian Astruc a été élu avec 18 voix contre 12 pour Marie-Claude Nègre, la maire de Campsas, rassemblant ainsi les voix de la droite et du centre. Elle a reçu par ailleurs les votes de 8 PRG et 4 PS.


Jean-Michel Baylet avait été réélu dès le premier tour des élections départementales sur son canton de Valence-d'Agen mais, à l'issue du second tour des élections départementales dimanche 29 mars, gauche et droite étaient au coude à coude dans le Tarn-et-Garonne avec 7 cantons remportés pour chaque camp. Le binôme sans étiquette Christian Astruc / Marie-José Mauriège, qui avait battu le PRG sur le canton de canton de Garonne-Lomagne-Brulhois détenait donc les clés et pouvait faire basculer la majorité.

"30 ans de mandat, ça suffit !"

Le président du Parti Radical de Gauche Jean-Michel Baylet avait pris la succession de sa mère Évelyne à la tête du Conseil général du Tarn-et-Garonne en 1985. Plusieurs fois député et ministre, le PDG de La Dépêche du Midi a conquis une stature nationale à la tête du PRG, qu'il a cofondé. Néanmoins, le 28 septembre dernier, le parlementaire avait essuyé une sérieuse défaite en perdant son siège de sénateur dans le Tarn-et-Garonne, qu'il occupait depuis 21 ans, face au dissident du PRG Yvon Collin.

"Baylet a vu qu'il n'avait pas la majorité et n'a pas voulu subir l'affront de la défaite, réagit aujourd'hui Yvon Collin. Une nouvelle majorité s'est constituée autour de Christian Astruc. Je pense qu'il aura le souci de l'élargir et de faire travailler tout le monde. C'est une très bonne nouvelle pour le Tarn-et-Garonne. Il était temps de tourner la page et de voir des gens nouveaux. Il faudra baisser la dette et changer la gouvernance. C'est une nouvelle ère qui s'ouvre aujourd'hui".

"30 ans de mandat, ça suffit, lance de son côté Philippe Sabatier, candidat EE-LV sur le canton de Valence-d'Agen. S'il ne s'était pas représenté à ces élections et si le personnel politique de son parti s'était renouvelé, le PRG aurait pu conserver le Département. De plus, le PRG soutient un gouvernement dont le Premier ministre affirme que la FNSEA représente les meilleurs écologistes de France. Nous ne voulions pas non plus de Mme Barèges, qui mène une politique inquiétante en tant que maire de Montauban. Quant à M. Astruc, on attend de mieux le connaître, voir quelle politique il va mener pour le Département pour lui donner notre soutien."

"Cette fin de règne va apporter de l'oxygène au Département, conclut Pierre-Antoine Lévi, le premier adjoint de Brigitte Barèges. Christian Astruc est maire depuis 30 ans. Il a su rassembler aussi bien à gauche qu'à droite."

À noter que Brigitte Barèges a été élu 4e vice-présidente du Conseil départemental.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2015 à 17:35 :
Enfin ! La famille Baylet impose depuis trop lontemps sa main-mise sur MP..La 40 ème fortune Française va devoir lever le pied.Personnellement je n'achète plus la Dépêche depuis les horreurs quotidiennes que ce Monsieur déversait pendant presque un an sur Dominique Baudis. Si on veut se souvenir du nid douillet offert à Mr Bousquet au sein de cette Dépêche par Mme Baylet ...çà fait beaucoup. Espérons que c'est le début de la fin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :