Aéronautique : Donecle lance une nouvelle famille de drones d'inspection des avions

La startup toulousaine Donecle va présenter au prochain salon MRO d'Amsterdam deux nouveaux drones dédiés à l'inspection automatisée des avions dont un appareil capable de capter en 3D les enfoncements sur les aéronefs. Avec cette nouvelle gamme, la jeune pousse espère une adoption plus large de sa solution déjà utilisée notamment par Air France et certifiée par Airbus.

4 mn

Donecle a conçu deux nouveaux drones dédiés à l'inspection automatisée des avions.
Donecle a conçu deux nouveaux drones dédiés à l'inspection automatisée des avions. (Crédits : Donéclé)

C'est une activité chronophage et très peu rentable pour les compagnies aériennes. Chaque avion doit être régulièrement inspecté pour détecter d'éventuelles rayures, des enfoncements ou traces d'érosion, des décollements de peinture voire même des impacts de foudre. "Un inspecteur travaille en général par équipe de deux à trois personnes et l'opération peut durer six à douze heures", décrit Matthieu Claybrough, cofondateur de Donecle.

Automatiser l'inspection visuelle des avions

Cette startup fondée en 2015 a eu l'idée d'automatiser cette inspection visuelle en utilisant des drones. Pour une inspection, la compagnie aérienne peut utiliser un ou plusieurs drones équipés de caméras qui photographient la surface de l'appareil. Des algorithmes de traitement d'images effectuent la détection de zones d'intérêt sur le fuselage et les classifient en défauts ou non. Un inspecteur qualifié peut alors valider les rapports d'analyse. Le tout en moins de deux heures. Un gain de temps qui a de quoi générer des économies importantes pour les compagnies aériennes sachant que le coût de l'immobilisation d'un appareil est d'environ 10 000 dollars de l'heure.

Lire aussi 1 mnLa startup toulousaine Donéclé lauréate du 2e concours national de robotique

Depuis son lancement commercial, l'innovation a déjà été adoptée par plusieurs acteurs de l'aérien. "Notre premier drone a été commercialisé environ une dizaine d'exemplaires avec des clients comme Air France, qui a déployé un drone d'inspection à l'aéroport Charles-de-Gaulle, mais aussi par la compagnie autrichienne Air Austria et son homologue chilienne Latam, énumère Matthieu Claybrough.

donecle

Les drones de Donecle sont utilisés par Air France notamment (Crédits : Donecle).

Plus récemment, Donecle a franchi une nouvelle étape en obtenant la certification d'Airbus. "Nous sommes le seul drone d'inspection au monde qui a reçu la qualification d'Airbus et qui est entré dans les manuels utilisateur. Auparavant, les compagnies qui utilisaient le drone Donecle devaient envoyer des inspecteurs faire des vérifications complémentaires. Désormais, les drones peuvent être mobilisés en remplacement des inspecteurs humains, sans avoir à faire de démarches supplémentaires. Cela va simplifier le déploiement et la commercialisation de nos produits", se félicite l'entrepreneur.

Un drone pour l'extérieur un deuxième équipé de la 3D

Six ans après sa création, la startup toulousaine va présenter au prochain salon MRO d'Amsterdam deux nouveaux drones dédiés à l'inspection automatisée des avions.

"Le premier est un nouveau drone pour une inspection visuelle générale qui prend en compte tous les retours d'exploitation sur notre premier produit. Le drone sera capable de réaliser des inspections en extérieur. Cela va permettre aux clients de s'en servir plus souvent. À Charles-de-Gaulle, Air France utilise actuellement le drone uniquement sur les appareils déjà immobilisés dans les hangars. Le drone aura aussi une capacité d'inspection de jour comme de nuit grâce à un flash. Il est tout à fait possible d'imaginer que les drones soient déployés la nuit lorsque les aéroports sont fermés", détaille le cofondateur de Donecle.

Le deuxième drone sera lui capable de capter en 3D les enfoncements sur les aéronefs. "Jusqu'à présent, nous pouvions mesurer la longueur et la largueur d'une trace. Là, le drone sera en mesure d'en calculer la profondeur", ajoute-t-il.

Hébergé depuis sa création à l'IOT Valley à Labège, Donecle emploie actuellement une vingtaine de salariés et s'apprête à recruter quatre nouveaux collaborateurs (ingénieurs et service marketing). La startup ne communique pas son chiffre d'affaires mais indique avoir atteint le seuil de rentabilité. La jeune entreprise pourrait à plus long-terme de dupliquer sa technologie pour l'inspection des fusées et des éoliennes.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.