Textile : Mariannette, la marque toulousaine recyclée et made in France qui séduit

 |  | 615 mots
Lecture 3 min.
La startup Mariannette vise les 100.000 euros de chiffre d'affaires sur sa première année.
La startup Mariannette vise les 100.000 euros de chiffre d'affaires sur sa première année. (Crédits : Mariannette)
Lancée en 2020, Mariannette est une jeune marque de prêt-à-porter pour femme qui se veut éco-responsable avec une production à faible impact écologique. Dessinés à Toulouse, les vêtements sont intégralement fabriqués en France à partir de matières recyclées ou biologiques. Pour son lancement, l'entreprise a décidé de lancer une campagne sur la plateforme de financement participatif Ulule. Elle a atteint 100 % de son objectif en quelques jours.

La mode éco-responsable s'installe peu à peu dans la Ville rose. Fondée en 2020, Mariannette, marque de vêtements pour femme, s'inscrit dans cette démarche. Elle fabrique ses collections entièrement en France à partir de matières recyclées ou biologiques.

"À titre personnel, je fais très attention à ma consommation. Cependant, en terme de vêtements, je ne trouvais pas de petites marques, éco-responsables avec un look féminin qui me convenaient, souvent, c'est très sportswear et unisexe", explique Marjorie Fatkic fondatrice de Mariannette.

La jeune entreprise fait des choix de production qui minimisent son impact sur la planète et l'environnement en misant au maximum sur des matières premières recyclées. Par exemple, elle utilise un fil 100 % recyclé, réalisé à partir d'anciens vêtements. La teinture se fait quant à elle sans produit chimique.

Lire aussi : France Relance : Pili crée des colorants et pigments, écologiques et français

Elle travaille également avec du coton biologique cultivé sans pesticide, insecticide ou engrais chimique et sans OGM. De plus, toutes les fournitures et toutes les étapes de confection sont réalisées dans l'Hexagone, du tricotage de la matière jusqu'au packaging en passant par les boutons et les étiquettes.

"Il faut savoir qu'aujourd'hui, pour faire du Made in France, il n'est pas nécessaire de faire 100 % de la fabrication en France. Il suffit de 45 % pour l'être. Chez Mariannette, nous poussons le concept plus loin puisque tout est fait dans l'Hexagone. Par exemple, le gilet que l'on propose est confectionné et tricoté en Auvergne-Rhône-Alpes à partir de laine du Tarn", précise l'ancienne acheteuse en bâtiment et immobilier durant une dizaine d'années.

Une campagne de financement participatif

Pour le lancement de sa marque, la fondatrice a choisi la plateforme de financement participatif Ulule, ouverte depuis le 23 février. Afin de commencer la production en usine, la petite structure s'est lancée comme défi de vendre une centaine de pièces. Un objectif qu'elle a atteint en à peine cinq jours. Pour son lancement, elle n'a sorti que deux pièces, "classiques et intemporelles", un gilet décliné en quatre coloris et une robe noire. Les prix ont volontairement été cassés sur ces articles qui seront normalement commercialisés à 100 et 140 euros respectivement. À la fin de la campagne, ces derniers seront vendus sur le site d'e-commerce de Mariannette.

"Un produit recyclé est forcément plus cher à produire. Notre mode de fonctionnement est pensé autrement que celui des grandes marques vendues un peu partout. Nous n'avons pas de magasins, ni de stocks et sommes sur des gammes restreintes ce qui nous permet d'appliquer des marges faibles avec un coût de revient qui n'a rien à voir avec ces marques-là".

Une place pour la mode éco-responsable

Dans le futur, le but de Mariannette est d'agrandir sa gamme, lancer de nouveaux produits "en co-création" avec les clients et adaptés aux saisons. Cependant, la petite entreprise n'a pas vocation à "créer du besoin" et privilégie les petites collections composées de basics qu'il sera possible "de porter durant de longues années". Pour sa première année d'existence, elle souhaite atteindre 100 000 euros de chiffre d'affaires. Un objectif "très ambitieux", juge Marjorie Fatkic.

"Je crois au potentiel de développement du Made in France qui a le vent en poupe. Dans le domaine du textile l'éco-responsabilité fait de plus en plus parler. De plus, le web se développe de plus en plus et la pandémie n'a fait qu'accélérer cela. Selon des chiffres du gouvernement, 95 % des Français se disent prêts à acheter du Made in France et 3/4 d'entre eux seraient disposés à payer plus cher", conclut-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :