Les ventes des peintures végétales du Toulousain Colibri explosent depuis le confinement

 |  | 807 mots
Cédric Laurent a créé des peintures sans solvants chimiques.
Cédric Laurent a créé des peintures sans solvants chimiques. (Crédits : Florine Galéron)
La startup toulousaine Colibri a multiplié par dix ses volumes de vente depuis mars. La jeune société a conçu une gamme de peintures composées à 98% de produits naturels, une alternative aux revêtements issus de la pétrochimie qui génèrent des substances toxiques pour l'homme. Entre de nouveaux locaux, une levée de fonds et un élargissement de la gamme, Colibri voit grand pour les mois à venir.

Des algues rouges, de l'huile de pin, de l'huile de ricin, de l'eau et quelques pigments minéraux. C'est tout ce qu'il faut (ou presque) à Colibri pour fabriquer ses peintures.

La jeune société fondée en septembre 2018 par Cédric Laurent commercialise une gamme de peintures composées à 98% de produits naturels. Exit le plastique et les solvants. Colibri a aussi mis au point une méthode pour dépolluer l'air intérieur d'une maison.

"Nous avons intégré à la peinture des nanocapteurs chimiques qui neutralisent le COV (composé organique volatil) le plus toxique qui est le formaldéhyde en le transformant en vapeur d'eau. On retrouve le formaldéhyde dans tous les meubles du commerce, la colle de carrelage etc. Notre peinture a un taux de COV de 0,02 g/l. À titre de comparaison, ce taux est de 30 g/l selon la meilleure norme (A+) ", nous expliquait au lancement de la société Cédric Laurent.

Lire aussi : Le Toulousain Colibri...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 13:31 :
Pour traiter le bois j'utilise l'huile de frites, 50 % de pétrole de chauffage et une dose double de siccatif, et ça tient.
J'oubliais, l'huile de lin est idéale mais trop chère, mais son taux siccativité est de 100; l'huile de tournesol 50 (colza 10 on oublie), donc on double le siccatif.
C'est bien plus solide que les lasures à l'eau (l'eau qui pénêtre le bois, mort de rire!)
Réponse de le 02/09/2020 à 18:06 :
Cette personne pense que les ingénieurs chimistes travaillant dans la peinture sont des idiots. L'huile de lin a été utilisée pour la peinture marine , donc le domaines des huiles est étudié depuis bien longtemps; mais ce monsieur peut "peindre " avec l'huile de friture avec l'avantage de respirer le bon air.
Réponse de le 02/09/2020 à 20:33 :
@sergio59
l'huile de tournesol n'éxistait pas dans le commerce il y a 60 ans, entre temps ont été inventées toutes les peintures de synthèse, l'huile de lin a été plutôt oubliée car trop coûteuse et lente à sècher, (siccativer).
C'est en cherchant sur la toile que j'ai trouvé un site ou on parle d'un taux de siccativité sur toutes les huiles végétales, et l'huile de tournesol est la seule à avoir un taux intéressant pour des traitements de protection du bois.
Surement on pourrait créer des huiles de tournesol à titres de siccativité plus élevées; 60/70% pour des peintures bio abordables.et l'économie de siccatif, on peut penser à des peintures à moins de 2€ le litre.
a écrit le 01/09/2020 à 17:47 :
Un article qui débute très bien puisque en effet, un énième scandale de notre classe politico-affairiste, tous les meubles que nous achetons à monter chez ikea ou conforama et et-c... diffusent tous pendant des années leur poison dans la pièce dans laquelle ils sont situés il est fortement recommandé d'aérer très souvent ces pièces du fait de ce poison dont parle le début de cet article.

En économie circulaire vous achetez des produits forcément beaucoup moins nocifs car ayant perdu leur gaz les années auparavant ou bien pas du tout car meubles construits à l'ancienne en véritable bois ou bien artisanaux.

Le déclin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :