Spatial : Map construit une usine en Ariège pour accélérer sur les revêtements écologiques

La PME ariégeoise Map Coatings investit 5,5 millions d'euros pour construire une nouvelle usine de 4 500 m2. La société spécialisée dans les revêtements pour les satellites et les lanceurs entend renforcer son indépendance industrielle en fabriquant elle-même ses matières premières. Elle a également conçu des peintures sans solvants chimiques pour le spatial.

4 mn

Map Coatings va déménager dans de nouveaux locaux pour accentuer son virage numérique et écologique.
Map Coatings va déménager dans de nouveaux locaux pour accentuer son virage numérique et écologique. (Crédits : Map Coatings)

L'histoire de Map Coatings débute en 1986, sur fond de fin de Guerre froide. "À l'époque, la fabrication des revêtements spatiaux était uniquement maîtrisée par les États-Unis et la Russie. Notre société a été créée sous l'impulsion du Cnes et des grands donneurs d'ordre du spatial qui souhaitaient avoir une entreprise au niveau local à même de pouvoir industrialiser la fabrication des revêtements destinés aux satellites et aux lanceurs. L'idée était d'avoir un industriel indépendant capable de fournir ces éléments", se remémore Olivier Guillaumon, directeur de la société.

Depuis, la PME ariégeoise a bien grandi et fournit des revêtements pour Airbus Defence and Space, Thales Alenia Space et Ariane Group. Map a notamment travaillé sur la Supercam du rover Perseverance lancé par la Nasa fin juillet. Il ne s'agit pas de simples peintures mais de revêtements conçus en collaboration avec le Cnes et l'agence spatiale européenne pour répondre aux exigences thermiques d'une mission dans l'espace.

"Pour le dire simplement, de la même manière que vous n'allez pas avoir le même ressenti de chaleur en mettant un t-shirt blanc ou noir, dans l'espace, le revêtement constitue le premier niveau de régulation thermique passive. Le revêtement extérieur va être blanc pour résister à la chaleur du soleil et à l'intérieur il sera blanc pour absorber la chaleur émise par les équipements électroniques à bord du satellite", vulgarise le dirigeant.

Le "made in Ariège" séduit à l'étranger

La société fabrique également des revêtements blancs pour éviter que le lanceur se réchauffe sur le pas de tir et des adhésifs pour les cellules solaires des panneaux des satellites. Sur le volet services, elle applique ses revêtements sur 5 000 à 6 000 pièces pour le spatial chaque année.

À l'étranger, la solution "made in Ariège" séduit largement aussi.

"Notre indépendance technologique a été un vecteur d'accroissement d'activité notamment à l'export. Très peu de revêtements peuvent sortir des frontières de la Russie et les Américains limitent à travers la loi Itar (International Traffic in Arms Regulations) la diffusion de leurs produits vers des pays qui pourraient les utiliser comme des armes contre eux. Nous sommes devenus très attractifs pour certains pays comme l'Inde, le Japon, le Brésil, la Corée du Sud, la Chine et même le Canada. 40 à 45 % de notre chiffre d'affaires est réalisé à l'étranger", souligne Olivier Guillaumon.

Ce succès grandissant explique que la PME soit désormais "à l'étroit" dans ses 2 800 m2 de locaux à Mazères. Map Coatings a donc lancé en décembre 2019 la construction d'un nouveau siège social de 4 450 m2 à Pamiers (Ariège). L'opération a demandé un investissement de 5,5 millions d'euros. Les nouveaux locaux de Map devraient être opérationnels au premier trimestre 2021.

La société entend profiter de ce déménagement pour accélérer son virage numérique. Elle s'est dotée d'un nouvel ERP (progiciel de gestion intégré), compte mettre en place un outil de business intelligence et intégrer la CAO (conception assistée par ordinateur) sur la partie services de son activité "pour monter en qualité et réduire les délais des prestations".

Chasser les solvants chimiques des revêtements spatiaux

Surtout, Map Coatings veut accentuer son offre de revêtements plus écologiques.

"Nous travaillons avec l'Esa pour réduire l'impact environnemental de nos revêtements, à la fois en recherchant les matières premières les moins toxiques possibles mais également en chassant les solvants chimiques de nos procédés de fabrication. Nous sommes les premiers à sortir des revêtements en phase aqueuse pour les satellites. Ils contiennent moins de 1% de solvants, le reste c'est de l'eau", décrit Olivier Guillaumon.

Un lanceur coréen s'envolera dans l'espace en février 2021 avec pour la première fois uniquement des peintures en phase aqueuse. L'innovation ariégeoise est également qualifiée pour le futur lanceur européen Ariane 6.

L'indépendance aussi pour les matières premières

Map Coatings compte également mettre à profit sa R&D pour accroître encore davantage son indépendance industrielle en fabriquant elle-même ses matières premières.

"Dans le spatial, il n'existe pas de fabricants de matières premières pour les revêtements. Nous sommes obligés d'utiliser celles qui sont disponibles sur le marché. Avec la crise de la Covid-19, nous voyons que des références commerciales peuvent disparaître. Nous avons engagé depuis plusieurs années des recherches pour fabriquer nous-même les matières premières à partir d'éléments simples pour s'approvisionner partout dans le monde", avance le chef d'entreprise.

Pour développer tous ces nouveaux projets, Map Coatings prévoit quatre à cinq recrutements pour étoffer son effectif de 27 personnes : des ingénieurs chimistes mais aussi des renforts pour la production, la CAO, et le community management.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 18/08/2020 à 20:50
Signaler
Qd une Entreprise se construit sous les ailes et la caution d'un ctre de recherche prestigieux gage de savoir faire et d'innovation technologique ds des marchés à forte valeur ajoutée, ça ne peut que déboucher sur des réussites industrielles. Autre ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.