Qui sont les lauréats de "Transformons la France" à Toulouse ?

 |   |  990  mots
Le jury de Transformons la France a récompensé huit projets innovants.
Le jury de Transformons la France a récompensé huit projets innovants. (Crédits : Lydie Lecarpentier)
Des peintures dépolluantes, une future usine de chocolat équitable ou encore des voiles pour tracter les navires et économiser du carburant... Voici quelques-uns des projets récompensés lundi 4 novembre lors de l'événement Transformons la France organisé par la Tribune à Toulouse. Tout le palmarès de cette 1ère édition détaillé.

Pour le paléoanthropologue Pascal Picq, nous sommes entrés dans un "espace digital darwinien". "Nous ne sommes plus dans un monde où émergent des idées correspondant à un projet de société, avec une ambition de progrès de l'humanité. Alors qu'au temps de Marx, il fallait beaucoup d'argent pour lancer un outil de production pour accomplir son idée. Désormais avec 2 000 euros, vous pouvez créer votre application. C'est ce qui est arrivé pour Twitter. Et cet outil n'a pas vocation à changer le monde. Mais il a été adopté par les utilisateurs et cela change beaucoup de choses", a lancé le scientifique lundi 4 novembre en ouverture de l'événement Transformons la France, organisé par la Tribune à Toulouse.

pascal picq

Le paléoanthropologue Pascal Picq. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Au cours de la cérémonie, des innovations qui ont pour le coup l'ambition de changer notre société dans différents domaines ont été récompensées.

Chocolat équitable et logements modulaires

À commencer par la Scop gersoise Ethiquable lauréate de la catégorie Alimentation. Elle commercialise une gamme de plus de 150 produits biologiques et équitables (cafés, thés, jus de fruits, etc) dans plus de 4 000 points de vente en France et notamment en grande distribution. En mai 2019, Ethiquable a levé 25 millions d'euros pour construire une chocolaterie et rapatrier la production de ses tablettes jusqu'ici réalisées en Italie. Elle va aussi construire un nouvel entrepôt, étant à l'étroit sur son site de 3 300 m².

ethiquable

Rémi Roux (à droite), fondateur d'Éthiquable remporte le prix Alimentation. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Dans la catégorie Urbatech, c'est la startup Quaternion qui a été distinguée. Pour réduire les déchets dans le secteur du BTP, elle aménage des appartements vides à partir de structures modulables en bois selon des modèles numériques, ainsi que des structures événementielles dans le même matériau. La société a aussi développé la conception d'appartements personnalisés à partir de structures en bois. En 2020, débutera le chantier des premiers logements collectifs personnalisables et à finir soi-même de la cité Amouroux à Toulouse.

quaternion

La startup Quaternion a remporté le prix Urbatech. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Le prix RHtech a été remporté par la startup Bleexo. Cette dernière propose des outils pour développer le sentiment de reconnaissance et mesurer l'engagement de l'équipe au sein de son entreprise afin de réduire les conflits au travail.

bleexo

Bleexo a gagné le prix RHtech. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Aile pour tracter les bateaux et peinture dépolluante

Le prix Mobilité a lui été gagné par Airseas. Fondée par Vincent Bernatets, ingénieur d'Airbus et passionné de sports de voile, cette jeune pousse a conçu Seawing, une aile automatisée installée sur un mât à l'avant du bateau qui permet de réaliser en moyenne 20% d'économie de carburant", avance-t-il. Au mois de juin, la jeune société a annoncé avoir signé un contrat avec l'armateur japonais K Line, 5e flotte mondiale, pour équiper 50 vraquiers. Airseas va aussi installer son système à partir de fin 2020 sur le navire d'Airbus qui transporte des pièces d'A320 entre Saint-Nazaire et l'usine d'assemblage de Mobile, aux États-Unis.

airseas

Vincent Bernatets (à droite) a fondé Airseas. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Le projet Inspire a été auréolé du prix E-santé. Ce consortium, dans lequel on retrouve le CHU de Toulouse via le Gérontopôle et divers laboratoires de recherche a pour objectif d'identifier les biomarqueurs du vieillissement et trouver des moyens de prévention dès l'âge de 50 ans. Les porteurs du projet Inspire s'installeront en 2022 dans un bâtiment de 12 000 m2, à proximité de l'Oncopole.

Lire aussi : Inspire : pourquoi les entreprises toulousaines s'engagent dans le projet ?

inspire

Le projet Inspire a été récompensé dans la catégorie Esanté. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Dans la catégorie Écologie, c'est la jeune société Colibri qui a été distinguée. Elle a mis au point une marque de peinture composée à 98% de produits naturels (algues rouges, huile de pin, pigments minéraux). Exit donc le plastique et les solvants qui génèrent la prolifération de substances toxiques pour l'homme. D'autre part, Colibri a mis au point une méthode pour dépolluer l'air intérieur d'une maison. La peinture intègre des nanocapteurs chimiques qui neutralisent le formaldéhyde, COV (composé organique volatil) ultra toxique, en le transformant en vapeur d'eau.

colibri

Cédric Laurent (au centre) remporte le prix Écologie. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

Enfin, le prix Manager de l'année a été remporté par Maguelone Pontier. Avant son arrivée en 2017 au sein du "ventre de Toulouse", ce dernier est endetté à hauteur de 24 millions d'euros et pointe un taux d'occupation de seulement 82 %. Grâce à une politique d'assainissement budgétaire, une méthode de communication revue et une diversification de l'offre (le Min est notamment devenu une pépinière d'entreprises), le taux d'occupation est passé à 96% en cette fin d'année. Surtout, le chiffre d'affaires consolidé a dépassé la barre des 400 millions d'euros, contre 333 avant son arrivée.

Lire aussi : Maguelone Pontier, l'étoile montante de Toulouse

Maguelone Pontier

Maguelone Pontier a reçu le prix de la Manageure de l'année. (Crédits : Lydie Lecarpentier)

À noter qu'un prix spécial du jury de Transformons la France a été attribué à Emmanuelle Auriol. En tant que membre du Conseil d'analyse d'économique (CAE), organe indépendant rattaché au Premier ministre, elle a réalisé avec Geoffard Pierre-Yves, en juin, une note favorable à la légalisation du cannabis récréatif en France. D'après cette chercheuse à la Toulouse School of Economics, une telle initiative aurait pour conséquence une amélioration de la santé des mineurs, l'assainissement des quartiers sensibles et des recettes fiscales supplémentaires pour l'État évaluées à deux milliards d'euros. Emmanuelle Auriol prend en exemple l'État du Colorado et l'Uruguay, où cette décision a tenu ces promesses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :