Fungus Sapiens fabrique du cuir à partir de champignons

Depuis le Lauragais, Fungus Sapiens fabrique des biomatériaux à partir de molécules d'intérêts issues des champignons. Ces derniers sont cultivés de façon "innovante" par l'entreprise qui possède près de 8 hectares de terrain. La startup a réussi à mettre au point du cuir, non animal, 100 % végétal. Deux géants du cuir et du luxe sont intéressés par le projet.

4 mn

Deux grands groupes français de l'industrie de la maroquinerie de luxe se sont montrés intéressés par le concept de Fungus Sapiens.
Deux grands groupes français de l'industrie de la maroquinerie de luxe se sont montrés intéressés par le concept de Fungus Sapiens. (Crédits : Photographie et création de vêtements : Surzhana Radnaeva/Modèle : Valeria Gelardi)

Développer une économie circulaire, zéro déchet, autour des champignons, telle est l'ambition de Fugus Sapiens. Spécialisée dans la biotechnologie, la startup fondée en 2016, valorise des déchets organiques pour produire des champignons alimentaires et surtout des biomatériaux.

"Nous avons un modèle hybride qui rassemble une ferme agricole champignonnière et un laboratoire de recherche. Nous nous inspirons de la nature pour transformer les déchets en valeur et apporter des solutions innovantes", explique Mariana Dominguez Peñalva, CEO et fondatrice de Fungus Sapiens.

Fugus Sapiens développe et travaille sur différents axes. Elle cultive des champignons alimentaires médicinaux destinés à remplacer les protéines animales ou faire des compléments alimentaires par exemple. La jeune entreprise revalorise également ses déchets et les molécules issues des champignons afin de réaliser des biomatériaux destinés à remplacer les emballages à usage unique ou matières polluantes comme le plastique ou le polystyrène, ainsi que des panneaux isolants thermiques et acoustiques à destination du BTP par exemple.

"Nous avons également un projet de dépollution et de régénération des écosystèmes. C'est-à-dire qu'à partir de nos propres déchets, nous allons faire du compostage ou dépolluer les sols des métaux lourds", ajoute la porteuse du projet.

Du cuir non animal

Ainsi, grâce à la revalorisation, Fugus Sapiens est parvenue à faire du cuir non animal, 100 % végétal et entièrement biodégradable. Plusieurs acteurs sont intéressés par le concept : des artisans, des spécialistes de la maroquinerie ainsi que deux grands groupes français spécialisés dans la maroquinerie de luxe.

"Le cuir est notre premier produit phare, on n'y ajoute pas de plastique comme certains. Dans l'immédiat, nous serons compétitifs dans le cuir exotique qui est généralement cher à produire. Le cuir peut nous permettre de financer d'autres produits qui ont un impact environnemental positif."

La commercialisation de ce "faux cuir" devrait se faire en fonction des financements que réunira la startup. Celle-ci souhaite lever entre 400 000 et 500 000 euros en 2020. Cette somme va permettre à la société d'investir dans du matériel permettant de produire à grande échelle et de lancer, dès cette année, le premier test pilote auprès d'un industriel.

"Notre ambition, est d'avoir, avant la fin de l'année, des premiers produits prototypes. Avant cela, il faudra réaliser des tests pour vérifier la résistance du cuir et le comparer à du cuir animal, etc. Nous savons que nos matériaux sont performants, mais il nous faut une certification officielle du Centre Technique du Cuir (CTC) pour valider cela et prouver à nos potentiels clients" détaille la dirigeante de l'entreprise.

Pour ce qui est de son autre produit, les champignons alimentaires, Fugus Sapiens cible principalement les enseignes spécialisées dans le commerce de produits bio tels que les Biocop et les maraîchers.

Une incubation et des embauches en 2020

En attendant son lancement commercial, l'entreprise installée à Bélestat-en-Lauragais au sein d'Organic' Vallée (un pôle d'agro-activités dédié à l'économie circulaire) dispose d'une production où elle cultive différentes familles de champignons exotiques et médicinaux. Elle a près de 8 hectares de terrain.

"Nous avons une méthode assez innovante de cultiver les champignons, qui ne poussent pas au sol comme le maïs ou les pommes de terre par exemple. Nous les plantons dans des seaux, réutilisables, que nous empilons dans des conteneurs. Seule, je produis jusqu'à 55 seaux par semaine sachant qu'à partir d'un seul seau, il est possible d'obtenir 2 à 3 kilos de champignons, ce qui est un bon rendement."

Fungus Sapiens

Mariana Dominguez Peñalva au sein de la ferme agricole champignonnière. (Crédits : Fungus Sapiens)

Grâce à ses bonnes récoltes, Fungus Sapiens souhaite réaliser son premier chiffre d'affaires en 2020. Elle vise un résultat situé entre 5 000 et 200 000 euros. Par ailleurs, elle espère être retenue par l'incubateur toulousain Nubbo pour bénéficier d'un accompagnement.

"Cette année, nous voulons aussi consolider notre équipe avec deux embauches. Pour l'instant, nous sommes trois à travailler sur nos projets qui demandent beaucoup de temps. Établir un partenariat avec un grand groupe pour collaborer dans la recherche fait également partie de nos objectifs en 2020", conclut Mariana Dominguez Peñalva.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 28/02/2020 à 13:26
Signaler
Ah ben voilà des innovations intéressantes et utiles, ça nous change de la 5G & autres c...rie connectées !

à écrit le 28/02/2020 à 8:42
Signaler
Une idée nourrissant la biodiversité qui de ce fait, espérons le, ira loin.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.