Croissance continue pour MyFeelBack, mais bilan mitigé pour la filiale USA

 |   |  717  mots
Stéphane Contrepois, président de la Start-up MyFeelBack
Stéphane Contrepois, président de la Start-up MyFeelBack
La startup toulousaine MyFeelBack annonce un bon bilan 2016 avec plusieurs gros contrats signés, notamment avec le géant des cosmétiques L'Oréal. La société, qui a créé un logiciel Saas d'enrichissement de la connaissance client, dresse néanmoins un bilan en demi-teinte de son expérience à New York. Interview de Stéphane Contrepois, président de MyFeelBack.

Vous annoncez une cinquième année de rentabilité, ce qui est plutôt rare pour une startup, comment l'expliquez-vous ?

L'année 2015 était plutôt l'année de validation du "go to market", c'est-à-dire la validation du modèle économique et de la commercialisation. 2016 nous a permis de passer plusieurs caps, notamment en volumétrie : notre modèle économique est essentiellement basé sur les feedbacks collectés et valorisés de nos clients, et nous avons passé cette année la barre symbolique des 100 millions de feedbacks. Par ailleurs, le chiffre d'affaires de la société a pratiquement doublé par rapport à l'an dernier et on est à un peu plus de 80 % de croissance entre 2015 et 2016. Nous allons dépasser normalement la barre des deux millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017.

Quelle est la part de votre CA à l'international?

Nous avons une position de leader sur le marché français à l'heure actuelle et on essaie d'aller se déployer naturellement dans les pays limitrophes en Europe. Aujourd'hui, on est à 25 % du chiffre d'affaires à l'international ce qui est très faible pour une boite Saas. J'espère que d'ici 2020, nous inverserons la tendance et que nous serons à plus de 50 % à...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :