Un an après, quel bilan pour MyFeelBack aux États-Unis ?

 |  | 709 mots
Julien Hourrègue, Aurore Beugniez et Stéphane Contrepois les trois cofondateurs de MyFeelBack
Julien Hourrègue, Aurore Beugniez et Stéphane Contrepois les trois cofondateurs de MyFeelBack (Crédits : DR)
Lancée en 2011, la startup toulousaine MyFeelBack a ouvert en décembre 2014 une filiale à New-York pour accélérer son déploiement à l'international. Un an après, son logiciel de questionnaires de satisfaction est déjà utilisé aux États-Unis par L'Oréal ou la RATP et la jeune société est devenue la 4e entreprise toulousaine à remporter le Pass French Tech.

C'est en plein cœur de Manhattan, le poumon économique de New-York, qu'est née il y a un an MyFeelBack Inc, la filiale américaine de la startup toulousaine. Fondée en 2011, MyFeelBack a mis au point un logiciel capable lancer des questionnaires de satisfaction, de collecter et d'analyser des données sur les clients.

"Notre critère de différenciation est de fournir des données contextualisées. Un exemple : un client quitte un site de e-commerce avant d'effectuer un achat. Au moment où il quitte la page, il est invité à répondre à un questionnaire pour savoir pourquoi il n'a pas acheté. Le gérant du site peut aussi savoir quel produit le client avait mis dans son panier, quel a été son parcours de navigation sur le site. Nous ne faisons pas de conseil en marketing à partir de ces données. Le principe est qu'après une courte...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :