Airbus : "L'Internet quantique est une vraie disruption technologique"

Airbus vient d'être sélectionné par la Commission européenne pour piloter un consortium chargé de concevoir un réseau de communication quantique couvrant l'ensemble de l'UE. Dans une interview à La Tribune, Christophe Barbero, responsable stratégie pour ce projet Euro QCI au sein d'Airbus Defence and Space, explique en quoi il s'agit d'une première étape vers un Internet quantique qui permettra aux institutions gouvernementales et aux entreprises d'échanger des informations très sensibles de manière sécurisée.

5 mn

Airbus va piloter la conception d'un réseau de communication quantique.
Airbus va piloter la conception d'un réseau de communication quantique. (Crédits : Quantonation)

L'incident aurait pu avoir des conséquences dramatiques. En février dernier, l'hôpital de Dax était frappé par une cyberattaque bloquant le fonctionnement de tous les ordinateurs et obligeant l'établissement à admettre uniquement les patients dans une situation d'urgence très importante. Au même titre que les banques ou les gestionnaires du réseau électrique, les hôpitaux font partie des opérateurs d'importance vitale, identifiés par l'Etat comme indispensables à la survie de la nation. Pour ces organismes, l'arrivée des communications quantiques pourrait constituer un outil précieux.

"L'Internet quantique est une vraie disruption technologique qui n'a qu'un objectif : sécuriser encore plus les données et les échanges sensibles", indique à La Tribune Christophe Barbero, responsable stratégie pour le projet Euro QCI chez Airbus Defence and Space.

Une première étape avant l'arrivée des ordinateurs quantiques

Euro QCI, c'est le nom de code du programme lancé par la Commission européenne pour constituer un premier réseau de communications quantiques sur le Vieux Continent. Pour mener à bien ce projet, l'Europe a sélectionné Airbus à la tête d'un consortium d'entreprises et d'instituts de recherche composé de Leonardo, Orange, PwC France et Maghreb, Telespazio, du Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR) et de l'Istituto Nazionale di Ricerca Metrologica (INRiM) pour mener une étude d'une durée de 15 mois visant à définir les spécifications du système et à concevoir le segment terrestre assurant le fonctionnement du service.

"EuroQCI est la première brique de l'Internet quantique. L'objectif est de distribuer des clés de cryptage classiques par un moyen de communication quantique. Ces clés de chiffrement peuvent déjà être utilisées pour crypter un mail par exemple. L'émetteur envoie cette clé à son destinataire pour qu'il puisse lire le message. La différence, c'est qu'avec le réseau quantique, la communication entre l'émetteur et le destinataire sera complètement sécurisée.

Mais à terme, l'objectif sera de connecter des objets quantiques. Cela peut être deux ordinateurs quantiques ou des capteurs quantiques. À ce stade, l'idée sera de créer une chaîne de communication quantique complète et donc extrêmement sécurisée", détaille Christophe Barbero.

Si la création d'un premier réseau quantique opérationnel pour la distribution de clé est prévue pour 2027, l'arrivée d'un Internet entièrement quantique n'est pas attendue avant 2035. Et cette technologie ne s'adressera pas à Monsieur Tout-le-monde. "Elle vise des applications gouvernementales, des échanges entre des ambassades, entre des ministères mais aussi les transmissions de données des infrastructures critiques comme les acteurs de l'énergie, les banques, les assurances, les hôpitaux, etc", complète-t-il.

Un réseau quantique à la fois spatial et terrestre

Ce futur système de communication quantique sera à la fois composé d'un réseau spatial et terrestre. "La partie spatiale s'inscrit dans une continuité de développement des technologies de communication optiques. Dans une communication optique classique, la liaison est réalisée avec un laser puissant. La différence avec le réseau quantique, c'est qu'il s'agira de transmettre des informations qui sont contenues dans un photon, la particule qui transporte la lumière. Le réseau s'appuiera également sur les fibres optiques terrestres. Cependant, sur de longues distances, le signal s'affaiblit, dans ce cas les satellites pourront prendre le relai. C'est la raison pour laquelle les deux réseaux sont nécessaires", décrit Christophe Barbero.

En la matière, Airbus pourra s'appuyer sur son expérience historique en matière de communications laser par satellite mais également ses compétences en matière de cybersécurité. Le groupe fournit déjà des réseaux sécurisés pour la Marine nationale, le ministère de la Défense, des institutions européennes ou pour les opérateurs d'importance vitale. Les partenaires italiens du consortium ont commencé de leur côté à déployer un réseau terrestre quantique qui va traverser tout le pays et doté d'une connexion sous-marine vers Malte. Il s'agira du plus long réseau terrestre quantique d'Europe.

Une course mondiale aux technologies quantiques

Pour Airbus, cette réponse européenne est nécessaire pour rester dans la compétition mondiale en matière de quantique. "Pour rivaliser avec les États-Unis ou la Chine, nous avons besoin d'une coopération à l'échelle européenne", glisse le responsable stratégie du projet Euro QCI. La concurrence s'annonce rude. Dès 2016, la Chine a lancé le premier satellite de communication quantique au monde et en février le pays a annoncé avoir testé avec succès le réseau quantique intégré  combinant plus de 700 fibres optiques au sol et deux liaisons sol-satellite, permettant d'obtenir une distribution de clés sur une distance totale de 4.600 kilomètres, desservant théoriquement une grande partie du pays. En France, le gouvernement a annoncé en janvier dernier un plan quantique à 1,8 milliard d'euros pour booster la filière. À l'échelon régional, la filière commence également à se structurer avec la création de l'Institut quantique occitan qui regroupe une dizaine de laboratoires de recherche et les industriels (Airbus mais aussi Atos, IBM ou Thales).

Lire aussi 4 mnL'Occitanie se dote d'un institut quantique

Lire aussi 5 mnSpatial : "Les technologies quantiques vont bouleverser le monde" (Thales)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 02/06/2021 à 17:49
Signaler
l'électronique quantique n'étant pas encore sortie des labos que voilà que le (petit) personnel politique qui s'en mêle ! il y a encore quelques millions d'€uros qui vont s'évaporer comme le chat de Schrödinger . . . .

à écrit le 02/06/2021 à 15:04
Signaler
Comme vous ne voulez pas m'en dire plus, je me suis renseigné directement chez Airbus-SLC.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.