Intelligence artificielle : comment Toulouse contribue à la certification des algorithmes

 |  | 742 mots
Lecture 4 min.
Certifier des algorithmes d’intelligence artificielle est une nécessité pour les utiliser un jour dans des systèmes critiques comme la voiture ou l’avion.
Certifier des algorithmes d’intelligence artificielle est une nécessité pour les utiliser un jour dans des systèmes critiques comme la voiture ou l’avion. (Crédits : Airbus)
Depuis deux ans, des chercheurs toulousains et québécois entourés de partenaires industriels majeurs (Airbus, Thales, Bombardier) travaillent ensemble dans le projet DEEL pour certifier des algorithmes d’intelligence artificielle. Une nécessité pour les utiliser un jour dans des systèmes critiques comme la voiture ou l’avion. Les premiers résultats de cette collaboration sont encourageants.

"Confondre un berger allemand avec un chien de traîneau, ce n'est pas bien grave, mais si un algorithme se trompe dans une décision aux manettes d'un avion, vous comprenez que cela peut être autrement plus dévastateur", lance l'ancienne ministre Geneviève Fioraso, aujourd'hui à la tête de l'IRT Saint-Exupéry.

L'institut de recherche technologique a lancé en 2018 un programme transatlantique (baptisé DEEL pour Dependable and Explainable Learning) entre Toulouse et le Québec pour parvenir à certifier les algorithmes utilisés par les outils d'intelligence artificielle. C'est la condition sine qua non pour convaincre les constructeurs d'intégrer l'IA dans les systèmes critiques d'un avion ou d'une voiture.

Lire aussi : Avion, voiture : Toulouse veut rendre l'IA plus fiable

"Les outils de deep learning actuellement déployés dans les jeux vidéo fonctionnent comme une boîte noire. On obtient rapidement de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :