Curiosity sur Mars : une nouvelle caméra prendra le relais de la ChemCam en 2020

 |   |  601  mots
Le Rover Curiosity
Le Rover Curiosity
La ChemCam, instrument de mesure du robot Curiosity, a dépassé depuis août 2012 les 200.000 tirs lasers pour reconnaître le sol de la planète Mars. Olivier Gasnault est chercheur à l'Irap-CNRS à Toulouse et responsable des opérations scientifiques de l'appareil. Il évoque les résultats obtenus et le projet d'une nouvelle caméra pour 2020. Interview.

Quels résultats ont été obtenus grâce à la ChemCam ?

Pour rappel, la ChemCam collecte des données qui aident à définir la composition chimique du site d'atterrissage de Curiosity sur Mars. Intégrées avec d'autres mesures, elles permettent de comprendre l'histoire de la planète Mars.

La ChemCam a permis de détecter de l'hydrogène, peut-être des molécules d'eau dans le sable. Nous pouvons relier ces observations à celles faites sur Mars depuis l'orbite. Cela a permis d'élaborer une carte montrant les zones hydratées à la surface de la planète. De quoi aider à comprendre comment l'hydratation est retenue dans le sol de Mars, à quel minéraux ces molécules d'hydrogène sont associées.

Nous avons également découvert des roches très riches en silicium, ce qui était inattendu. Cela veut dire qu'il y a eu des magmas plus évolués sur la planète que ce que l'on pensait jusqu'à présent. Cela nous a donné de nouveaux éléments sur la formation de la croûte de Mars. Plus récemment, en 2014, du fluor a été détecté. Cela signifie que les roches martiennes se sont formées à la température du magma. Ces indices nous donnent également des informations sur l'altération des roches, c'est-à-dire leur transformation chimique une fois qu'elles sont à la surface.

La ChemCam a toutefois connu quelques dysfonctionnements récemment...

L'émission du second laser, servant à la mise au point du télescope, un peu comme un télémètre, est devenu de plus en plus faible. Mais la mission n'a pas été ralentie pour autant, car les autres instruments fonctionnent. Nous devons simplement effectuer des tirs lasers sur plusieurs positions, pour avoir quelques bonnes mesures.

On espère que dans deux mois, grâce un nouveau logiciel que nous avons développé, permettant de faire la mise au point, tout reviendra à la normale.

Combien de temps va durer la mission ?

La mission nominale était prévue jusqu'à l'automne dernier. Nous sommes désormais en mission étendue, ce qui nous amène jusqu'à fin 2016. Si le robot fonctionne au-delà de cette période et les financements continuent, elle sera prolongée.

La mission a été vivement critiquée par une commission indépendante au sein de la Nasa pour son coût élevé (2 milliards de dollars) pour un intérêt scientifique jugé limité...

C'est vrai que la mission coûte cher. Mais il faut ramener le coût sur le nombre de pays impliqués et le nombre d'années que cela représente, entre le développement et l'exploitation. Comparé à d'autres missions spatiales, cela me paraît raisonnable.

Par ailleurs, les résultats sont à la hauteur. Nous apprenons comment l'eau a pu apparaître et disparaître sur Mars. Un parallèle que nous pouvons faire avec la Terre, quand la vie est y apparue. Ce sont des questions fondamentales que nous nous posons depuis longtemps.

Quid de la SuperCam, le nouveau prochain projet d'envergure de l'Irap (Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie) ?

Elle prendra le relai de la ChemCam. Elle sera intégrée au nouveau robot de la Nasa qui ira sur Mars en 2020. Elle mesurera la composition chimique, mais aussi minéralogique des roches, grâce à une meilleure caméra. Nous aurons un rôle plus important, puisque, actuellement, la ChemCam ne mesure que la composition chimique.

In fine, en combinant ces deux fonctions, la SuperCam permettra de déterminer comment les atomes sont liés les uns aux autres, ce qui reste un mystère pour nous aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :