Toulouse : feu vert pour le téléphérique urbain !

 |   |  800  mots
Dans 18 mois, Toulouse aura son téléphérique urbain.
Dans 18 mois, Toulouse aura son téléphérique urbain. (Crédits : Poma)
Malgré une réserve à satisfaire, la commission d'enquête vient de rendre un avis favorable pour le projet de téléphérique urbain sud à Toulouse à l'issue de l'enquête publique. Porté par Tisséo, ce projet doit désormais voir le jour à la fin de l'année 2020.

C'était la dernière étape administrative avant d'aboutir à l'élaboration d'un projet évoqué depuis de nombreuses années à Toulouse. Venant d'obtenir un avis favorable de la part de la commission d'enquête, le projet d'un téléphérique urbain sud à Toulouse va en effet voir le jour. Il ne manque plus que la publication de la déclaration d'utilité publique (Dup) au Journal officiel et les travaux pourront débuter, malgré une réserve à satisfaire du côté de Tisséo, le porteur du projet, concernant le bruit généré par l'engin.

"La commission d'enquête prend acte que le porteur de projet s'est engagé à effectuer des mesures de suivi acoustique en plusieurs phases : à la mise en service, un an, puis trois, cinq et dix ans après la mise en service. La commission d'enquête apprécie que 12 points de mesures seront réalisés aux mêmes emplacements que les mesures effectuées dans le cadre de l'étude initiale (déterminant le bruit résiduel) répartis sur l'ensemble du tracé. Et qu'en fonction des résultats, si les seuils de la réglementation étaient dépassés, le maître d'ouvrage s'engage à mettre en œuvre des mesures adaptées (traitement de façade)", explique la commission d'enquête dans son rapport final.

Cette observation fait suite à l'enquête publique qui s'est déroulée du 11 février au 18 mars, permettant de récolter 398 contributions. Au-delà de la crainte de nuisances sonores, les contributeurs s'inquiètent des conditions de circulation aux abords des stations de ce futur téléphérique qui doit entrer en service fin 2020 et des possibilités de stationnement à proximité de ces stations.L'une de ses cinq recommandations de la commission d'enquête va en ce sens.

"Tisséo Collectivités et Toulouse Métropole devront en étroite concertation veiller à l'amélioration des conditions de circulation (fluidité) et de stationnement (éviter saturation) aux abords des stations du téléphérique et prendre des mesures, le cas échéant, complémentaires pour que la mise en service du téléphérique ne constitue pas un facteur aggravant dans ces domaines".

À ce sujet, Tisséo rappelle qu'il est prévu dans ce projet la construction d'un parking de 500 places au niveau de la station de l'Oncopole, tout comme des garages à vélos extensibles à chacune des trois stations. "Pour le stationnement automobile, des études seront faîtes après la mise en service du téléphérique et s'il y a besoin d'ajustements au niveau des parkings, nous en agrandirons certains comme nous le faisons actuellement le long de la Ligne A du métro", explique Francis Grass, le président de Tisséo Ingénierie.

Début des travaux en juillet

Pour ce qui est de la réserve, le syndicat mixte en charge des transports en commun toulousains Tisséo met en avant le choix de la technique des 3 S. Ce système à trois câbles (deux porteurs et un tracteur) serait l'option qui limite au mieux les nuisances sonores d'une telle infrastructure et qui assure la meilleure stabilité possible pour les cabines.

"Elle permet également d'avoir moins de pylônes sur le tracé et des pylônes plus hauts. Néanmoins, nous voterons au prochain conseil syndical le 3 juillet la déclaration de projet et prendrons officiellement position au sujet de ce rapport. Nous allons lever cette réserve et l'appliquer en effectuant des enquêtes sur les nuisances sonores à 12 points de contrôle. Des mesures adaptées seront prises en cas de dépassement des seuils, mais nous ne sommes pas inquiet à ce sujet", ajoute le président de Tisséo Ingénierie.

Quoi qu'il en soit, ce qui attend les Toulousains, c'est bien un téléphérique qui reliera l'université Paul-Sabatier à l'Oncopole, en passant par le CHU de Rangueil. Trois stations pour un téléphérique de trois kilomètres de tracé, ce qui en fera le plus long de France.

tracé téléphérique Toulouse

Le tracé, en relief du futur téléphérique urbain sud à Toulouse prévu fin 2020.

"Grâce à cette liaison entre Oncopole et la station de métro Université Paul Sabatier, de nouvelles connexions s'offrent avec le réseau structurant (Métro, Linéo). À terme, le téléphérique pourrait faire l'objet d'extensions pour assurer des correspondances avec la ligne A et la future 3ème ligne de métro à la station Montaudran", précise Tisséo.

Pour rappel, cette infrastructure coûtera 82,41 millions d'euros, sans compter les deux millions d'euros par an en moyenne, sur les vingt prochaines années, pour la maintenance. Les travaux vont débuter dès le mois de juillet, pour une mise en service fin 2020.

Lire aussi : Téléphérique urbain à Toulouse : où en est-on ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :