Les canopées urbaines, une solution pour rafraîchir Toulouse

 |   |  560  mots
Visuel 3D des canopées urbaines qu'Urban Canopee va installer à Toulouse.
Visuel 3D des canopées urbaines qu'Urban Canopee va installer à Toulouse. (Crédits : DR)
La startup parisienne Urban Canopee a mis au point des structures modulables et connectées pouvant accueillir des plantes grimpantes. L’idée : lutter contre les effets du changement climatique en remettant de la biodiversité en ville. La Ville rose est la première métropole à mettre en place le projet.

"Je voulais apporter ma pierre à l'édifice pour l'environnement". Telle est la profession de foi d'Elodie Grimoin, co-fondatrice d'Urban Canopee, quand on lui demande pourquoi elle a créé son entreprise, en 2016.

Une solution contre les îlots de chaleur

Au printemps 2019, sa startup Urban Canopee installera Place Diebold, dans le quartier toulousain de Saint Cyprien, trois grandes structures en forme de corolles, chacune faisant huit mètres de diamètre et quatre mètres de hauteur.

Ces dispositifs dont les pieds ressemblent à de gros pots de fleurs avec une faible emprise au sol - les pots ne mesurent qu'un mètre de diamètre - accueilleront des plantes grimpantes pouvant ombrager une surface de 100 mètres carrés. Une solution pour lutter contre les îlots de chaleur urbains, phénomène climatique constaté dans les zones très urbanisées.

"Il y a un problème de chaleur dû au béton dans les villes. Cette chaleur stockée le jour est restituée la nuit et provoque des îlots de chaleur urbains. Grâce aux relevés météorologiques de température, on voit une différence de sept à douze degrés entre les espaces minéralisés et les espaces verts", indique Elodie Grimoin.

Diplômée de Agro Paris...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :