Observation des galaxies : les premiers résultats de "Muse" dévoilés à Toulouse

 |   |  1013  mots
Muse, ce spectrographe dernier cri, pèse 7 tonnes et observe les galaxies les plus lointaines
Muse, ce spectrographe dernier cri, pèse 7 tonnes et observe les galaxies les plus lointaines (Crédits : A. Tudorica_ESO)
Développé depuis 2001, l'instrument européen d'observation astronomique Muse pourrait détrôner l'américain Hubble. Dans son viseur, des galaxies lointaines encore invisibles jusqu'à présent. Directeur de recherche au CNRS et concepteur de l'instrument, Roland Bacon est venu en présenter les premiers résultats "spectaculaires" à Toulouse, à l'occasion de la semaine de l'astrophysique française. Pour lui, ce nouvel instrument place l'Europe à la pointe de l'astrophysique. Interview.

À quoi sert l'instrument Muse ?
Il sert à observer les objets célestes dans l'espace. Avant, les astronomes observaient les galaxies avec des imageurs, qui fournissent des images parfois en...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :