Les épiceries gérées par des habitants fleurissent dans les villages d'Occitanie

Le mouvement Bouge ton coq vient d'être retenu pour figurer sur la plateforme d'épargne citoyenne Épargne Occitanie avec l'ambition de récolter 50.000 euros pour créer 25 épiceries associatives dans les villages de la région. Objectif : recréer des commerces de proximité fournissant des produits locaux et gérés par les habitants. Un concept qui séduit déjà. À Mazères-sur-Salat, en Haute-Garonne, un local géré par plusieurs dizaines de citoyens vient d'ouvrir.

6 mn

L'épicerie de Bardigues (82) est gérée par plusieurs dizaines d'habitants.
L'épicerie de Bardigues (82) est gérée par plusieurs dizaines d'habitants. (Crédits : Bouge ton coq)

On connaissait le supermarché coopératif La Louve ouvert en 2016 à Paris où pour y faire ses courses il faut donner trois heures de son temps par mois dans le magasin. Un concept qui a essaimé dans les grandes métropoles comme à Toulouse avec La Chouette Coop. Mais cette réappropriation par les citoyens des enseignes alimentaires ne s'arrête pas aux portes des villes.

En pleine campagne, des épiceries gérées par des habitants ont fleuri en Occitanie. À Mazères-sur-Salat, petite commune haut-garonnaise de 600 habitants, l'idée a germé lors d'un conseil municipal. "J'ai lancé une première réunion pour demander aux habitants ce qu'on pouvait faire à notre niveau en termes d'écologie et de vivre ensemble. Plusieurs idées ont germé. La première, c'était de mettre en place des goûters dans les écoles avec des produits locaux. Le deuxième souhait des habitants était de créer une épicerie avec des produits locaux", se remémore Délia Sartor qui était alors conseillère municipale de la commune.

Des retraités isolés et sans véhicule à la recherche de produits locaux

Le projet est porté dès sa création par une dizaine d'habitants. Ces derniers sont enseignants, soignants, retraités, etc.

"À l'époque, il n'y avait pas d'épicerie à Mazères. La commune est composée en grande partie de retraités isolés qui n'ont pas de véhicule. Ils dépendent des transports locaux pour aller au marché sur la ville d'à côté, à 40 km. Ce projet a été mis en place pour qu'ils aient dans leur commune la possibilité de se nourrir correctement. Beaucoup de retraités m'ont dit et redit qu'ils ne voulaient pas d'un bus pour se rendre à l'Intermarché du coin mais plutôt consommer autrement", ajoute Délia Sartor.

L'épicerie a enfin ouvert ses portes le 29 mai, avec quasiment déjà 100 adhérents. Elle propose des denrées non-périssables majoritairement fournies par une vingtaine d'agriculteurs locaux mais également des produits frais disponibles en précommande. Les habitants ont fait appel à la plateforme Monépi qui a déjà mis à disposition de 70 épiceries associatives en France un logiciel informatique pour gérer le commerce et assurer la boutique en ligne pour les précommandes.

bouge ton coq

L'épicerie de Mazères, qui vient d'ouvrir ses portes, frôle les 100 adhérents (Crédits : Bouge ton coq).

Créer 25 épiceries associatives en Occitanie

De son côté, le mouvement Bouge ton Coq a créé une plateforme de dons pour soutenir l'essaimage d'épiceries associatives dans les petites communes en collaboration avec l'Association des maires ruraux de France (AMRF) qui utilise son réseau pour promouvoir l'initiative auprès des élus. "Le local est prêté par la mairie et pour lancer chaque épicerie, sur 2.000 euros de dons collectés, 1.100 euros sont utilisés pour constituer un premier stock de denrées non-périssables, 500 vont financer Monépi et 400 euros sont reversés à Bouge ton coq", rappelle Isabelle O'Neill, ambassadrice de Bouge ton coq en Occitanie. Avant de rappeler :"60% des communes de moins de 3.500 habitants en France n'ont pas ou n'ont plus de commerce."

En Occitanie, au-delà de l'exemple de Mazères-sur-Salat, deux épiceries rurales gérées par des habitants ont vu le jour à Bardigues (Tarn-et-Garonne) et à Ju-Belloc (Gers). Bouge ton coq veut aller plus loin. L'initiative vient d'être retenue par la plateforme d'épargne citoyenne Epargne Occitanie, pilotée par l'acteur du crowdfunding WiSEED, en partenariat avec le conseil régional d'Occitanie et la CCI de région. Objectif : récolter 50.000 euros pour financer la création de 25 épiceries associatives dans les villages de la région (soit donc 2.000 euros par commerce).

Lire aussi 4 mnLes entreprises d'Occitanie peuvent à présent se financer par l'épargne citoyenne

Le bénévolat au coeur du modèle

Au-delà de ce coup de pouce pour le lancement, c'est surtout le modèle bénévole qui assure la pérennité économique du projet.

"L'ingéniosité du modèle imaginé par Monépi repose sur un modèle associatif. Cela permet d'éviter l'écueil de l'épicerie qui ferme parce qu'elle est étranglée par les charges au regard de la faible densité de clientèle et de population", fait valoir Isabelle O'Neill.

À Mazères, pour faire leurs courses, les habitants (sauf les personnes âgées de plus de 70 ans) doivent adhérer à l'épicerie associative et assurer quatre heures par mois de tâches dans le magasin. "Une manière aussi de créer du lien social, ajoute-t-elle. Cela permet également aux producteurs de disposer d'un nouveau lieu pour écouler leur récolte. Justement, à Mazères, l'un d'entre eux me disait qu'il n'aurait plus besoin d'aller jusqu'à Toulouse pour vendre une partie de sa production sur les marchés. C'est beaucoup plus rentable de vendre en circuit-court, d'autant que l'épicerie ne réalise aucune marge sur les ventes. Et les habitants ont accès à de bons produits locaux à un coût abordable."

À retenir


  • 60%

    des communes de moins de 3.500 habitants en France n'ont pas ou plus de commerce de proximité.

  • 50.000 euros

    C'est la somme qu'espère récolter le mouvement Bouge ton coq via la plateforme Épargne Occitanie pour créer 25 épiceries associatives dans des villages de la région.

  • 4 heures

    C'est pour le moment la durée de bénévolat demandée aux membres de l'épicerie de Mazères-sur-Salat (31) pour faire leurs courses.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/06/2021 à 12:57
Signaler
Attention au chiffre d'affaire. Le fisc veille, il vous aura un jour ou l'autre. Faites du noir.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.