Des Toulousains montent un supermarché coopératif

 |   |  681  mots
Une dizaine de personnes ont participé à la première réunion du projet
Une dizaine de personnes ont participé à la première réunion du projet (Crédits : Florine Galéron)
Dans ce magasin d'un nouveau genre imaginé par un petit groupe de Toulousains, les clients seront tous membres de la coopérative et ils travailleront 3 heures par mois à la caisse ou à la mise en rayon des produits, des denrées en priorité bio et locales. En échange, les prix sont 20 à 30 % moins élevés qu'ailleurs. À New York, le premier supermarché collaboratif crée il y a 40 ans accueille plus de 16 000 membres.

À Toulouse, le projet de supermarché coopératif commence tout juste à voir le jour. Un groupe Facebook a été lancé à la mi-janvier et, lundi 9 février, une dizaine de personnes s'est rassemblée dans un espace de coworking pour une première réunion. Objectif : ouvrir d'ici à un an et demi un supermarché sous la forme d'une coopérative.

"Les clients deviennent des coopérateurs qui ont un pouvoir sur les décisions de l'enseigne. Ils paient un droit d'entrée et doivent travailler dans le magasin trois heures par mois à la caisse, à la mise en rayon ou à l'approvisionnement, explique Céline Laporte, entrepreneure et parmi les pionnières du projet à Toulouse. En économisant sur la masse salariale, le supermarché peut proposer des prix 20 % à 30 % moins élevés que dans les enseignes traditionnelles."

Les produits seront en priorité bio et locaux pour proposer des denrées de qualité aux membres du supermarché.

Un concept gagnant à New York

Ce projet un peu fou vient tout droit des États-Unis. À New York, la Park Slope Food Coop existe depuis 40 ans. Ce supermarché dispose de 16 000 coopérateurs et il est ouvert 365 jours par an de 8h à 22h. La Park Slope Food Coop pratique seulement 20 % de marge contre 50 % habituellement dans les supermarchés. Malgré ce manque à gagner, l'enseigne enregistre plus de 50 millions de chiffre d'affaires chaque année.

Cette success-story a de quoi faire rêver. À Paris, fin 2013, une campagne de financement participatif est initiée pour lancer "La Louve", le premier supermarché coopératif de France. Via le site Kisskissbank, les amis de la Louve récolte plus de 120 000 euros. Un groupement d'achats a été créé pour lancer les premières ventes de fruits et légumes. Soutenu par la mairie du 18e arrondissement, le magasin devrait ouvrir d'ici à fin 2015 dans le quartier de la Goutte d'or. Depuis la Louve a fait des petits. Après Paris, les villes de Lyon, Nantes, Lille, Sète cherchent elles aussi à monter leur propre supermarché. Dans le Sud-Ouest, l'agglomération bordelaise prévoit d'ouvrir un local de 1 000 m2 d'ici le printemps 2016, et le Pays Basque monte son propre projet.

Trouver un local à Toulouse

À Toulouse, tout reste à faire. "Notre priorité est de créer des groupes de travail, de mettre au point une charte éthique et surtout de trouver un local", observe Céline Laporte. À titre de comparaison, La Louve parisienne occupera un local de 1 450 m2 pour un budget estimé à 1,45 million d'euros.

"Nous voulons trouver un lieu dans le centre-ville de Toulouse pour que les gens puissent y venir en transports en commun mais en même temps facilement accessible en voiture pour ceux qui ne vivent pas intra-muros", poursuit Céline.

Une soixantaine de personnes a intégré pour le moment le groupe Facebook. Parmi les personnes présentes à la première réunion de travail, il y a un informaticien, un ancien contrôleur de gestion, d'autres sont dans la communication. Solène, 26 ans, travaille de son côté dans un bureau d'études sur la diminution des déchets. Elle est déjà engagée dans le projet Disco soupe (qui propose des plats à bases de légumes invendus).

"Je suis déjà adepte d'autres types de consommation alternative comme les Amaps. Je suis intéressée par le côté coopérative mais aussi une manière de réduire les emballages et de mieux consommer."

Dans ce supermarché-coopérative, n'y aura-t-il que des produits bio et locaux ? Sans doute pas car l'enseigne ne veut pas être un" ghetto bobo" et compte s'ouvrir à un public le plus large possible. Le supermarché devrait proposer non seulement de l'alimentaire mais aussi des produits d'entretien basiques. "Il n'y aura pas de livres ou disques, mais il faudrait qu'il y ait tous les produits dont on a régulièrement besoin pour pouvoir y faire l'ensemble de ses courses. Si on doit aller au Leclerc pour acheter la viande ou une sauce tomate, les coopérateurs vont se désintéresser du magasin", poursuit Céline Laporte. Avant de conclure :  "C'est aux Toulousains d'imaginer le supermarché dont ils ont envie !"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2015 à 10:56 :
Beau projet ! y aura-t il aussi des artisans créateurs ?
a écrit le 09/05/2015 à 13:01 :
oû en est ce super projet?
a écrit le 24/02/2015 à 11:36 :
magnifique projet , je prends contact trés rapidement!

Je crois comprendre "ghetto bobo", malheureusement manger du bio ne relève pas que du désir mais de la possibilité de l'acheter.
Cela dit, discuter avec son marchand!
Bon nombre ne prenne pas le label bio , car comme tout les autres,les labels arnaquent les producteurs et le consommateur par la même occasion!
Pour autant le légume/fruit est 100% bio.
Arrêtons de croire seulement aux étiquettes!

Pour finir superbe projet!! A trés vite !
a écrit le 22/02/2015 à 19:29 :
Trés beau projet. Je suis avec beaucoup d'intérêt l'évolution du Park Slope Food Coop de Brooklyn depuis des années (qui est une magnifique réussite) et celui du projet parisien depuis peu. Je suis trés heureuse que ce type de projet se fasse à Toulouse. Aimerais même y participer si cela est possible. Mes voeux les plus enthousiastes pour la réussite du "louveteau". Mais d'accord avec les commentaires sur le "ghetto bobo".... L'esprit de la Coopérative doit dépasser ce type de jugement hâtif et clivant qui n'a pas beaucoup de sens.
Bonne chance et à bientôt.
Odile
a écrit le 16/02/2015 à 19:26 :
Un ghetto bobo ça veut dire quoi ??
On pourrait arrêter les jugements et de cataloguer tout le monde ?
Si ça commence comme ça on se demande ce que veut dire coopératif pour vous
a écrit le 15/02/2015 à 22:27 :
L'article est intéressant, et l'initiative encore plus! Espérons que ce projet voie le jour et "fasse des petits".
Dommage quand même qu'on ait droit, en fin d'article, au cliché bateau : les produits bio et locaux réservés aux bobos!!!
Réponse de le 25/02/2015 à 0:27 :
Encore des projet bien ficeler pour gagner beaucoup d'argent tout en fesan croire au gens quon leur viens en aide que dal il i a de l'argent a gagné ils nous prenne vraiment pour des buze

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :