Campus Payname à la campagne : détails d'un projet immobilier inédit

 |   |  1028  mots
Vue d'architectes, le coin repas.
Vue d'architectes, le coin repas. (Crédits : Jacques Beltràn Architectes)
L’esprit startup souffle sur le Volvestre. Éric Charpentier, le fondateur de Payname, distingué par le prix de la Nouvelle Économie lors de Biznext 2015, construit son futur campus en pleine campagne au sud de Toulouse. Un projet immobilier d'envergure, qui occupera une rue entière. Détails.

Certaines startups choisissent de s'installer en centre-ville, d'autres se regroupent en écosystème dans des accélérateurs. Payname a pris le contre-pied en optant pour la campagne et la commune de Saint-Elix le Château, située à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse, pour construire son futur campus hyper connecté de 600 m2. La fintech, qui se définit comme une alternative à la banque traditionnelle, sécurise les transactions entre particuliers. Après avoir levé 5 millions d'euros cette année, elle doit faire face à une croissance exponentielle.

"Il aurait été assez facile pour moi de m'installer à Toulouse car nous aurions été soutenus, mais je vis à Saint-Elix depuis une dizaine d'années et m'installer ici est apparu comme une évidence", explique Eric Charpentier, le fondateur de Payname.

Hébergée à ce jour dans les locaux de la Cantine à Toulouse, l'équipe de 28 personnes est à l'étroit. "Nous sommes en pleine campagne de recrutements et serons une soixantaine en mai prochain quand nous entrerons dans notre campus."

Le campus occupera une rue entière

À Saint-Elix le Château, commune de 900 habitants située au cœur du Volvestre, le projet de Payname n'a pourtant...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2015 à 18:28 :
Voila un projet innovant pour une start-up des "champs", qui mise sur la capacité de recrutement autrement qu'à Paris. Les talents sont partout et quand l'Assureur Militant comme la Maïf suit (comme BPI France ou LaDépêche) on peut penser que le projet de cobanking (entre particulier) a de l'avenir. Bravo !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :