Fintech : Payname lève 4 millions d'euros auprès de la Maif

 |   |  433  mots
Éric Charpentier, fondateur de Payname
Éric Charpentier, fondateur de Payname (Crédits : Rémi Benoit)
La fintech de Toulouse créée en 2013 vient de lever plus de 5 millions d'euros dont 4 millions auprès du groupe d'assurance Maif et 400 000 euros auprès de La Dépêche du Midi.

Spécialisée dans le paiement en ligne entre particuliers pour des services à la personne, Payname permettait en outre de déclarer ces services à l'Urssaf et de régler les cotisations sociales. Créée en 2013, la fintech toulousaine s'est diversifiée en ouvrant un service de cagnotte en ligne et s'oriente à présent vers un modèle de banque collaborative.

Pour accompagner ses ambitions, Payname vient de lever plus de 5 millions d'euros auprès de différents acteurs, dont 4 millions pour la Maif, via sa filiale Maif Avenir. À noter que le groupe La Dépêche du Midi investit 400 000 euros sous la forme d'un "media for equity", c'est-à-dire un échange de publicité contre des actions.

"Cela fait un an que je porte cette levée. Nous avons été sollicités par divers fonds, mais nous sommes plus en phase avec la Maif en termes de valeurs et de projections", se félicite Éric Charpentier, le fondateur de la société.

"Nous investissons dans Payname pour conforter notre position de référence dans l'économie collaborative, explique Nicolas Siegler, membre de la Direction Générale et du Comité Exécutif de la MAIF. Nos sociétaires pourront bénéficier des services offerts par Payname, notamment via notre plateforme Maif Social Club, où ils peuvent échanger et vendre des services."

 Un investissement à moyen terme

Cette levée permettra à la société de "boucler les fins de mois" selon Éric Charpentier, en attendant d'atteindre l'équilibre, et d'augmenter les effectifs. Dans les 6 mois prochains, 5 à 10 personnes devraient rejoindre les 25 salariés actuels.

"La rentabilité à court terme n'a pas guidé notre choix, assure Nicolas Siegler. Nous savons que Payname sera rentable même si nous ne savons dire quand. Une chose est sûre, ses services seront rapidement disponibles pour nos sociétaires."

En septembre, Payname lancera une nouvelle version de son service de paiement entre particuliers, "qui devrait faciliter le développement de l'économie collaborative", selon la Maif. Prochainement, la startup proposera également une carte de paiement et étendra ses services aux professionnels, dont les transactions seraient commissionnées sur son site à hauteur de 1,5 %.

La fintech, qui revendique 20 000 utilisateurs et quelques millions d'euros gérés par mois, a été agréée établissement de paiement par l'ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) en juillet. "Un marque de son professionnalisme", selon la Maif. Après la France, l'Europe ? "Nous allons chercher l'agrément bancaire européen", annonce Éric Charpentier, qui réfléchit déjà à une future nouvelle levée "d'une dizaine de millions d'euros dans deux ans maximum".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :