"Oppidea doit faire mieux avec moins de budget", interview d'Emmanuel de Severac

 |   |  568  mots
Emmanuel de Severac
Emmanuel de Severac
Procédures accélérées, révision à la baisse de certains projets, mais aussi perspectives stables pour 2015. À l'occasion des traditionnels vœux aux professionnels du secteur, la Sem d'aménagement de Toulouse Métropole Oppidea a dévoilé sa nouvelle feuille de route. Interview de son directeur général délégué, Emmanuel de Séverac.

Le bilan d'Oppidea se traduit par un résultat d'exploitation en baisse et votre président, Gilles Broquère, vous demande de faire mieux avec moins, quelle l'état de la société ?

Le résultat d'exploitation est en effet déficitaire. En 2013, il était de - 450 000 € et il le sera vraisemblablement aussi en 2014. Néanmoins le résultat net est positif et la différence entre les deux s'explique par des produits financiers placés. Mais mon objectif principal n'est pas le compte d'exploitation, qui n'est qu'un indicateur, mais plutôt la façon de travailler. 2014 était une année de transition et nous nous adaptons à la nouvelle commande politique. On nous demande en effet de  faire mieux avec moins en terme de budgets d'opérations.

Comment allez-vous vous y prendre ?

En modifiant nos méthodes de travail et notamment le processus d'attribution des droits à construire aux promoteurs dans les Zac. Globalement, le principe est d'accélérer les procédures. Nous devrions gagner 6 mois sur les délais d'attribution, puis les commercialisations devront se faire sur des tranches plus petites. Le but est de réduire de 25 % les temps de réalisation et in fine de proposer des prix de vente et des loyers moins élevés. Ce dispositif sera dévoilé aux opérateurs dans le détail le 27 janvier prochain. Pour 2015, l'attribution des droits à construire représentera 1 500 logements en Zac. Nous allons aussi revoir nos méthodes de travail en matière d'immobilier d'entreprise. Actuellement les marchés sont traités selon un processus trop complexe  avec de nombreux intermédiaires : commercialisateurs, occupants, investisseurs, promoteurs, aménageurs... Le risque là aussi est d'être inefficace. Il faut donc simplifier les choses.

Plusieurs projets en cours ont déjà été revus à la baisse l'année dernière, lesquels?

En effet plusieurs projets ont été révisés à la baisse souvent dans le souci de trouver un meilleur équilibre. Les projets concernés sont les Zac de Laubis à Seilh qui comptera moins de logements que ce qui était initialement prévu. Même chose au Vidailhan à Balma avec moins de logements et surtout un rééquilibrage entre les typologies de logements et un phasage des travaux. Ainsi que les Zac Tucard à Saint-Orens et Piquepeyre à Fenouillet. Ces révisions se font au cas par cas, mais le nombre global de logements à construire sur les territoires ne sera pas revu à la baisse car l'offre en logements est l'une des raisons de l'attractivité de notre agglomération.  

Vous venez de signer un contrat de réservation avec le promoteur Altaréa Cogedim à Montaudran, quel sera le programme ?

En effet Altaréa Cogedim va construire 60 000 m2 de surface plancher autour de la  place centrale. Il s'agit d'un projet mixte  avec un espace commercial, un hôtel, une résidence étudiante, des logements - 600 en tout -  et des bureaux. Les travaux devraient être lancés fin 2016 en deux ou trois tranches.

Quel est le bilan de l'activité d'Oppidea en 2014 et vos objectifs pour 2015 ?

Nous avons réalisé 40 M€ de travaux en 2014 sur les espaces publics des Zac dans le cadre de notre activité, dont 22,5 M€ concernent l'aménagement et 17,5 M€ la construction. Nous avons livré 843 logements et démarré des travaux concernant 1 572 logements. 2015 sera une année de continuité, nous comptons actuellement 20 opérations publiques d'aménagement en cours, prévoyons 1 320 mises en chantier et l'instruction de 1 950 permis de construire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :