The Village sème les graines du co-développement

 |   |  649  mots
L'ensemble des partenaires et acteurs économiques associés à The Village, pour le lancement de l'édition 2019
L'ensemble des partenaires et acteurs économiques associés à The Village, pour le lancement de l'édition 2019 (Crédits : Rémi Benoit)
L’événement qui réunira près de 100 décideurs et « change makers » les 30 et 31 août à St-Bertrand-de-Comminges – sous le parrainage de Stéphane Bern pour cette 3e édition – incite non seulement à « changer le monde » mais participe aussi très concrètement à un modèle de co-développement entre métropoles et territoires ruraux.

« Mobilité en milieu rural » ; « Mieux produire, mieux se nourrir, mieux vivre » ; « Produire local pour redynamiser les économies locales et Transition écologique ». Tels sont les thèmes de l'édition 2019 de The Village-Changer le monde qui se déroulera les 30 et 31 août, toujours à St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne).

Une vision à 365 jours

L'événement, créé par La Tribune et Inco, réunit pendant deux jours des décideurs et « change makers » dans un lieu propice à la réflexion. Mais The Village n'a pas vocation à n'être qu'un énième lieu de réflexion déconnecté des réalités. Les participants formulent des propositions concrètes ou envisagent des solutions à court terme pour répondre aux enjeux évoqués ci-dessus : ces propositions seront ensuite adressées aux décideurs politiques (dont l'Elysée).

Jean-Christophe Tortora, président de La Tribune, entouré des partenaires et acteurs économiques associés à The Village

« Nous ne voulions pas que The Village se limite à deux jours d'échanges dans l'année - certes riches - mais sans impact au quotidien ; l'idée, c'est de prolonger The Village 365 jours par an », a indiqué Nicolas Hazard, fondateur d'Inco, lors de la présentation de l'événement le 21 mars au restaurant toulousain J'Go. C'est pourquoi la commune de St-Bertrand a décidé de créer avec Inco le premier bootcamp d'accélération en milieu rural, installé dans une ferme désaffectée.

« Nous en sommes encore aux prémices mais nous souhaitons accueillir notre première promotion de startups dès cette année », a annoncé Marie-Claire Uchan, la maire de St-Bertrand.

Stéphane Bern parrain de l'édition 2019

Grâce à ses partenariats et au mécénat d'entreprise (Enedis, Icade, Suez...), The Village a aussi pu reverser récemment 20 000 euros à la Fondation de St-Bertrand-de-Comminges pour financer la rénovation de l'orgue et de la salle du Trésor au sein de la cathédrale du village.

L'ensemble des partenaires et acteurs économiques associés à The Village, pour le lancement de l'édition 2019

« La conservation du patrimoine local est un enjeu majeur pour l'attractivité et le développement économique des territoires ruraux », a souligné Jean-Christophe Tortora, président de La Tribune. D'ailleurs, afin de souligner ce lien entre patrimoine local, tourisme et développement local, c'est Stéphane Bern qui sera cette année le parrain de l'événement et le rédacteur en chef d'un numéro spécial de La Tribune, à la suite du cuisinier Thierry Marx.

« The Village est aussi devenu un réseau de relations, un réseau d'autant plus puissant que cet événement crée du lien réel entre métropoles et territoires ruraux en y donnant du sens. Or, le sens est un formidable accélérateur du développement économique, a indiqué Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région Occitanie, partenaire de l'événement. Le développement équilibré des territoires n'est possible que s'il y a du co-développement. »

Des exemples concrets de co-développement

En matière de co-développement, The Village est aussi une réalisation exemplaire comme l'a rappelé Marie-Claire Uchan : financement de la restauration de l'orgue et de la salle du Trésor, rénovation de la rue principale de St-Bertrand et, cette année, inauguration d'une boulangerie qui proposera du pain cuit au feu de bois réalisé à partir de farines de variétés anciennes de blé. Une autre façon de préserver le patrimoine, végétal et gastronomique celui-là.

« L'alimentation est une donnée essentielle pour changer notre modèle agricole et notre impact sur l'environnement. Il ne s'agit pas de critiquer ce qu'on fait nos parents et grands-parents, mais maintenant, on sait l'impact qu'a l'agriculture industrielle et il serait criminel de ne pas changer les choses », abonde Denis Meliet, le fondateur des restaurants J'Go.

Ainsi, un jardin communal a aussi vu le jour à St-Bertrand pour cultiver des variétés anciennes de légumes. Légumes qui seront servis lors des événements estivaux de la cité du Comminges : un autre exemple de co-développement et d'économie circulaire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :