La fintech Morning reprise par la banque Edel et la Maif, le PDG écarté

Changement de contrôle au sein de la startup Morning. Selon nos informations, la "néo-banque" toulousaine, en difficulté depuis le mois de décembre 2016, est reprise par Edel, une banque appartenant au groupe E.Leclerc, et la Maif. Le fondateur de la Fintech, Éric Charpentier, s'en va.

4 mn

Éric Charpentier, fondateur de Morning, a été écarté de la startup qui voulait réveiller la banque.
Éric Charpentier, fondateur de Morning, a été écarté de la startup qui voulait "réveiller la banque". (Crédits : Rémi Benoit)

Après deux mois mouvementés, la startup toulousaine Morning, qui voulait "réveiller la banque", a trouvé un repreneur : ce sera une banque, mais pas comme les autres, puisque c'est Edel, filiale de l'enseigne de distribution E. Leclerc, qui en prend le contrôle. La Maif, qui détenait 38 % du capital, reste actionnaire. Le fondateur et PDG, Éric Charpentier, quitte l'entreprise.

"Il fallait faire entrer au capital un industriel qui puisse apporter à Morning des revenus en exploitant sa solution technologique et en lui donnant les moyens de déployer celle-ci auprès d'autres entreprises, nous confie Nicolas Siegler, le directeur général adjoint de la Maif. Le projet réorienté sur le BtoB nous a paru assez intéressant pour décider de rester."

Le futur actionnaire majoritaire, la banque Edel, implantée à Labège près de Toulouse, confirme l'information mais ne souhaite pas s'exprimer avant que la nouvelle ne soit rendue officielle. C'est un dirigeant d'Edel, qui assurera la direction de l'ex-Payname. Pour rappel, deux autres candidats avaient déposé une offre de reprise : une autre startup de la fintech, Treezor, établissement de monnaie électronique agréé proposant des solutions de paiement, et la société Mutualize, propriétaire de la marque France-Soir et du système de paiement CardsOff.

Morning était à court de liquidités. Le régulateur financier, l'ACPR, avait suspendu son agrément le 1er décembre, parce qu'elle avait ponctionné 500.000 euros sur son compte de cantonnement. L'urgence était d'opérer un versement en compte courant pour payer les salaires de janvier aux 49 salariés de Morning. Un nouveau business plan va être défini d'ici à la fin mars.

Lire aussi : Quelles pistes de sortie de crise pour Morning et la Maif ?

Éric Charpentier "out"

Ce changement de contrôle devrait se traduire par des réductions d'emplois. La priorité ne sera plus donnée au modèle de "néo-banque" pour le grand public (environ 75.000 clients actuellement).

"Morning va continuer avec un nouveau projet construit avec Edel en s'appuyant sur les actifs de néo-banque mais avec une nouvelle priorité sur le BtoB pour trouver un chemin vers la rentabilité. Cela ne veut pas dire qu'on arrête tout le reste, mais on focalise les ressources et le développement sur les solutions pour les entreprises", explique Nicolas Siegler.

Selon une source proche, d'autres acteurs, notamment dans l'univers de la distribution, seraient intéressés par une solution sous marque blanche dans le but de lancer une activité de "banquier virtuel", sur le même modèle que les opérateurs mobiles virtuels (MVNO) dans la téléphonie.

Un départ est confirmé : celui d'Éric Charpentier, le fondateur de la société, qui a été écarté de l'entreprise. Contacté, il confirme l'information mais ne souhaite pas s'exprimer. En décembre, son bras de fer avec la Maif au sujet de la stratégie de la société avait été fortement médiatisé. Le chef d'entreprise, à la communication volontiers provocatrice, avait réussi à fédérer autour de lui, à la faveur d'une communication importante sur les réseaux sociaux, ses salariés mais aussi plusieurs chefs d'entreprises et élus régionaux. Il souhaitait maintenir l'indépendance de Morning et ne pas se rapprocher d'un groupe bancaire. Il a cependant été rattrapé par la réalité économique.

La Maif, représentée par Nicolas Siegler, était en désaccord avec le changement de stratégie, de cagnotte en ligne à néo-banque grand public, et avait dénoncé la communication d'Éric Charpentier. L'assureur mutualiste plaidait pour le rapprochement avec un groupe industriel.

Lire aussi : Fintech : la Maif dénonce la communication et la stratégie de Morning

Quel avenir?

Les employés de Morning joints ce jour ne souhaitaient pas non plus s'exprimer sur la situation, qu'il s'agisse du service communication ou des délégués du personnel. "Nous ne savons pas ce qu'il va se passer pour nous", glisse tout juste une salariée. Difficile encore de savoir ce que va devenir le Toaster, le bâtiment neuf inauguré en 2016 et qui héberge les locaux de Morning à la campagne. La question du siège fait partie des sujets à traiter, reconnaît la Maif."Il paraît que le repreneur ne souhaite pas garder les poules ni les moutons", sourit un voisin.

Lire aussi : Fintech : les leçons à tirer du dur réveil de Morning

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 11/02/2017 à 3:48
Signaler
quand javais vu le projet j'avais trouvé super intéressant.. j'avais contacté en octobre ,novembre car j'étais intéréssé par leur carte CB .. mais ca paraissait trop bien.. au téléphone le conseiller me disait oui avec nos CB mastercard a demande sys...

à écrit le 06/02/2017 à 18:30
Signaler
Il y a une chose dans la banque EDEL qui me semble pas cohérente. Elle est adossée à E.LECLERC mais aussi au CREDIT COOPERATIF qui prone une économie solidaire et en particulier pour les producteurs (LECLERC ... fournisseur ... ne trouvez vous pas un...

à écrit le 04/02/2017 à 17:21
Signaler
Pour rappel à tous les "spéculateurs" qui se permettent de commenter et de juger : cantonner des fonds ne veut pas dire voler et l'interdiction de l'ACPR a été levée dès décembre après la régularisation de la situation. Au lieu de donner des leçons, ...

le 06/03/2017 à 16:31
Signaler
Et piocher dans le compte de cantonnement, cela veut dire quoi ? Cela veut dire voler ... ses clients et c'est ce que l'ex PDG de morning a fait. Votre commentaire est totalement ridicule ...

à écrit le 02/02/2017 à 19:25
Signaler
Eric Charpentier a dû recevoir un bon gros chèque pour faire ses valises après sa gestion hasardeuse de sa boite et surtout après avoir craché sur son premier actionnaire la Maif qui lui avait mis 5 millions sur la table pour qu'il les gaspille a ach...

à écrit le 02/02/2017 à 7:04
Signaler
Dommage Eric, mais la réalité économique est là, l'argent n'est pas gratuit et se confronter à la Maïf et les Franc-Maçons été une grave erreur, pour la start-up, pour l'équipe des X-men et Saint-Felix....

à écrit le 02/02/2017 à 0:36
Signaler
va t'il conserver les 500000 ponctionnés a ses clients ou les rendre avant de partir?

à écrit le 01/02/2017 à 19:33
Signaler
Le fondateur va percevoir une confortable indemnité en échange de son silence....d'un autre côté il est à l'origine du projet....en espérant que les salariés ne paient pas les pots cassés.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.