PSE : Le Maire demande à la direction de Derichebourg Aeronautics d'attendre

 |  | 1009 mots
Le sous-traitant aéronautique toulousain de rang 1, Derichebourg Aeronautics, est plongé dans un contexte social et économique complexe.
Le sous-traitant aéronautique toulousain de rang 1, Derichebourg Aeronautics, est plongé dans un contexte social et économique complexe. (Crédits : Rémi Benoit)
La direction du sous-traitant aéronautique toulousain de rang 1 a ouvert des négociations avec les syndicats (divisés) pour la signature d'un accord de performance collective (APC), sans fermer la porte à la nécessité d'un PSE en suivant. Pleinement mobilisés, les syndicats sont parvenus à interpeller le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, qui demande à Derichebourg Aeronautics d'attendre la présentation du plan de soutien à la filière aéronautique avant de prendre une décision. Des mesures qui devraient être annoncées mardi 9 juin.

C'est "une victoire", pour le syndicat Unsa Snmsac. Tandis que Force Ouvrière évoque "une prise de parole qui fait plaisir". Les représentants de ces syndicats au sein de Derichebourg Aeronautics, sous-traitant aéronautique toulousain de rang 1, ne comprennent la précipitation de leur direction à vouloir signer un Accord de performance collective (APC) avant le 10 juin, tout en ne fermant pas la porte à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) par la suite, afin de faire face à la chute d'activité dans l'industrie aéronautique. Une situation sur laquelle s'est exprimé jeudi 4 juin Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, invité de l'émission télévisée "Vous avez la parole" sur France 2.

Lire aussi : Derichebourg Aeronautics prépare un PSE et 700 emplois sont menacés

"Derichebourg peut attendre de voir ce que nous allons proposer dans le plan aéronautique, pour voir s'il y a des solutions dans ce plan. Il y a peut-être d'autres solutions de réduction des coûts (que celle de réduire les avantages sociaux à l'égard des salariés, ndlr)", a alors déclaré le membre du gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2020 à 16:30 :
Donc l'état aide les entreprises si les salariés baissent le pantalon
a écrit le 07/06/2020 à 8:25 :
Enfin la réalité du volume de travail est claire, soit on transforme en cargo les 380, lance un nouveau programme et on se met a fabriquer des drones en masse, voire des caravanes ! Soit on arrête les frais et Toulouse reviendra une ville rose de 400 mil habitants.
a écrit le 05/06/2020 à 16:37 :
Les Etats Unis sont déjà en train de réembaucher, en France on est encore a négocier si on ne peut pas différer les licenciements. Mais dans 3 ans, les Etats Unis seront repassé en dessous de 5% de chômeurs et nous, nous nous trainerons toujours autour de 10%.
Réponse de le 05/06/2020 à 18:20 :
D'une part les inscriptions au chômage continuent à augmenter (+millions la semaine dernière ), mais d'autre part votre commentaire est trop macro.
Par exemple les emplois dans les cafés restaurants risquent de remonter beaucoup plus vite que dans l'aéronautique. Donc les licenciements sont devant nous dans ce dernier secteur.
Réponse de le 05/06/2020 à 20:29 :
Vous ne faites que du commentaire quel intérêt?
Que proposez -vous?
Réponse de le 06/06/2020 à 17:37 :
Les US reambauchent ds les emplois de service bas de gamme qui avaient généré des millions de chomeurs en qcqs semaines ds les Etats où le confinement avait été décrété et qui s'est allégé depuis ds certains Etats à la dde de Trump.
Par contre, ds le milieu .aéronautique et ds l'énergie, les charrettes de licenciement vont bon train avec des reambauches d'emplois très qualifiés qui ne reviendront pas de sitôt.
C'est ce que le plan de Lemaire veut retarder au maximum, voire annuler si une reprise plus forte que prévue se manifeste pour fin 2020 début 2021.
On recrute pas un métallo ds l'industrie, comme on recrute un serveur ds un bistrot...
a écrit le 05/06/2020 à 15:08 :
on peut savoir pourquoi Lemaire n'a rien dit a OXFAM qui a fait un licenciement boursier de 30% de ses effectifs?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :