Anywaves embarque à bord de la Falcon 9 de SpaceX

 |  | 409 mots
Lecture 2 min.
Nicolas Capet est le fondateur de la société Anywaves.
Nicolas Capet est le fondateur de la société Anywaves. (Crédits : Rémi Benoit)
La startup toulousaine Anywaves vient de signer un contrat avec le spécialiste de l'organisation de missions spatiales Loft Orbital pour deux antennes embarquées sur le microsatellite YAM-3, qui sera lancé depuis la Falcon 9 de SpaceX. La jeune société projette de doubler son chiffre d'affaires en 2021.

Nouveau succès commercial pour Anywaves. Le concepteur toulousain d'antennes miniatures pour le New Space vient de nouer un partenariat avec Loft Orbital, une société californienne positionnée dans l'organisation de missions spatiales et qui a implanté des bureaux dans la Ville rose fin 2019.

Lire aussi : New Space : la startup californienne Loft Orbital s'installe à Toulouse

Une antenne produite en une semaine

Anywaves a fourni deux antennes pour le microsatellite YAM-3 de Loft Orbital qui sera lancé depuis la Falcon 9 de SpaceX avec à son bord plusieurs missions (géolocalisation de précision, télécoms, IoT).

"Cette première vente pourrait en générer d'autres puisque nous avons quand même réussi à livrer dans un délai record du matériel, en une semaine exactement. Peu de sociétés peuvent y parvenir. L'arrivée de Loft Orbital à Toulouse nous a permis de nous rencontrer facilement dans l'écosystème. Ce nouveau client a l'avantage d'être un acteur avec à la fois un pied en Europe et un pied aux USA. Loft Orbital sait adresser le marché américain et cela représente pour nous potentiellement un relais de croissance", espère Nicolas Capet, le fondateur d'Anywaves.

Toujours dans cette perspective de conquérir le marché américain, Anywaves avait noué une alliance à l'été 2020 avec l'entreprise bretonne Syrlinks, devenue le revendeur exclusif sur une bonne partie du globe de ses antennes taillées pour le New Space.

Cap sur l'Asie

La startup a aussi mis un premier pied en Asie en signant en décembre 2020 un premier contrat avec Pixxel, une start-up indienne du New Space.

Lire aussi : La pépite française Anywaves s'ouvre au marché indien

"Malgré les restrictions de déplacement, nous avons réussi en 2020 à aller à l'export, en particulier en Asie avec une vente auprès d'une startup indienne extrêmement prometteuse. Nous attendons de pied ferme la réouverture des frontières et nous mettons les bouchées doubles sur notre stratégie commerciale pour aller sur les marchés indiens et chinois. C'est notre priorité pour 2021", ajoute l'entrepreneur.

La startup est passée d'une production de 30 antennes à 150 modèles de vol en une année. Après avoir réalisé un million d'euros de chiffre d'affaires en 2020 (le double de l'année précédente), Anywaves espère à nouveau multiplier par deux son activité en 2021. La jeune pousse emploie 20 salariés et pourrait ouvrir des recrutements dans les mois à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :