Une année 2019 difficile pour la coopérative Arterris

 |   |  866  mots
En 2020, la société coopérative se veut vigilante
En 2020, la société coopérative se veut vigilante (Crédits : Rémi Benoit)
Face aux aléas climatiques, le groupe coopératif agricole audois, Arterris, accuse une baisse de son chiffre d'affaires sur la période 2018/2019. Pour autant, celui-ci avait anticipé ce résultat en diminuant certains investissements. Grâce à sa stratégie de croissance externe, l'entreprise a également préparé ce repli économique. Arterris mise aussi sur de nouveaux produits pour retrouver la croissance.

Après une année 2018 assez mauvaise pour les récoltes, l'année 2019 n'a pas été tellement mieux pour Arterris. Le groupe coopératif agricole, basé à Castelnaudary, a dû faire face à de nombreux aléas. Entre un contexte climatique difficile, le mouvement des gilets jaunes qui a plombé ses ventes et les crises sanitaires, la coopérative a souffert. Son chiffre d'affaires est passé d'un milliard d'euros en 2018 à 998 millions d'euros en 2019. Arterris n'avait pas enregistré de baisse de son chiffre d'affaires depuis quatre ans.

"Du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019, la météo n'a pas été au rendez-vous, nous avons eu de l'eau tout l'hiver jusqu'à la récolte, ce qui a eu un impact sur la récolte de céréales et de blé dur. Nous avons dû en passer une grande partie en animal et non en consommation pour l'humain. D'après les agriculteurs, cette année a été la plus mauvaise depuis 40 ans niveau climat", informe Jacques Logie, directeur général d'Arterris.

Pour la partie semences, le groupe accuse des chiffres historiquement faibles. Il n'a produit que 22 000 tonnes de semences sur cette période contre 32 000 tonnes habituellement. Et même s'il se rattrape avec un bon développement sur la partie légumes, Arterris a enregistré son plus faible EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement, ndlr) depuis 2011 pour le pôle agricole. Celui-ci est passé de 17 millions d'euros à 6,7 millions d'euros. La coopérative estime que les mauvaises conditions climatiques ont impacté de 40 millions d'euros le chiffre d'affaires du pôle agricole.

L'agroalimentaire sauve le groupe

Arterris, qui rappelle avoir doublé ses fonds propres en 10 ans d'existence, avait prévu de tels résultats et a freiné ses investissements.

"Nous avons réussi à anticiper la mauvaise année 2018. De gros efforts sur le besoin en fonds de roulement ont été faits et nous avons baissé nos investissements. Ceux-ci sont tombés à 13,5 millions d'euros sur 2018/2019 alors qu'ils étaient de 32 millions d'euros pour la période 2017/2018", indique le dirigeant.

Le groupe a pu également bénéficier de son pôle agroalimentaire. Avec un EBITDA de 10,7 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 363 millions d'euros, les résultats du pôle sont supérieurs à leurs attentes.

Le groupe mise sur sa croissance externe

Et si la coopérative obtient ces résultats c'est grâce à sa stratégie de croissance externe. Entre 2016 et 2019, l'investissement cumulé est passé de 28,6 millions d'euros à 60,9 millions d'euros. Fin 2017, Arterris a racheté les marques "Les bories du Périgord" (conserves de plats cuisinés) et "La belle Chaurienne", marque de plats cuisinés à base de canard. Aujourd'hui, le groupe a décidé de redynamiser cette dernière et la marque "Secret d'éleveurs", située près de Castres, qui commercialise du foie gras en grande distribution.

"Nous proposons depuis décembre une nouvelle gamme pour La belle Chaurienne avec huit nouvelles références qui mettent en avant le savoir-faire des autres régions comme la blanquette de veau par exemple. Nous voulons porter autre chose que le cassoulet et les plats du Sud-Ouest, sortir de cette catégorie, pour développer la marque à l'export en nous appuyant sur le rayonnement de la cuisine française. Nous réalisons 3% du chiffre d'affaires à l'export et d'ici 4-5 ans nous voulons atteindre 10%. Pour Secret d'éleveurs, nous allons étoffer la gamme en avril-mai avec des magrets produits en IGP Sud-Ouest", annonce Leila Veillon, directrice marketing d'Arterris.

Lire aussi : Arterris veut ouvrir une vingtaine de magasins de produits frais dans des Gamm vert

Une nouvelle marque pour Arterris

Autre nouveauté, le groupe vient de lancer la marque "De vous à nous" et sa gamme de riz, pâtes et lentilles. Un segment sur lequel la marque ne se trouvait pas encore. Les produits seront commercialisés dans les 57 enseignes de distribution du groupe, en Occitanie, soit Gamm Vert, Larroque et Les Fermiers Occitans.

"C'est une stratégie complémentaire, nous ne souhaitons pas prendre la place de nos partenaires et nous suicider. Nous ne voulons pas être en concurrence avec nos partenaires qui sont en grande distribution tels que Panzani, dont nous sommes le premier fournisseur de blé dur. Pour 2021, nous avons l'objectif de réaliser un million de chiffre d'affaires, d'étoffer la gamme puis nous commercialiserons ensuite, la marque en dehors de la région Occitanie", explique le directeur général.

En 2020, Arterris se veut autant vigilant que pour 2018/2019. "Cette année nous serons prudents au vue de la conjoncture économique et d'une année aussi difficile sur le plan climatique", déclare Jacques Logie. Pour autant, la coopérative ne met pas un frein à ses projets.

"Notre raison d'être est de développer l'économie agricole sur notre territoire. Nous capterons donc tous les outils qui vont dans ce sens, que ce soit de la restructuration ou de la fusion, notamment pour l'élevage qui s'essouffle et qu'il faut restructurer. Mais, nous choisirons des projets qui valorisent la production et qui correspondent aux attentes du consommateur", conclut Jean-François Naudi, président du groupe agricole.

Lire aussi : Jean-François Naudi nouveau président de la coopérative agricole Arterris

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :