Arterris veut ouvrir une vingtaine de magasins de produits frais dans des Gamm vert

 |   |  452  mots
Jacques Logie est le directeur général d'Arterris.
Jacques Logie est le directeur général d'Arterris. (Crédits : Rémi Benoit)
Face aux difficultés rencontrées par le secteur agricole, le groupe coopératif audois Arterris veut se réorienter vers l'agroalimentaire et la distribution. Plusieurs magasins Gamm vert vont être réaménagés pour accueillir l'enseigne Frais d'ici qui vend des légumes de saison, du fromage et de la viande en grande majorité produits dans la région.

Incidents climatiques, volatilité du cours des céréales, crises sanitaires... face à ces aléas récurrents le groupe coopératif agricole Arterris (basé à Castelnaudary dans l'Aude) s'apprête à réorienter son activité. "Le modèle agricole existant tourné vers la production de matières premières au prix mondial pour l'exportation et l'industrie ne suffira pas pour maintenir un développement agricole en France, lance Jacques Logie, le directeur général d'Arterris. Nous essayons de convertir notre groupe coopératif en groupe agroalimentaire."

Cette mue passe par une croissance externe. Fin 2017, Arterris a ainsi racheté les marques Les bories du Périgord (conserves de plats cuisinés) et La belle Chaurienne, marque de plats cuisinés à base de canards.

Les Gamm vert réaménagés pour accueillir des magasins Frais d'ici

Au niveau distribution, Arterris exploite également 34 magasins de jardinerie Gamm vert sur un territoire qui s'étend du Gers à la Région Paca. Seulement, fait remarquer le directeur général, "la jardinerie, c'est très saisonnier l'activité se situe principalement au printemps". La société a donc décidé de réaménager le magasin Gamm vert de Foix dans l'Ariège et depuis le mois de novembre 400 m2 sont réservés à l'enseigne Frais d'ici. Ce magasin vend des produits frais (fruits et légumes, produits laitiers, viande, pain) avec pour particularité que 70% de l'offre vient de l'ex-région Midi-Pyrénées. Le premier magasin-pilote Frais d'ici avait déjà ouvert en 2014 à Portet-sur-Garonne. Mais pour la première fois, Arterris testait cette enseigne dans un Gamm vert. Les résultats sont très concluants pour le président d'Arterris Régis Serres : "Nous avons réalisé    1,2 million d'euros de chiffre d'affaires depuis l'ouverture en novembre".

arterris

Régis Serres, président d'Arterris, (à gauche) vise trois à cinq ouvertures d'enseignes Frais d'ici par an (Crédit : Rémi Benoit).

Désormais, Arterris veut accélérer l'implantation de magasins Frais d'ici dans des Gamm vert. "Nous visons trois à cinq ouvertures par an soit une vingtaine de magasins concernés d'ici cinq ans", annonce Régis Serres. D'autant que, comme le fait remarquer Jacques Logie "comme nous détenons ces magasins Gamm vert, le seul investissement nécessaire correspondent à des coûts d'aménagement". Si les produits frais sont locaux, il est en revanche plus compliqué d'y vendre des produits bio : "la plupart des produits bio sont importés, cela n'aurait pas beaucoup de sens de faire un magasin Frais d'ici avec des produits cultivés à l'étranger", avance Arterris.

Des produits frais dans des Gamm vert et pourquoi pas demain... dans des Jardiland. En effet, depuis octobre 2017, Invivo et Gamm Vert ont ouvert des discussions pour acquérir Jardiland.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2018 à 1:17 :
plus compliqué d'y vendre des produits bio : "la plupart des produits bio sont importés, cela n'aurait pas beaucoup de sens de faire un magasin Frais d'ici avec des produits cultivés à l'étranger", avance Arterris.

C’est une blague ou de la mauvaise fois ? Heureusement il y a plein de producteurs et de vente directe bio pour démentir cette propagande d’un pseudo groupe «Cooperatif »...
Réponse de le 24/01/2018 à 8:47 :
Bonjour, j'abonde dans le sens de eco responsable. Des régions comme l'occitanie sont de gros producteurs de bio , la filière continue fort heureusement de se développer. Ce qui manquait jusqu'à présent, ce sont des distributeurs structurants. Si Arterris vend du frais de proximité, il trouveront forcément des produits frais en bio et des filières ne manqueront pas de se développer à proximité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :