Le Stade toulousain lance une nouvelle ouverture de capital

 |  | 516 mots
Lecture 3 min.
Didier Lacroix, le nouvel homme fort du Stade toulousain.
Didier Lacroix, le nouvel homme fort du Stade toulousain. (Crédits : Rémi Benoit)
Les actionnaires du Stade toulousain ont validé lundi 18 décembre une ouverture de capital pouvant aller jusqu'à 5 millions d'euros. Le club de rugby est en proie à un déficit récurrent et doit également se conformer à la nouvelle réglementation de la ligue nationale en matière de réserves financières.

Les actionnaires du Stade toulousain ont voté à une large majorité une proposition d'augmentation du capital de 5 millions d'euros pour les 26 mois à venir a annoncé le président du directoire, Didier Lacroix, à l'issue d'une assemblée générale des actionnaires qui s'est tenue lundi 18 décembre.

Pour rappel, actuellement le capital du club de rugby est réparti de la manière suivante : 48% des parts sont détenues par l'association Stade toulousain rugby, 25% par l'association des Amis du Stade, 11% par Fiducial (entré en capital en 2014 lors de la dernière recapitalisation) et le capital restant étant entre les mains de petits porteurs.

Le club confronté à un déficit chronique

Figurant parmi les plus gros budgets du Top 14 (29,9 millions cette saison), le Stade Toulousain doit faire face à une situation financière tendue depuis plusieurs années, avec un déficit récurrent. Arrivé en poste en juillet, Didier Lacroix avait négocié en amont un accord avec la société de marketing Infront pour renflouer les caisses à hauteur de 3,5 millions.

"Grâce à cette opération exceptionnelle, les comptes du club sont bénéficiaires à hauteur de 200 000 euros. Mais si l'on met de côté cet accord, le déficit est de plus de 3 millions d'euros pour cet exercice", indique à La Tribune Didier Lacroix.

Le Stade toulousain contraint par la LNR d'avoir au moins 2 millions d'euros de réserves

Par ailleurs, la Ligue nationale de rugby (LNR) impose désormais aux clubs d'avoir un fonds de réserves correspondant à 20% de la masse salariale en terme de joueurs.

"Au Stade toulousain, la masse salariale représente environ 10 millions d'euros, il faut donc avoir 2 millions d'euros dans ce fonds de réserve. À ce jour, le Stade toulousain dispose de 3,4 millions d'euros de fonds propres. On voit bien que si le club est déficitaire dans les années à venir au-delà d'un million d'euros, cela peut susciter des inquiétudes", poursuit-il.

"Gérer, c'est prévoir", complète Didier Lacroix pour qui cette quatrième augmentation de capital dans l'histoire du club doit permettre au club d'investir notamment pour augmenter la surface des espaces de réception, appliquer une nouvelle stratégie de merchandising mais aussi de pouvoir signer de nouveaux joueurs. "En attirant les meilleurs joueurs, le public sera plus nombreux", ajoute-t-il.

 Actuel sixième du Top 14, les Toulousains engagés dans le Challenge Cup, espèrent retrouver les phases finales du championnat et la grande Coupe d'Europe la saison prochaine. De bons résultats sportifs qui permettraient au club toulousain de sortir la tête de l'eau sur un plan économique.

À noter que les représentants de Fiducial étaient absents de l'assemblée générale, comme le mentionnait Mediacités. L'actionnaire a tout de même envoyé un ordre de vote "contre toutes les résolutions présentées en assemblée générale" précise Didier Lacroix. Pour autant, le président veut minimiser l'événement : "Sur les 200 actionnaires du club, seuls 20 sont venus à l'assemblée générale. Fiducial est un actionnaire minoritaire, même s'il est le plus grand actionnaire privé du club".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :