Coworking : un nouveau Lab’oïkos ouvre à Toulouse

 |   |  425  mots
Ce Lab'oikos inclura un espace de coworking, du matériel d'impression 3D, ainsi qu'un incubateur.
Ce Lab'oikos inclura un espace de coworking, du matériel d'impression 3D, ainsi qu'un incubateur. (Crédits : Rémi Benoit)
L’entrepreneur Rémi Demersseman-Pradel poursuit son projet d’Oïkosystème. Après avoir ouvert un premier lieu de travail (Lab’oïkos) à Toulouse en mai dernier, il vient d’en inaugurer un deuxième, dans le quartier Saint-Aubin. Ce nouvel espace, de 3 000 m2, sera notamment composé d’un incubateur dédié à la RSE à partir de la rentrée. Une première en France.

Mercredi 29 juin, l'entrepreneur toulousain Rémi Demersseman-Pradel a présenté son deuxième espace de coworking (Lab'oïkos) dans le quartier de Saint-Aubin. Deux mois plus tôt il avait inauguré le premier, situé rue de la Pomme.

"Nous voulons que cet espace soit un point de repère pour les personnes qui souhaitent avoir une démarche vertueuse pour l'entreprise au niveau social et environnemental", explique Rémi Demersseman-Pradel, le fondateur du lieu et d'Oïkosystème.

Ce nouveau Lab'oïkos, d'une surface totale de 3 000 m2, sera entièrement accessible à partir du printemps 2017 (fin des travaux). Aujourd'hui, seuls 350 m2 sont mis à disposition des entreprises et autres salariés. L'espace actuellement disponible se compose de postes de coworking, de salles de réunions mais également d'un plateau média (studio d'enregistrement télé et radio). En effet, l'oïkos de Saint-Aubin accueillera l'Institut Supérieur de Journalisme de Toulouse.

laboikos Saint-Aubin

La fin des travaux au sein de l'ancien garage Renault où se situe actuellement le Lab'oïkos de Saint-Aubin. © Rémi Benoit.

Une fois les travaux achevés, le lieu inclura des salles de conférences pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes, du matériel d'impression 3D ainsi qu'un incubateur.

"Premier incubateur dédié à la RSE en France"

En effet, l'espace de coworking disposera d'un incubateur qui ouvrira ses portes à partir de septembre 2016. C'est également à cette date que sera lancé le premier appel à projets à destination des jeunes entrepreneurs innovants. Sa mission : "héberger toute société proposant un service ou produit en accord avec la responsabilité sociétale des entreprises (RSE)."

Pour sa première promotion, l'incubateur vise une dizaine de sociétés au profil varié tel que des commerces ou des groupes industriels.

"L'espace de coworking, ouvert au grand public, nous permettra de sensibiliser les 'Oikonautes' à notre incubateur, souligne Rémi Demersseman-Pradel. C'est le premier incubateur dédié à la RSE en France."

laboikos Saint-Aubin

Le tiers lieu possède également un Oïkos café et un lieu de restauration. © Rémi Benoit.

Incubées au minimum deux ans, les entreprises auront également accès à Bankapart, dont Rémi Demersseman-Pradel est actionnaire. Cette fintech toulousaine offre la possibilité à des entreprises de mettre leurs fonds en commun et de partager leurs trésoreries.

Comme dans tout incubateur, les entreprises bénéficieront aussi de conseils, de mentorat, de formation ainsi que d'un financement pouvant aller de 3 000 à 10 000 euros.

À terme, Rémi Demersseman-Pradel compte ouvrir une quarantaine de Lab'oïkos dans les principales métropoles françaises et ainsi créer un réseau national. Les prochaines ? Nantes et Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :