Snam, le leader européen du recyclage de batteries est... aveyronnais

 |   |  813  mots
Éric Nottez préside la Snam
Éric Nottez préside la Snam (Crédits : Snam)
La société aveyronnaise Snam vient de lever 12 millions d'euros pour développer avec le CEA Tech de Toulouse une technique innovante pour recycler les batteries usagées. À terme, 25 000 tonnes de produits seront traités chaque année. L'entreprise envisage par ailleurs des dizaines de recrutements et l'ouverture d'usines en Asie ou en Amérique latine d'ici à 2020.

Téléphones portables, voitures électriques... que deviennent les batteries usagées de ces produits ? En France, 20 % d'entre elles sont recyclés. À Viviez, dans l'Aveyron, la Snam (Société nouvelle d'affinage des métaux) s'est spécialisée dans ce business depuis la fin des années 70. Elle se charge de reprendre les batteries, de récupérer les métaux présents à l'intérieur avant de les réutiliser. Pour l'essentiel, il s'agit de batteries de portables (50 % de l'activité) ou d'éléments industriels comme les trains (44 %), le restant provenant du marché émergent des véhicules hybrides (6 %). Au fil des années, la Snam est devenu le leader européen du recyclage de batteries, affichant 12 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014. Chez les constructeurs automobiles, aussi bien Peugeot, que Volkswagen ou BMW travaillent avec la société aveyronnaise. Dernièrement, la Snam a également décroché le marché des véhicules hybrides de Toyota, Honda et PSA.

Un procédé innovant pour le recyclage

En juin dernier, l'entreprise a franchi un nouveau cap en réalisant une levée de fonds de 12 millions d'euros : 8,7 millions via une augmentation de capital et les 3,3 millions restants ont été...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2016 à 21:17 :
Quid des batteries de véhicules électriques (lithium/...) ? Il parait qu'elles n'ont pas de devenir une fois épuisées, dommage, pas écologique du tout. Si ce problème peut se régler, ça serait formidable. Il faudrait un jour, comme les choix des matériaux plastique dans les autos (variété réduite, tracés), prévoir comment déconstruire plus tard ce qu'on fabrique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :