Biocenys, la Scop qui met des ruches dans les entreprises

 |   |  838  mots
Une ruche est installée dans l'entreprise toulousaine 3X Consulants
Une ruche est installée dans l'entreprise toulousaine 3X Consulants (Crédits : DR)
La coopérative toulousaine Biocenys a déjà implanté plus d'une centaine de ruches en entreprise depuis sa création en 2012. Les sociétés y voient un moyen de valoriser leur démarche RSE et les apiculteurs, de leur côté, disposent d'un complément de revenus.

Les ruches fleurissent depuis quelques années sur les toits urbains, sous l'impulsion des municipalités. Les abeilles commencent désormais à essaimer au sein même des entreprises. La Scop toulousaine Biocenys, fondée par Emmanuelle Parache, s'est lancée sur ce créneau dès 2012. Titulaire d'un diplôme de TBS et d'un DESS en marketing, la cheffe d'entreprise a participé à la création de plusieurs startups avant de s'intéresser à l'apiculture. Au lancement de Biocenys, elle a un objectif en tête : sensibiliser à la biodiversité avec l'implantation de ruches au sein des entreprises. La coopérative commence alors à commercialiser des kits "clés en main" pour accueillir les abeilles en milieu urbain. La ville (voir aussi l'encadré) est d'ailleurs un milieu particulièrement adapté pour ces insectes avec un temps plus sec et moins de pesticides qu'à la campagne:

"Les ruches peuvent être installées sur les toits ou dans les espaces verts des sociétés. L'idée, c'est qu'elles soient visibles. Un salarié est nommé correspondant du projet et il est prévenu dès que l'apiculteur vient s'occuper des abeilles. Les entreprises peuvent aussi organiser un événement au moment de la récolte en présence de leurs salariés et clients pour distribuer des pots de miel", détaille Emmanuelle Parache.

Lisser les revenus des apiculteurs

Pour installer et entretenir les ruches, l'entreprise va débourser environ 4 000 euros par an. Pour le moment, une centaine de ruches a déjà été installée, principalement dans les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. À Toulouse, le concept a séduit notamment Veolia ou 3X Consultants, entreprise spécialisée dans la formation informatique. Cet investissement peut ensuite être valorisé dans le cadre d'une démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises) :

"Il n'y a pas de retombées économiques en tant que telles, observe Monique Frambourg, directrice associée de 3X Consultants, qui dispose de trois ruches depuis 2013. Cette initiative permet surtout de fédérer les salariés autour du projet. Certains peuvent être amenés à surveiller les ruches. Lors de la récolte, nous avons distribué des pots de miels aux salariés ainsi qu'aux clients. Les visiteurs qui viennent sur le site nous posent également énormément de questions. Les seules retombées sont en termes d'image. Les grands groupes investissent dans la RSE mais c'est beaucoup...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :