Sigfox : ces mauvais résultats financiers qui ont mené au redressement judiciaire

Niveau d'endettement, résultats, chiffre d'affaires... La Tribune révèle en exclusivité les chiffres qui ont conduit Sigfox jusqu'au redressement judiciaire mercredi 26 janvier auprès du tribunal de commerce de Toulouse. Plus que jamais, les performances économiques de la société qui développe un réseau bas débit dédié à l'internet des objets étaient rouges écarlates.

6 mn

En redressement judiciaire, Sigfox est dans le rouge depuis plusieurs années.
En redressement judiciaire, Sigfox est dans le rouge depuis plusieurs années. (Crédits : Rémi Benoit)

Un mercredi noir ? Il y a 24 heures, la société Sigfox faisait savoir dans un bref communiqué son placement en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Toulouse, avec une période d'observation de six mois. Un des facteurs qui ont mené à cette décision de Jérémy Prince, le nouveau directeur général de Sigfox après l'éviction de Ludovic Le Moan, serait le "niveau d'endettement" de l'entreprise qui développe un réseau bas débit, appelé 0G, pour l'Internet des Objets (IoT).

Lire aussi 5 mnInternet des objets : Sigfox en redressement judiciaire

"En décembre dernier, la direction a commencé à exprimer en interne d'importantes difficultés financières auprès des salariés. Sigfox a toujours cultivé cette logique de transparence avec ses collaborateurs mais l'inquiétude était déjà là avant l'officialisation hier (mercredi 26 janvier, ndlr)", témoigne une dirigeante toulousaine proche de cette société emblématique du monde de la tech locale et régionale.

Mais quelle était l'ampleur des difficultés financières de Sigfox évoquées ici ? La Tribune a pu avoir accès aux comptes de cette star déchue de la French Tech, publiés entre 2017 et 2020, elle qui ne communique plus aucun chiffre depuis 2018.

Plus de 150 millions d'euros de dettes fin 2020

Selon les documents consultés par La Tribune, le niveau d'endettement de Sigfox (évoqué par sa direction comme l'une des causes de son redressement judiciaire) avait atteint un niveau record en 2020. Selon les comptes publiés par la société, à la fin de l'année 2020, les dettes dépassaient les 153 millions d'euros, dont 118 de  dettes financières. Et la crise sanitaire n'a certainement pas amélioré la statistique malgré les mesures préventives prises par Sigfox comme le chômage partiel ou le report de paiement des charges sociales et fiscales, et la souscription à un PGE de 7,5 millions d'euros selon les comptes de 2020.

À titre de comparaison, les dettes totales de la pépite toulousaine atteignaient la somme de 105 millions d'euros à la fin de l'année 2019. En l'espace de 12 mois donc, celles-ci ont bondi de 48 millions d'euros. À la fin de l'année 2018, Sigfox n'était endettée qu' à hauteur de 75 millions d'euros.

"Nous savions depuis des années que Sigfox rencontrait des difficultés financières, donc nous nous attendions à ce placement en redressement judiciaire et même, on s'y était préparé. Ils ne pouvaient pas tenir très longtemps dans ces conditions, ce n'était pas possible...", réagit à chaud Henri Bong, le dirigeant d'Unabiz, le partenaire opérateur de Sigfox à Taïwan et Singapour qui gère 1,2 million d'objets connectés avec le réseau bas débit français.

Plusieurs années à la suite dans le rouge...

Parallèlement à ce niveau de dettes élevé, Sigfox a accusé des pertes importantes avant la crise de la Covid-19. La société est donc entrée fragilisée dans la crise sanitaire. La mère fondatrice de la 0G affichait un résultat net en 2017 de -16,3 millions d'euros, -14,9 millions en 2018, -30,8 millions en 2019, avant de multiplier par trois à la fin de l'année 2020 et dépasser les 90 millions d'euros de pertes.

"La société a historiquement subi des pertes. Au 31 décembre 2020, la société a déclaré une perte nette de 90,7 millions d'euros. Les pertes d'exploitation pourraient se poursuivre dans un avenir prévisible, car la société se concentre sur sa stratégie de développement de son chiffre d'affaires et doit encore investir significativement dans plusieurs projets de développement. Historiquement, la société a financé une partie de ses activités par le biais de financement par capitaux propres ou par emprunt", écrit la direction de Sigfox dans son rapport portant sur les comptes de la société à fin 2020.

À la fin de l'année 2020, le chiffre d'affaires de la société était de 24,2 millions d'euros, contre 43,3 millions d'euros à la fin de l'année 2018. Bien qu'importante, cette différence s'explique par le recentrage des activités de Sigfox, qui a fait le choix d'abandonner le développement d'un réseau d'antennes bas débit dans le monde entier au profit du tracking (localisation des objets pour améliorer les flux logistiques) et du metering,  une activité nécessaire pour effectuer, par exemple, des relevés à distance sur des réseaux d'eau ou d'énergie. Preuve que ce changement de modèle économique est certainement gagnant, le chiffre d'affaires était en croissance entre 2019 (21,8 millions d'euros de chiffres d'affaires) et 2020, bien que cela soit insuffisant à court terme pour répondre aux besoins en liquidités de la structure.

Lire aussi 6 mnInternet des objets : Sigfox à l'heure de la rationalité

"La société poursuit sa stratégie de recentrage sur son cœur de métier qui est le développement de la connectivité en ayant pour projet de céder courant 2021 son réseau français et américain ce qui lui permettra également de financer son activité. La société a également la possibilité d'utiliser la dernière tranche de 10 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement (BEI) et se prépare à une levée de fonds fin 2021-début 2022", faisait savoir la direction de l'entreprise dans ce même rapport.

Dans le même temps, l'EBITDA de Sigfox, n'était pas au mieux, s'affichant à -13,7 millions d'euros en 2020, contre -24,3 millions en 2019, selon les documents consultés par La Tribune.

Une réduction des effectifs obligatoire

Au final, après avoir vendu son réseau d'antennes allemand en 2021, la vente de son réseau français était en bonne voie avant de capoter ces dernières semaines, précipitant la mise sous protection du tribunal de commerce de Toulouse, selon nos informations.

Lire aussi 4 mnSigfox: ce deal raté qui a précipité la chute

"Si la société n'est pas en mesure de lever des capitaux supplémentaires ou de disposer d'une partie de ses actifs, en montants suffisants pour financer ses activités, elle pourrait ne pas être en mesure de réaliser ses actifs et de régler ses dettes dans le cadre normal de son activité", avait d'ailleurs prévenu la direction fin 2020 dans le bilan de ses comptes.

Néanmoins, pour se dégager des liquidités, Sigfox a pour mémoire réalisé un PSE de 47 personnes (dont 25 départs volontaires) au cours de cette même année 2021. À cette même période, le montant des salaires et les charges sociales associées représentaient 93,8% du chiffre d'affaires de l'entreprise toulousaine, rendant inévitable la réduction des effectifs quelques mois plus tard... Désormais, Sigfox et ses 350 salariés sont dans l'attente d'un repreneur, et ce dans les six mois. Le compte à rebours est lancé.

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.