Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : la commission d'enquête émet un avis défavorable sur le projet

 |  | 935 mots
Lecture 5 min.
Les travaux pour le prolongement de la LGV devaient commencer en 2017. (Crédits : RFF / Christophe Recoura)
Les travaux pour le prolongement de la LGV devaient commencer en 2017. (Crédits : RFF / Christophe Recoura) (Crédits : RFF / Christophe Recoura)
Les projets de liaisons à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax portés par le Grand projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO) s'attirent un avis défavorable de la commission chargée de l'enquête publique. Signe que ce dossier à 9,4 milliards d'euros, qui patine déjà depuis plusieurs années, risque de s'enliser pour de bon.

Déjà fragilisé par un tour de table financier incomplet et de fortes oppositions, non seulement au Pays basque mais également en Lot-et-Garonne, le Grand projet ferroviaire du Sud Ouest (GPSO), qui prévoit laconstruction de deux lignes à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse, et Bordeaux Dax, dans la perspective de la liaison avec l'Espagne, vient de prendre un nouveau mauvais coup sur la tête avec l'avis défavorable que vient de rendre la commission chargée de l'enquête publique. Dans un communiqué qui vient de nous parvenir, la préfecture d'Aquitaine précise que l'enquête publique, qui s'est déroulée du 14 octobre 2014 au 8 décembre, a finalement émis « un avis défavorable sur le projet de déclaration d'utilité publique des travaux des lignes nouvelles Bordeaux Toulouse et Bordeaux Dax ». Le préfet explique que, conformément au code de l'Environnement, il va diffuser ce rapport « à l'ensemble des communes où s'est déroulée l'enquête, en leur demandant de le tenir à la disposition du public pendant un an ».

Jusqu'à 2016

Dans le même temps, le préfet va adresser copie du rapport et des conclusions au maître d'ouvrage (SNCF -Réseau). Ce dernier devra ensuite formuler ses propres observations sur le rapport de la commission d'enquête.

« Après recueil de l'ensemble de ces éléments, le préfet transmettra au ministre chargé des transports le rapport de la commission d'enquête, ainsi que les observations du porteur de projet. Il y adjoindra un rapport présentant le déroulement de l'enquête publique, son analyse des conclusions de la commission d'enquête, et son avis sur le projet » détaille la préfecture.

Le gouvernement dispose d'un délai de 18 mois après la clôture de l'enquête publique, soit jusqu'au 18 juin 2016, pour se prononcer, après avis du Conseil d'Etat, sur la déclaration d'utilité publique du projet ».

L'État en première ligne

Rappelons que la commission chargée de cette enquête publique préalable à la déclaration d'utilité publique était présidée par Daniel Maguerez et qu'elle comptait 21 commissaires enquêteurs nommés par le tribunal administratif de Bordeaux, dont des retraités (gendarmerie, police nationale, etc.) et trois actifs (agriculture, conseil). Cette commission d'enquête devait également enquêter sur la mise en compatibilité des documents d'urbanisme dans les 71 communes d'Aquitaine concernées par le premier volet du GPSO : Bordeaux -Toulouse, qui doit être mis en service en 2024, la jonction avec Dax étant planifiée pour 2027. Les commissaires enquêteurs se sont rendus dans 115 lieux différents et ont tenu pas moins de 239 permanences d'information. Plombé par des divergences de vue entre certaines des 50 collectivités appelées à cofinancer cet énorme chantier à parité avec l'Etat, le GPSO se voit aujourd'hui opposé un avis défavorable dont on ne connaît pas encore le détail et qui va pousser le gouvernement à faire un nouvel effort sur le plan politique, mais peut-être aussi financier, ce dont il aurait sans doute volontiers fait l'économie.

Les réactions à Toulouse

Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées, Alain Juppé, président de Bordeaux Métropole, et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole ont réagi conjointement pour regretter cette décision :

"Le grand Sud-Ouest de la France est sous-équipé au niveau ferroviaire depuis des décennies alors que des régions voisines comme Rhône-Alpes sont bien mieux dotées. Seules de nouvelles lignes vers le Sud permettront de répondre aux besoins croissants de mobilité de nos territoires".

"Ce n'est pas une surprise, la majorité des membres de la commission sont contre le projet, estime pour sa part Jean-Louis Chauzy, président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser). Mais 2% de la population ne peut pas remettre en cause des décisions validées par l'ensemble des grandes collectivités."

Jean-Louis Chauzy ajoute: "l'État s'est engagé à financer ce projet". Il précise qu'un colloque sur les modalités financières des grandes infrastructures dont la ligne à grande vitesse sera organisé courant février 2016.

De son côté, le ministre des Transports Alain Vidalies a appelé à ne pas tirer de conclusions hâtives :

"Le maître d'ouvrage, SNCF Réseau, dispose désormais d'un délai de quatre mois pour répondre à ces conclusions. C'est à ce moment là seulement que l'Etat sera saisi de l'intégralité des conclusions et de cette réponse. Le gouvernement sera appelé à prendre sa décision dans un délai de dix-huit mois, après avis du Conseil d'Etat. Le respect de cette procédure impose aujourd'hui l'absence de toute conclusion prématurée tirée de l'avis de la commission d'enquête publique."

C'est "une bonne nouvelle" estime en revanche le député européen José Bové qui a réagi sur son compte Twitter.

Guillaume Cros, le président du groupe Europe Ecologie - Les Verts au conseil régional de Midi-Pyrénées se réjouit également de cette "bonne nouvelle":

"Enfin, on nous écoute ! Cela vient confirmer ce que nous disons depuis le début. La LGV est une véritable aberration. Maintenant, des décisions politiques doivent être prises pour que soit aménagé l'existant, en préservant les trains du quotidien. Car oui, il faut que le TGV arrive à Toulouse. Mais arrêtons de fantasmer sur une LGV".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 18:03 :
Il y a peu de temps j'étais dans un TGV entre Paris et Toulouse. Je passais le temps dans le wagon bar en regardant le paysage entre Bordeaux et Agen. Les deux contrôleurs se sont installés à deux pas de moi et ont discuté:
Contrôleur 1 : Pouhh c'est pas trop tôt, encore 1 heure et on devrait être à Toulouse.
Contrôleur 2 : T'es pas fou, sur celui là on s'arrête à Agen et à Montauban.
Contrôleur 1 : T'as raison, on va encore perdre 25 minutes.
Contrôleur 2 : C'est mieux de faire le train d'avant, au moins on s'arrête pas.
Contrôleur 1 : Ouais tu as raison, les arrêts, ça casse la vitesse. Faudrait un train qui parte de Paris et qui s'arrête à Toulouse. Même Bordeaux faudrait pas s'arrêter.
Contrôleur 2 : Bordeaux? Ah t'as raison, Bordeaux c'est le pire, t'as plein de gens qui descendent et plein qui montent. Ca n'en finit pas.
Contrôleur 1 : Ouais, pour gagner du temps, il faudrait un train qui s'arrête jamais. Qui parte mais qui s'arrête pas. Enfin, qui s'arrête au bout mais pas entre, tu vois, ce que veux dire, non?

Le paysage était superbe et les contrôleurs n'avaient pas vraiment tort. Leur rêve c'est d'avoir un avion qui roule sur des rails en gros. Ils ont pas tort. ca pourrait intéresser Airbus...
a écrit le 31/03/2015 à 17:00 :
Cette Ligne L.G.V Bordeaux-Toulouse est un facteur de Dynamisation de cette région, avec des répercussions économiques positives sur toute la région. Il faut densifier tout l'hexagone de lignes L.G.V, et renover les lignes classiques et Ouvrir le capital de la S.N.C.F à 40% par mise sur le marché à destination de l'actionnariat populaire, après redressement, et alignement de ses régimes spéciaux, et affilliation au régime Général et complémentaire. Les voies navigables sont également sous exploitées. L'Etat faute de réformes emprunte pour son fonctionnement quotidien !! comme un ménage emprunterait pour acheter son pain de chaque jour, au fardeau des jeunes générations actives présentes et à venir, au détriment de l'emprunt sain pour l'investissement dans leur avenir. Les Pouvoirs de Droite-Centre et de Gauche IRRESPONSABLES se moquent de l'avenir, sauf électoral, Y Compris la Véritable Extrème Gauche F.N (lire le programme économique et social de ce nouveau parti d'extrème gauche toute)
a écrit le 31/03/2015 à 16:47 :
il y a la rentabilité intrinséque des TGV, il y a les effts pervers environnants et les gains induits : il y a 150 aéroports en france, fortement subventionnés par les CCI (coût total pour le citoyen ?), environ 50 aéroports avec des lignes rapide pour les rejoindre suffiraient, avec quels gains totaux qui vont aider à financer les TGV ? donc quelle amélioration de rentabilité des TGV qui arrivent centre ville ? et quels gains en CO2, car à écouter ces énarques à oeillières, les avions doivent absorber le gaz carbonique et émettre de l'oxygène !!
quand est ce qu'on va avoir des études sérieuses avec une vraie vision d'ensemble et nettoyée d'approches politiciennes ??? marre des ces avis orientés parce que la collectivité de l'autre bout n'a pas la bonne couleur politique !!! scandaleux d'incomptétece et de gaspillages de nos deniers !!! marre des cette dictature politico-administrative !!!
il faut des référendum avec des scénarios chiffrés en coûts complets !!!
a écrit le 31/03/2015 à 16:21 :
En voiture de Toulouse à paris il faut 6h30 mn en respectant les vitesses imposées par le code de la route.

En TGV il faut 5h30mn puis arrivé à montparnasse il faut trouver un taxi.

Prendre l'avion à Toulouse Blagnac il faut arriver au moins 2 heures avant le départ une fois arrivé à Paris il faut trouver un taxi .

En fait, il n'y a aucun temps de gagné par rapport à la voiture si ce n'est la fatigue mais en voiture nous pouvons partir à 4 personnes et conduire 150 à 200 kilomètres chacune sans s'arrêter ou presque.

Pourquoi Marseille est à 3 heures de Paris , Lyon et bordeaux à 2 heures et Toulouse à 5h30 par le TGV;

Je suppose que Mr BOVE en tant que député Européen ne va pas à Bruxelles à velo, il consomme du carburant et voyage gratuitement que ce soit en train en avion en voiture au frais du contribuable d'ailleurs où en est le résultat de son bilan carbone dépensé? Mr BOVE montrez nous l'exemple du respect de l'écologie avant tout , vous voulez juste protéger les propriétaires de terres agricoles qui ne rêvent que d'une chose vendre leur bien à l'état pour faire du fric l'écologie il n'en n'ont rien à cirer . Revenons alors comme au bon vieux temps ou un Toulousain voulant se déplacer à paris partait en train de nuit pour être sûr d'arriver à l'heure sur Paris mais alors arrêtons de faire des trains classiques avec des toilettes sales, des couchages et assises de mauvaise qualité et au fait ce ne sont pas les bus qui vont braver la vitesse sur les routes tout en étant le transport le moins cher.
Réponse de le 31/03/2015 à 17:19 :
en réponse à cuistot31: vous n'habitez pas Agen, Castelsarrasin et j'en passe!!!. A quoi le TGV leur servirait il? A rien, car ils seraient moins bien desservis que maintenant et ils devraient changer pour remonter sur paris. La LGV vers la côte basque? la ligne Bordeaux -Hendaye est parcourue à 200km/h aujourd'hui, vous gagneriez combien de temps avec la LGV et pour quel trafic !!! demandez aux usagers des gares du TGV Paris -Marseille qui n'habitent pas dans ces 2 gares, l'intérêt. Les villes intermédiaires sont moins bien desservies qu'avant, avec moins de dessertes et plus de changements. Si, en plus, ces villes intermédiaires ne sont pas desservies par la gare centrale mais par une gare délocalisée en pleine campagne, l'intérêt est alors proche de zéro. Je ne suis pas écolo mais étais utilisateur des chemins de fer: je ne le suis plus: pour 2 raisons: il faut payer ces infrastructures coûteuses et non rentables: résultat, le prix d'un billet est monté en flèche d'une part, et deuxio, l'absence de train de nuit, qui contrairement à ce que vous annonciez, faisait gagner du temps et permettait de profiter de WE complets en particulier aux fonctionnaires mutés en majorité sur la RP. (je n'en étais pas un) . De plus, vous qui habitez Tls, Avec le TGV vous payez le billet via Bdx et Tours, ce qui doit augmenter (normalement) le prix par rapport à la ligne classique via limoges. C'est vrai qu'ils espèrent aussi créer Limoges -Poitiers, ce qui est encore plus ridicule que les 2 autres !!!!!
a écrit le 31/03/2015 à 12:32 :
il faut que le TGV arrive à Toulouse mais sans LGV, Pourquoi un TGV si la ligne ne permet pas de rouler à grande vitesse?
Réponse de le 31/03/2015 à 14:06 :
Très juste dans votre commentaire et abusif dans le propos de M. Cros puisqu'au demeurant, il y a déjà depuis la création de la LGV Atlantique (portion Paris-Tours) des TGV qui relient quotidiennement Paris à Toulouse, mais pour un temps de trajet supérieur à 5 heures. Il y a également des rames TGV qui se dirigent vers Lyon empruntant là aussi la LGV Méditerranée. Néanmoins, là encore les temps de trajets restent très important du fait que la LGV n'y est que partielle.
a écrit le 31/03/2015 à 12:14 :
Le problème d'une LGV c'est qu'elle est tellement chère à construire que ça oblige à vendre des billets hors de prix. Entre la concurrence des compagnies aériennes à bas couts et bientôt celle des bus, le TGV va souffrir.
a écrit le 31/03/2015 à 11:05 :
Le TGV est une belle réalisation technique très chère qui ne doit pas se transformer en autorail pour faire plaisir à quelques élus. Le TGV EST le dernier construit n'est lui-même pas viable dans un premier temps mais il relit STRASBOURG et l'EUROPE à PARIS et est chargé de symboles politiques. Il ramène de plus confortablement et rapidement nos élus qui siègent au parlement européen "comptables" de leur temps qu'ils sont.
Réponse de le 31/03/2015 à 16:36 :
+++++
Parfaitement exact!
a écrit le 31/03/2015 à 9:20 :
Si la LGV ne se réalise pas entre Bordeaux et Toulouse, il s'agira quand même de prévoir des aménagements suffisants pour qu'au moins :
- Bordeaux - Toulouse se fasse en 1h30 maximum (sinon les gens vont continuer à prendre la voiture),
- Toulouse-Narbonne soit aménagée de la même manière,
- Le nombre de train par Bordeaux ou par Limoges ne baisse pas (et au contraire augmente),
- La section toulouse-castelnau d'estretefonds soit quand même mise à 4 voies pour faire un vrai RER,
- la gare Matabiau soit profondément remaniée.
Réponse de le 31/03/2015 à 9:47 :
les gens ne prennent plus le train , parce que c est trop cher Agen Tonneins (30 KM) 8,5 euros. jamais a l heure quand ils ne sont pas annulé. arrêtons avec ses lignes TGV qui ne servent a rien . a part enrichir BOUYGUES ne pas oublié que cette LGV est prévue pour être payer par les contribuables mais en concession auprès de cette entreprise. enfin vue le pris pour gagner soit disant une demi heure
Réponse de le 31/03/2015 à 10:59 :
Avez-vous bien lu mon message avant de faire ce commentaire en réponse ?
a écrit le 31/03/2015 à 8:33 :
serait-ce tout bêtement, la protection de l' aéroport chinois ??????
a écrit le 30/03/2015 à 22:08 :
Rappelons que des associations se battent depuis cinq ans.
http://lgv-legislatives-2012.over-blog.com/
Nous avons été les premiers à annoncer publiquement l'info.
La bataille continue. jean paul damaggio
a écrit le 30/03/2015 à 21:09 :
ce projet de TGV vieux de 10 ans và partir aux oubliettes et ceci grace a ce cher Malvy plus aristo que socialo au vrai sens du terme,Moudenc ne fait que subir la nullité des gauchistes du S.O qui apparemment n'ont rien compris et qui font preuve d'un handicap cérébral vù qu'ils sont en minorité sur le plan national,seulement voilà "d'un bourricot on n'en fait pas un cheval de course" .Après les élections de 2017 si le pouvoir passe a droite ,je pense que la région toulousaine ne recevra pas beaucoup d'aide financière de l'état ,et on continuera a incriminer Moudenc "trop facile",il faut sortir Airbus de Toulouse et le transférer dans une région de droite qui veut travailler et là peut-être que les gauchistes irréductibles fossoyeurs d'emplois et le reste changerons leur fusil d'épaule.
Réponse de le 31/03/2015 à 20:27 :
durant 5 ans, j'ai travaillé sur le tram de Bdx: des absurdités ont été faites en raison des politiques: des coûts astronomiques pour desservir Bacalan, un quartier déshérité qu'il fallait désenclaver. Cela a engendré des problèmes techniques insurmontables alors que maintenant les Bassins à flots vont être aménagés mais sans tram!!!!! Et pourquoi, les techniciens comme moi, n'ont pas eu à dire leur point de vue, il a fallu faire plaisir à notre client :la CUB et en France, tout est comme ça. Oui aux technocrates, non aux techniciens!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :