Démographie : Toulouse, ville française la plus dynamique

 |   |  491  mots
Toulouse reste la ville française numéro 1 sur le plan démographique, selon l'Insee.
Toulouse reste la ville française numéro 1 sur le plan démographique, selon l'Insee. (Crédits : Rémi Benoit)
L'Insee vient de publier sa dernière étude de recensement de la population française. Selon l'institut, Toulouse reste la ville française la plus dynamique sur le plan démographique, avec 5 620 nouveaux habitants par an en moyenne entre 2011 et 2016. Une attractivité métropolitaine qui profite également au département de la Haute-Garonne et à la région Occitanie. Décryptage.

La Ville rose serait-elle en train de devenir le petit coin de paradis français ? La réponse pourrait bien être oui au regard de la dernière étude statistique de l'Insee sur le recensement démographique français. Publié le 27 décembre, cette étude démontre que Toulouse est la ville française qui a gagné le plus d'habitants entre 2011 et 2016. D'après l'institut, la capitale régionale de l'Occitanie aurait ainsi accueilli en moyenne 5 620 nouveaux habitants sur cette période, annuellement. Au total, la population de la Ville rose s'établit désormais à 475 438 Toulousains (contre 447 340 en 2011). À titre de comparaison, Montpellier ne compte que 281 613 habitants.

"Par sa qualité de vie, son dynamisme et sa solidarité forte pour que les réussites profitent à tous, Toulouse conforte son titre de champion de France de la démographie. C'est un encouragement et un défi : nous devons accueillir toujours plus d'habitants, le faire dans de bonnes conditions tout en préservant l'identité de nos quartiers. C'est tout l'enjeu de notre plan de transports en commun le plus ambitieux de France après Paris, et de notre nouvelle réglementation de construction de logements (PLUIH) que nous adopterons en 2019", a réagi Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole.

La 4ème ville de France profite surtout de l'attractivité de son agglomération, riche d'un fort tissu économique, après être devenue la 5ème agglomération française début 2018 en devançant celle de Nice. Un nouveau statut qui tend à s'affirmer. Avec 13 100 habitants nouveaux en moyenne chaque année, entre 2011 et 2016, l'agglomération toulousaine abrite 957 750 âmes au 1er janvier 2016, contre 892 115 en 2011. Ce qui représente une croissance annuelle de + 1,4%.

Lire aussi : Immobilier : comment Toulouse fait sa mue (1/7)

Le département et la région suivent le rythme

Par conséquent, cet accroissement démographie important profite naturellement au département de la Haute-Garonne. Ce dernier reste ainsi le département qui abrite le plus d'habitants dans la région. Selon l'Insee, on dénombre 1 348 183 Hauts-Garonnais au 1er janvier 2016, contre 1 260 226 en 2011. Cette différence représente une hausse annuelle moyenne de la population de +1,4% également, entre 2011 et 2016.

Porté également par l'attractivité de Montpellier et son agglomération, le département de l'Hérault affiche des statistiques intéressantes avec une croissance démographique de +1,3% entre 2011 et 2016. Ainsi, le second département d'Occitanie en terme de population compte 1 132 183 habitants désormais.

Malgré deux départements très dynamiques, la région Occitanie reste seulement la 5ème région de France (sur treize) avec 5 808 435 habitants début 2016 (contre 5 573 466 en 2011). Elle a ainsi gagné en moyenne 47 000 nouveaux habitants entre ces deux dates, ce qui représente une croissance annuelle de +0,8%, soit le double face à celle observée au niveau national (+0,4%). Seule la Corse devance l'Occitanie sur son dynamisme démographique.

recensement 2018 insee

L'agglomération toulousaine et le littoral sont les bassins de vie qui abritent le plus d'habitants en Occitanie, selon cette étude de l'Insee.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2019 à 10:53 :
C'est effectivement une ville très agréable et dynamique malgré les contraintes logiques de difficultés pour circuler. En revanche la Mairie et les maires de quartier souvent un peu parachutés devraient plus s'investir pour préserver les quartiers comme le dit JL Moudenc. Dans le quartier de Tlse St Simon ce n'est pas respecté. Les permis de construire aux promoteurs immobiliers pleuvent. La Mairie n'anticipe pas la démographie, ne préempte rien et nous manquons d'une école, sans terrain pour en construire une alors que des centaines se sont vendus ces 2 dernières années. Nos enfants vont être entassés, privés de terrain de sport pour ajouter des préfabriqués. Une pétition justifiée est en cours pour que JL Moudenc qui s'auto félicite de sa ville, traduise ses paroles en actes (mais les principales réussites de cette année il les doit à des projets initiés par son prédécesseur). Si vous êtes toulousains vous pouvez agir en signant la pétition : http://chng.it/tbRhPNPfgMv .
a écrit le 15/01/2019 à 21:14 :
Fini la belle ville, on y vit depuis 5 générations, j'ai vu la décadence de la ville rose et son agglomération, j'espère que comme quelqu'un a dit que l'évolution d'un fruit abîmé va le faire pourrir.. Suis très heureux pour les doryphores qui viennent se repaître de cet eldorado
a écrit le 05/01/2019 à 8:45 :
Pas de quoi se vanter de l’augmentation de la population.
Plus de naissances c'est plus de classe surchargées, donc une plus mauvaise éducation, plus de chômeurs dans vingt ans, plus de logements à construire, plus de routes, plus de surfaces commerciales, d'équipements divers, plus de dépense d'énergie, plus de besoins en tout genre, et de moins en moins d'espaces naturels.
Réponse de le 05/01/2019 à 21:29 :
René l'optimiste!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :