Une chaire en hommage à Bernard Maris pour penser l’économie autrement

Sciences Po Toulouse vient de lancer une chaire Bernard Maris, en hommage à l'économiste toulousain assassiné lors de l'attaque terroriste contre le journal Charlie Hebdo en janvier 2015. Ce regroupement international d'économistes citoyens doit permettre de développer "l'économie autrement" d'une part et l'idée d'une "économie citoyenne" d'autre part. Des idées portées par un homme qui s'est construit dans la Ville rose.

2 mn

Un hommage avait été rendu à l'économiste dans la Ville rose en 2015.
Un hommage avait été rendu à l'économiste dans la Ville rose en 2015. (Crédits : Rémi Benoit)

Le 7 janvier 2015, la rédaction du journal Charlie Hebdo, était décimée par une attaque terroriste. Même si cet événement tragique se déroula à Paris, Toulouse fut touchée également. Parmi les victimes, figurait Bernard Maris.

Né à Toulouse en 1946, ce dernier publiait régulièrement des chroniques économiques dans le journal satirique sous le pseudonyme Oncle Bernard. Avant d'en arriver là, ce journaliste, écrivain et économiste reconnu s'est formé dans la Ville rose.

Élève au lycée Pierre-de-Fermat puis diplômé de Sciences Po Toulouse en 1968, Bernard Maris obtient ensuite un doctorat en sciences économiques à l'université Toulouse-I en 1975. Son parcours lui permettra de devenir dès 1994 enseignant-chercheur au sein de Sciences Po Toulouse, le restant plusieurs années. Pour cette raison, l'établissement a décidé de lui rendre hommage à travers une chaire académique.

Développer l'économie sous une autre forme

Lundi 19 novembre, le directeur des lieux, Olivier Brossard, a présenté l'antenne toulousaine de la chaire Bernard Maris, puisque l'école Sciences Po de Paris avait déjà lancé cette initiative début 2016. La chaire fera ainsi l'objet d'un co-portage structurel entre les deux établissements.

"À Paris, la chaire est plutôt comme un lieu d'animation citoyenne et
d'action éducative. Ici, elle va fonctionner comme une véritable chaire académique d'équipes organisant des recherches sur les mutations économiques, sociales et sociétales liées aux innovations technologiques et organisationnelles", précise Olivier Brossard.

Encadrée sur le volet scientifique par le chercheur Ron Boschma, la chaire aura principalement deux missions à réaliser à travers ses travaux et ses actions, à savoir développer "l'économie autrement" et "promouvoir une économie citoyenne". Des thèmes chers à Bernard Maris qui critiquait ouvertement l'économie de marché du temps de son vivant.

100 000 euros de budget annuel

À ce titre, certaines institutions politiques locales n'ont pas hésité à soutenir financièrement cette structure qui aura un budget annuel de 100 000 euros.

"Le Conseil départemental apporte son soutien hors compétence pour des raisons essentiellement politiques. Il faut lutter contre la marchandisation des actes humains, contre l'ubérisation et la course au profit en remettant l'humain au centre du projet. Bernard Maris portait le message d'une économie sociale et solidaire afin de contrer cette économie libéraliste qui nous mène dans une impasse aujourd'hui", justifie Georges Méric, le président du Département de la Haute-Garonne.

Des propos partagés par la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, qui soutient également la chaire de Sciences Po Toulouse.

"Avec cette chaire, nous allons continuer à développer sa pensée économique, celle d'une économie citoyenne qui englobe tous les habitants d'un territoire et non pas seulement une minorité", explique l'élue régionale.

La chaire tiendra son forum de lancement jeudi 29 novembre autour de la politique régionale d'innovation, au sein de l'amphi Bernard Maris de la CPAM de Toulouse.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.