Natacha Laurent quitte la direction de la Cinémathèque de Toulouse

 |   |  390  mots
Natacha Laurent
Natacha Laurent (Crédits : DR)
Déléguée générale de la Cinémathèque de Toulouse depuis 2005, Natacha Laurent quitte ses fonctions. Elle retourne à l'Université Jean-Jaurès où elle est maître de conférences en histoire du cinéma depuis 1998.

Fin de la bobine pour Natacha Laurent. La déléguée générale de la Cinémathèque de Toulouse quitte ses fonctions après 10 années passées à sa tête. "Natacha Laurent a décidé de réintégrer l'Université Toulouse Jean Jaurès", a expliqué simplement le conseil d'administration de l'institution présidée par Martine Offroy.

Nommée en 2005, à la suite de Pierre Cadars, "Natacha Laurent a œuvré avec enthousiasme et professionnalisme pour développer l'institution et son rayonnement tant au niveau régional, que national et international", précise le communiqué.

L'intéressée n'a pas souhaitée commenter pour le moment cette décision. Elle va donc retourner à l'Université Jean-Jaurès, où elle est maître de conférences en histoire du cinéma depuis 1998.

Spécialiste du cinéma russe et soviétique, auteure de plusieurs essais sur le cinéma, agrégée d'histoire et diplômée de Sup de co Paris, Natacha Laurent s'était installée à Toulouse en 1991 en raison de l'important fonds de films russes détenu par la Cinémathèque. Fondée en 1964 par Raymond Borde, la Cinémathèque de Toulouse est la plus importante de France après celle de Paris. Ses archives contiennent 40 000 films, 70 000 affiches, 500 000 photos, et 2 000 scénarios.

Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres

Au cours de sa décennie aux manettes, Natacha Laurent a été à l'initiative des "Serial apéros" dans la cour de la Cinémathèque, pendant le festival Zoom Arrière, ainsi que des séances en plein air plébiscitées par le public.

Reconnue dans le milieu du cinéma, elle a participé en 2006 au jury de la Caméra d'or du Festival de Cannes, présidé par les frères Dardenne, puis, en 2007, au jury de Cinemed, Festival International du Cinéma Méditerranéen de Montpellier. La ministre de la Culture et de la communication lui a décerné le grade de Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres, en juillet 2013.

Son successeur devra en tous cas respecter ces mots de Raymond Borde, le fondateur de la Cinémathèque de Toulouse :

"Nous ne cherchons pas dans les films anciens je ne sais quel plaisir morose d'archéologue, nous y cherchons ce qui nous touche : la liberté, la poésie, l'amour."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :