Baptiste Robert, le hacker toulousain qui vous veut du bien

 |   |  981  mots
L'hacker éthique toulousain Baptise Robert aime découvrir l'envers du décor des applications numériques.
L'hacker éthique toulousain Baptise Robert aime découvrir l'envers du décor des applications numériques. (Crédits : Rémi Benoit)
Un discret ingénieur toulousain est devenu en deux ans un hacker star en Inde et aux Etats-Unis en révélant des failles de sécurité majeures sur des applications. En France, Baptiste Robert alerte notamment sur les faiblesses de StopCovid. Rencontre avec un trentenaire qui prône un "hacking éthique", pour ouvrir les yeux des citoyens sur la sécurité des données personnelles.

Baptiste Robert aurait pu toucher un gros chèque en vendant au plus offrant ses trouvailles. Pas une semaine ne s'achève sans que cet ingénieur de 31 ans, installé à Toulouse depuis la fin de ses études à l'Enseeiht, ne révèle une faille informatique. Tout a commencé en 2017 quand il parvient à obtenir les droits absolus sur un smartphone Oneplus.

"En branchant le téléphone à l'ordinateur, j'obtenais un terminal de commande, je pouvais accéder à tous les dossiers de toutes les applications et les données personnelles", se remémore-t-il.

L'attention médiatique explose à partir de janvier 2018 lorsqu'il pointe les béances de sécurité du système d'identification de la population indienne fondé sur la biométrie (Aadhaar). Il devient alors une star dans ce pays, invité sur les chaînes de télévision pour débattre de l'outil gouvernemental, désormais au cœur d'une polémique brûlante. "C'est assez irréel la popularité que j'ai en Inde. On me dit qu'on parle de moi à la machine à café", rapporte Baptiste Robert.

Un hacker éthique

Pourtant, ce discret ingénieur n'est pas spécialement à la recherche de la gloire. Freelance pour une startup...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 16:36 :
c'est bien de faire du white hacking
cela dit, les gens payent alexia et consors pour qu'on puisse venir les espionner chez eux, alors la demarche prete a sourire
du bon vieux temps de la stasi et de ceaucescu, on se faisait poser des micros pour etre espionne par des gens aux valeurs morales irreprochables car pas liberales et conformes a sartre; c'etait finalement assez complique!
de nos jours les gens deboursent pour en beneficier!
a écrit le 04/06/2020 à 16:03 :
IL n'y aura jamais de sécurité sur internet étant un réseau ouvert, jamais, alors certes on peut empêcher que le voisin d'en face pille notre FB mais pas qu'un pays ou une multinationale ou tout autre gros groupe de pression aux moyens financiers important nous prennent nos données, le réseau est ouvert vous le savez très bien.

Bon c'est votre business aussi hein ok, mais qu'au moins, du fait d'un minimum d’honnêteté, vous avez l’air d'être intelligent, vous militiez pour que chaque citoyen puisse acquérir l'entière propriété de chaque donnée qu'il génère, ce qui semblerait logique dans une démocratie mais tout le monde est en train d'acter que nous ne sommes pas en démocratie, nous sommes en dictature financière en train de s'approprier, en plus de tout le reste, nos données.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :