Qui est Ludovic Le Moan (Sigfox) le Toulousain qui veut "détrôner Google" ?

 |   |  1203  mots
Ludovic Le Moan souhaite qu'une IoT Valley se créé autour de Sigfox.
Ludovic Le Moan souhaite qu'une IoT Valley se créé autour de Sigfox.
Ludovic Le Moan, CEO de la société Sigfox (Labège), a une ambition : conquérir le monde. Avec son réseau bas débit pour les objets connectés, le chef d'entreprise a surpris le monde des télécoms et poursuit son maillage du globe, avec une longueur d'avance sur ses concurrents. Qui est ce quinquagénaire "rebelle", qui s'apprête à réaliser "la plus grosse levée de fonds d'Europe" ? Comment vend-il sa technologie, quels sont ses projets pour la Tic Valley ? Ludovic Le Moan partage sa vision d'entrepreneur.

Invité ce jeudi de la dernière Matinale Objectif News de l'année, Ludovic Le Moan a répondu ce matin aux questions d'Emmanuelle Durand-Rodriguez (La Tribune-Objectif News) et Gaël Gueguen (TBS). Celui qui a reçu lundi 8 décembre le prix La Tribune-Objectif News du Décideur de l'année lors des Grands Prix de l'Économie, a joué franco :

"Je suis un rebelle, j'ai bien conscience d'être un personnage clivant, mais je suis entier. L'expérience m'a enseigné qu'on ne peut pas plaire à tout le monde."

Aujourd'hui CEO de Sigfox (6 millions d'euros de chiffre d'affaires, 75 salariés), Ludovic Le Moan, 51 ans, est ambitieux et déterminé. Ses modèles : Steve Jobs ou Xavier Niel. Son objectif : déployer son réseau bas-débit pour objets connectés dans le monde entier. Une idée et une technologie qu'il doit à l'ingénieur toulousain Christophe Fourtet.

"Christophe voulait déployer un réseau mondial bas-débit pour connecter entre eux des milliards d'objets, alors que tout le monde avait les yeux rivés sur le très haut débit. Soit il mentait, soit c'était un génie."

La suite prouve qu'il ne mentait pas.

La planète connectée

Aujourd'hui, Sigfox a installé 1 400 antennes en France. L'Espagne, la Grande Bretagne, les Pays-Bas et très prochainement le Portugal, l'Italie, la Belgique, la Suisse, l'Allemagne et la Pologne seront équipés. 25 pays d'Afrique seront également couverts d'ici à la fin de l'année. Prochaines étapes : l'Amérique du Nord et l'Asie.

"La Corée a décidé de connecter 100% de son territoire. Nous y avons installé 5 000 bornes, même en sous sol, dans les garages, c'est exceptionnel." Objectif, "faire du papillon (le logo de Sigfox, NDLR) le symbole de l'IoT (Internet des objets) dans le monde", et pourquoi pas, détrôner Google.

"C'est ce qui excite mes collaborateurs au quotidien. Mais Google, comme Facebook ou les grands acteurs du secteur des télécoms, sont restés dans un modèle hégémonique, dépassé et simpliste. Ils se contentent du Wifi et du Bluetooth et ne comprennent pas l'intérêt d'un réseau supplémentaire. Pourtant notre technologie, très économe en énergie, permet d'utiliser a minima les batteries des objets et répond donc à une vrai problématique."

Une situation qui ne dérange pas vraiment le chef d'entreprise :

"Mon but n'est pas que Google entre au capital de Sigfox, du moins, pas de suite. Car le jour où Google aura tout compris de ce que l'on veut faire, ce sera un danger pour nous. Ils pourront déployer notre techno dans le monde entier en très peu de temps car ils auront la puissance financière pour le faire."

Ludovic Le Moan estime en effet qu'il lui faudra 500 millions d'euros pour couvrir le monde entier. "Pour eux, c'est l'équivalent d'une pièce jaune."


56 pitchs autour du monde

Afin de réaliser une importante levée de fonds (aux alentours de 100 millions d'euros), Ludovic Le Moan a réalisé ces derniers mois un tour du monde des investisseurs. "J'ai pitché 56 fois Sigfox." Résultat : "les interlocuteurs intéressés sont les plus atypiques". Le tour de table doit être clos avant Noël, et l'actionnariat de Sigfox va changer, avec l'arrivée au capital de grands opérateurs télécoms mondiaux, d'industriels, et d'investisseurs africains et asiatiques. "Ce sera la plus grosse levée de fonds en Europe", prévient le CEO.

3 000 euros pour une antenne Sigfox

Comment l'entreprise, basée à Labège, gagne-t-elle de l'argent ? Tout simplement grâce à ses antennes :

"Nous vendons une licence d'exploitation et une station qui coûte 3 000 euros / pièce. C'est une antenne de 50 centimètres, posée en une heure et très peu consommatrice d'énergie, 25 milliwatts. Ensuite le client nous verse une redevance de 40% de son revenu."

Une fois que le réseau sera entièrement déployé, Sigfox devrait passer à une autre phase de son développement avec une application type "market place", "pour acheter, configurer et connecter toutes sortes d'objets". L'étape finale sera "la création d'un moteur de recherche".


Recrutement d'un "chief happiness officer"

Chez Sigfox, tous les salariés (75 aujourd'hui, plus de 200 dans les années à venir) travaillent, beaucoup, "mais on ne vit pas l'entreprise comme on devrait la vivre". Adepte d'un management innovant et inspiré des modèles américains, Ludovic Le Moan va donc recruter un chief happiness officer, "pour diffuser la culture d'entrepreneuriat dans l'entreprise". Il souhaite ainsi développer chez ses collaborateurs l'esprit d'initiative et d'innovation. Autre recrutement important, celui de la nouvelle présidente Anne Lauvergeon, en avril dernier.

"Elle permet de faire la traduction entre le conseil d'administration qui n'est pas toujours au fait des questions techniques et notre énergie, notre émotion." L'ancienne présidente d'Areva apporte aussi un carnet d'adresses considérable. "Elle est mondialement connectée, ce qui nous sera précieux en cas de négociations difficiles." L'expérience de la nouvelle présidente sera également utile lors de l'introduction au Nasdaq de Sigfox prévue en 2016.

Transformer la Tic Valley en IoT Valley

Président de la Tic Valley, Ludovic Le Moan a également de l'ambition pour l'accélérateur de start-up créé en 2012.

"Aujourd'hui, tout le monde veut créer son incubateur. On ne manque pas d'idées ni de technologies mais on manque d'entrepreneurs. Je voudrais apporter une nouvelle coloration à la Tic Valley en la transformant en IoT Valley. Sigfox pourra y contribuer financièrement et j'espère attirer d'autres industriels pour développer un écosystème des objets connectés."

La Tic Valley, en partenariat avec le Sicoval où elle est implantée, devrait s'agrandir dans les mois à venir et Ludovic Le Moan souhaite également y accompagner les entreprises prometteuses pendant "1 à 3 ans" au lieu de 6 mois. Pour favoriser la naissance rapide d'un véritable écosystème, l'entrepreneur a annoncé la création d'une fondation dès l'année prochaine, destinée à déployer le réseau, connecter des objets et des capteurs, de façon gratuite ou presque, "pour des causes humanitaires, sociales, environnementales". Objectif : étendre la portée de Sigfox.

"Plus il y a de réseau, plus il y aura d'objets connectés. Plus il y en aura, et moins ils seront chers à produire pour les PME. C'est un cercle vertueux."

La French Tech, une tarte à la crème

Impliqué dans l'écosystème local, le CEO de Sigfox a néanmoins rappelé sa circonspection vis-à-vis du projet French Tech. "Une tarte à la crème", a-t-il répété ce jeudi. "Un projet qui manque de structure, pas lisible." Le problème de cette labellisation, selon Ludovic Le Moan, "est de faire croire qu'en mettant dans un même panier les choses qui ne marchent pas, ça va marcher". En bon entrepreneur, il estime qu' "il faut raisonner efficacité, pas branding". Une prise de position qui n'a pas empêché French Tech Toulouse de le porter en exemple de réussite auprès de Paris. Sigfox, identifiée par la Mission French Tech comme une entreprise en forte croissance, pourra même bénéficier du Pass French Tech.

© photo Rémi Benoit

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2015 à 11:40 :
French Tech, French TIC, French IOT, French Touch, French Know How, Pass French Tech, French tech Toulouse... C'est la France qui gagne, façon post-combustion!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :