Le premier festival des arts numériques s'installe à Saint-Orens

 |   |  613  mots
La 1re édition du festival des arts numériques aura lieu du 6 au 8 juillet 2017
La 1re édition du festival des arts numériques aura lieu du 6 au 8 juillet 2017 (Crédits : DR)
Du 6 au 8 juillet, la ville de Saint-Orens, à côté de Toulouse va accueillir le premier festival des arts numériques. Au programme, trois jours rythmés par des conférences, des animations, des concerts et des expositions autour de la thématique de l'art dans le numérique.

La ville de Saint-Orens, près de Toulouse organise le premier festival dédié aux arts numériques. Pendant trois jours, du 6 au 8 juillet, des artistes, des conférenciers et des professionnels du numériques vont animer l'Espace Culturel Altigone.

"À travers ce festival nous voulons créer un marqueur territorial pour la commune de Saint-Orens. Nous avons également l'ambition de réunir le monde de l'entreprise et le monde de la culture, qui sont trop peu souvent liés", explique Dominique Faure, maire de Saint-Orens.

L'événement est quasiment intégralement financé par le mécénat. Au total, les organisateurs estiment à 150 000 € le budget total du festival, dont 100 000 € pris en charge par les mécènes (LP promotion, Altran, EDF, Berger Levrault entre autres) et 50 000 € environ par la municipalité.

"Une première édition est toujours risquée. Nous n'avons encore aucun objectif en termes d'affluence, nous espérons seulement réunir le plus de monde possible pour faire perdurer le festival sur plusieurs années. Si l'événement est réussi, nous souhaitons élargir son impact et viser un rayonnement régional", ajoute Dominique Faure.

De l'économie dans l'art : les moments à ne pas manquer

Des acteurs du monde économique et numérique seront présents durant ces trois jours. Sylvain Huin de FeelObject 3D, société spécialisée en fabrication additive, César Lapuente et Amaury La Burthe des studios de création 44Screens et Novelab by Audiogaming, et Jean-François Tosti de TAT productions seront présents à une table ronde animée par Matias Estano (chef de projet Starter à la Mêlée) sur le thème "Les startups de l'industrie créative et culturelle". La Compagnie du Code quant à elle apprendra aux enfants l'art du codage à travers des ateliers ludiques.

Dès le premier jour, le philosophe Raphaël Enthoven donnera une conférence sur la place de l'art dans le numérique. La musique sera également à l'honneur pendant ces trois jours. Plusieurs DJ et groupes seront présents, à l'image des Toulousains de Kid Wise qui donneront un concert le dernier jour du festival. Les organisateurs ont également pensé aux plus jeunes en proposant une avant-première gratuite du film d'animation "Les as de la jungle" de TAT productions le samedi 8 juillet à 20h30

Dans un autre registre, des artistes atypiques viendront partager avec le grand public leurs œuvres mêlant le numérique et l'art. Les participants pourront donc découvrir le travail pour le moins énigmatique du toulousain Gilles Azzaro que l'on surnomme le sculpteur de voix. Selon lui, son travail consiste à "mettre une image sur ce qui n'existe pas". Il présentera à Saint-Orens sa sculpture de la voix de l'ex-président des États-Unis, Barack Obama.

"Ma technique est brevetée. Grâce un programme informatique unique, une imprimante 3D et du fraisage numérique, j'ai reproduis l'empreinte vocale de Barack Obama durant un de ces discours sur l'importance du développement des fablabs et de l'impression 3D. J'ai d'ailleurs eu l'immense honneur de la lui présenter à la Maison Blanche", explique Gilles Azzaro.

Pour éveiller les sens visuels et sonores, Maïlis Gourdon et Xano Martinez laisseront le public s'essayer à leur art, en créant des mises en scène de son et lumière avec des instruments comme la harpe laser. Enfin, les festivaliers pourront également discuter par SMS avec la Joconde, tester et créer un monde de réalité virtuelle, admirer les œuvres de Alain Vaissière et Titouan Lamazou, faire de la musique avec une table numérique, danser avec un robot, et bien d'autres activités peu communes.

Lire aussi : Les startups de Toulouse auront un "creative district" en centre-ville

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :