Thomas Pesquet à la Cité de l’Espace pour le 30e Congrès mondial des astronautes

 |   |  730  mots
Thomas Pesquet sera là pour partager ses résultats scientifiques et les conséquences physiologiques de son séjour en impesanteur.
Thomas Pesquet sera là pour partager ses résultats scientifiques et les conséquences physiologiques de son séjour en impesanteur. (Crédits : ESA)
Du 16 au 20 octobre, plus de 120 astronautes seront réunis à la Cité de l’Espace pour la 30e édition de leur Congrès mondial. Pour son premier voyage dans la Ville rose depuis son retour de l’ISS, Thomas Pesquet sera de la partie, ainsi que Claudie Haigneré, la première Française dans l'espace.

Il est rare qu'autant d'astronautes, cosmonautes et taïkonautes soient réunis au même endroit. Cette année, c'est à Toulouse. Né en France en 1985, le Congrès mondial des astronautes revient la première fois dans l'hexagone pour sa 30e édition estampillée "L'espace est mon futur". Du 16 au 20 octobre, plus de 120 astronautes seront regroupés à la Cité de l'Espace pour des rencontres entre professionnels et avec le grand public. L'événement, organisé par la Cité, Toulouse Métropole et l'Association des explorateurs de l'espace (ASE) qui regroupe tous les hommes ayant effectué au moins une orbite terrestre dans l'espace, est placé sous le haut patronage du Cnes, Airbus et l'Esa sont partenaires officiels.

"Le thème 'Space is my future' nous a semblé comme une évidence pour le fil rouge du Congrès, souligne Jean-Baptiste Desbois, directeur général de la Cité de l'Espace. L'exploration du système solaire et l'Espace au service des hommes sont les deux grands axes de l'événement. En effet, les conquêtes de Mars et de la Lune fascinent le grand public comme les astronautes, et quoi de plus normal que de s'intéresser à ce que les voyages en impesanteur peuvent nous apporter en matière d'avancées scientifiques ?".

La première Française dans l'espace Claudie Haigneré de l'ESA, et Oliver Juckenhöfel de la société Airbus à propos du vaisseau spatial Orion, fait pour visiter la Lune, les astéroïdes ou Mars, seront notamment présents pour aborder cette thématique.

Rencontres avec les professionnels de la filière Espace

Tout d'abord, des sessions ouvertes sur invitation aux professionnels de la filière (étudiants, chercheurs, chefs d'entreprise) permettront aux astronautes partis dans l'espace cette année de partager leurs expériences. Thomas Pesquet sera là pour partager ses résultats scientifiques, les difficultés rencontrées à bord de la Station spatiale internationale (ISS) et les conséquences physiologiques de son séjour en impesanteur.

Le jeudi 19 octobre sera quant à lui consacré aux interventions auprès des scolaires. Lors de ce "Community Day", les astronautes se rendront par petits groupes de 2 à 5 dans les écoles, collèges, lycées et universités de l'académie de Toulouse et d'autres villes de France préalablement sélectionnées. Pour être retenu, un établissement doit porter un projet scientifique innovant qui sera présenté par les élèves aux astronautes. À ce jour, le jury à retenu 49 projets dont 17 sur Toulouse Métropole et 19 sur l'académie de Toulouse.

Ouverture au grand public

De plus, le dernier jour du Congrès aura comme une atmosphère festive. Après l'assemblée générale de clôture et des réunions entre astronautes par région du monde (Europe, Russie, États-Unis,...), la Cité de l'Espace a prévu des rencontres ouvertes au grand public et une surprise pour célébrer ses 20 ans.

Lire aussi : La Cité de l'espace, vitrine économique et touristique de Toulouse, fête ses 20 ans

"Le parc a en effet ouvert ses portes le 28 juin 1997, détaille Jean-Baptiste Desbois. C'est un beau cadeau d'anniversaire pour nous que de célébrer nos 20 ans d'existence en parallèle du premier retour en France du Congrès mondial des astronautes depuis sa création".

"Dîner avec un astronaute"

Jusqu'en 2011, la Cité de l'Espace accueillait 270 000 visiteurs par an, en 2016, ils sont plus de 320 000 et l'engouement pour Thomas Pesquet devrait faire exploser les statistiques pour 2017. Avec un chiffre d'affaires de 8,4 millions d'euros en 2016, le parc a financé 20% du Congrès dont le coût total s'élève à 480 000 euros. Le Cnes, l'Esa et des partenaires comme Renault, la Caisse des dépôts et consignations, la Caisse d'Épargne, l'Association des amis de la Cité de l'espace ou le Club Galaxie ont complété ce financement.

Par ailleurs, le parc a lancé l'opération "Dîner avec un astronaute" destinée aux entreprises de l'écosystème toulousain. Pour 1800€, plus de 70 sociétés ont réservé une table pour permettre à 7 ou 8 de leurs collaborateurs de dîner en compagnie d'un astronaute dans l'enceinte de la Cité de l'espace. Une initiative originale qui se démarque de la précédente édition viennoise, et qui pourrait donner des idées aux organisateurs biélorusses pour le Congrès 2018.

Lire aussi : Retour de Thomas Pesquet : éclat de joie à la Cité de l'espace

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2017 à 21:27 :
Super cet anniversaire; j'espère pouvoir venir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :