Inclusion numérique : Mounir Mahjoubi à l'écoute des initiatives près de Toulouse

 |   |  707  mots
Le secrétaire d'État au numérique, Mounir Mahjoubi, était de passage le 14 février à Labège pour rencontrer une poignée d'acteurs impliqués dans l'inclusion numérique.
Le secrétaire d'État au numérique, Mounir Mahjoubi, était de passage le 14 février à Labège pour rencontrer une poignée d'acteurs impliqués dans l'inclusion numérique. (Crédits : Rémi Benoit)
Le secrétaire d'État au numérique, Mounir Mahjoubi, était de passage jeudi 14 février à Labège, près de Toulouse, pour rencontrer une poignée d'acteurs impliqués dans l'inclusion numérique. L'agglomération toulousaine regorge d'initiatives en la matière. Tour d'horizon.

Éric Gayraud est professeur d'informatique à l'université Paul Sabatier à Toulouse. Il a eu l'idée de créer Numanis, un outil pour "rendre les sites web accessibles aux 40% de la population en difficulté numérique". "Internet c'est compliqué pour beaucoup de personnes. D'un site à l'autre, la présentation change, des pubs apparaissent et puis dans certains endroits une page va mettre beaucoup de temps à se charger", constate-t-il. Il a donc créé un module web, commercialisé depuis huit mois et adopté notamment par le site de l'agglomération de Castres, qui permet de simplifier n'importe quel site web.

"Les sites ont alors la même apparence et la même organisation. Il est possible de s'adapter aux différentes difficultés : grossir les caractères en cas de troubles visuels, appliquer des filtres de couleur pour les personnes daltoniennes, traduire automatiquement le site dans la langue maternelle de l'internaute... Ce système permet aussi de réduire le chargement d'une page d'une minute à une seconde, ce qui réduit notre empreinte carbone", a décrit Éric Gayraud jeudi 14 février devant le secrétaire d'État au numérique.

Un tour de France des oubliés du numérique

Mounir Mahjoubi faisait une étape à Labège dans le cadre de son "tour de France des oubliés du numérique" pour rencontrer une poignée d'acteurs impliqués sur cette thématique. "Ce que fait Numanis m'intéresse beaucoup. Je veux connaître ses tarifs", lance-t-il. Depuis le 23 septembre 2018, une directive européenne introduit l'obligation pour les sites appartenant à une instance publique d'être accessible aux personnes handicapées.

"Nous sommes en retard en France sur ce point et ce n'est pas acceptable. Nous n'allons pas redéployer de nouveaux sites. Par contre, utiliser des outils pour rendre accessible 80 à 90% du site, cela permet d'aller très très vite dans ces démarches", a estimé Mounir Mahjoubi.

mounir sicoval

Mounir Mahjoubi a rencontré des acteurs engagés dans l'inclusion numérique./ (Crédits: Rémi Benoit).

Le secrétaire d'État a également pu découvrir le projet de Gogowego. Cette startup toulousaine a développé une plateforme pour créer des chatbots (robots de conversation). L'outil a déjà été adopté par le Sicoval, la communauté d'agglomération du sud-est toulousain, la Région Occitanie ou encore les Métropoles de Toulouse et Montpellier. L'idée est que le chatbot réponde aux questions les plus répétitives des habitants et que les agents se concentrent sur les demandes plus complexes. Pour Antoine Aamarcha, fondateur de Gogowego, l'intelligence artificielle utilisée par les chatbots peut être un facteur d'inclusion numérique : "Si l'on peut appeler un numéro ou envoyer un SMS pour accéder à une information, cela permet de supprimer le passage par l'interface d'un site web, ce qui peut être utile aux personnes malvoyantes".

De son côté, l'association Cyberdicap forme les publics peu à l'aise avec le numérique. Parmi les formateurs, figurent des jeunes en situation de handicap à l'image de Romain, en fauteuil roulant. "Une personne atteinte de myopathie ne peut pas prendre une souris à la main mais peut former quelqu'un à la voix. Cela permet de normaliser le handicap", avance-t-il.

Le Sicoval signe une charte pour l'inclusion numérique

À l'issue de ces présentations, le secrétaire d'État au Numérique a signé une charte Territoire d'inclusion numérique avec le Sicoval. La collectivité s'engage sur six thèmes.

"Il s'agit de mettre à disposition des services publics innovants à ses citoyens notamment en relation avec les outils nationaux comme la plateforme Démarches simplifiées. La charte prévoit aussi la mise en place d'aidants numériques, d'une plateforme d'évaluation des compétences numériques en milieu scolaire, le déploiement d'un pass numérique pour financer des formations de médiation numérique mais aussi d'établir une cartographie des parties prenantes de la médiation numérique", détaille Mounir Mahjoubi.

mounir sicoval

Le Sicoval a signé une charge "territoire d'inclusion numérique" avec le secrétaire d'État au numérique./ (Crédits : Rémi Benoit).

Jacques Oberti, le président du Sicoval, a précisé que la collectivité teste actuellement aussi "Civicracy, un outil de civic tech pour favoriser la participation des citoyens".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :