Jacques Oberti croit en un accord pour financer la 3e ligne de métro et le PLB

 |  | 565 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Vincent Laratta / CD31)
Hier jeudi 14 janvier, à l'occasion de la cérémonie des vœux, le président du Sicoval Jacques Oberti a assuré que des discussions "apaisées et responsables" sont en cours avec Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse. Objectif : aboutir à un financement qui permettra de concilier 3e ligne de métro et PLB. Un changement de ton qui tranche avec les querelles de ces derniers mois.

Six mois après son arrivée surprise à la tête du Sicoval, après la démission pour raison de santé de Claude Ducert, Jacques Oberti imprime sa marque.

Le président de la communauté d'agglomération du Sud-Est toulousain et maire d'Ayguevives a prononcé hier ses premiers vœux devant un parterre de 450 personnalités, politiques, décideurs, journalistes, au centre des congrès Diagora. Dans son discours, l'élu est revenu sur la validation du PLB, principal sujet pour le Sicoval en ce moment. Loin des passes d'armes de ces derniers mois avec Toulouse Métropole, le discours a évolué.

"Avec Jean-Luc Moudenc, nous apprenons à nous connaître et nous travaillons à la construction d'un montage financier qui devrait permettre à la fois la réalisation du PLB et de la 3e ligne. Le mode de financement du PLB est acté, d'autant que la Région a annoncé 10 millions d'euros supplémentaires. Quant à la troisième ligne, c'est un super projet dont nous avons besoin aussi. Ma vision a quelque peu changé, c'est celle d'une grande agglomération, il faut absolument que l'on y arrive."

Ce qui semble avoir changé la donne pour le président du Sicoval, c'est la déclaration de Jean-Luc Moudenc. "Il a indiqué que si nous avions, au sein de Tisséo, les moyens de financer la 3e ligne, Toulouse Aerospace Express et le PLB, alors nous les réaliserions. Nous avons donc décidé de consacrer le mois de janvier à l'étude de cette faisabilité financière en dehors de tout esprit polémique, dans une relation responsable et apaisée", a assuré Jacques Oberti.

Des discussions auxquelles les élus de Toulouse Métropole avaient également fait allusion le matin même à l'occasion de leur propre cérémonie de vœux à la presse.

Une nouvelle gouvernance au Sicoval

En 2016, Jacques Oberti a par ailleurs indiqué son souhait de "rendre le Sicoval plus performant et attractif". Pour cela, il a décidé de créer un cabinet du président.

Pour le poste de directeur de cabinet, le casting est déjà fait. C'est Emmanuel Auger, actuel directeur général des services de la ville d'Escalquens, qui occupera cette fonction. Il sera nommé dès le mois de février. "Le Sicoval a longtemps fonctionné en étant replié sur lui-même. En créant cette nouvelle gouvernance au moment de la création de la nouvelle région, nous allons nous donner les moyens de développer des partenariats notamment auprès du monde économique", estime Jacques Oberti.

Autre nouveauté annoncée, la création d'une société publique locale d'aménagement (SPLA), dont la gouvernance sera partagée avec celle du Sicoval. Le président jacques Oberti a d'ailleurs précisé que le choix du directeur de la SPLA tiendrait compte des différentes sensibilités politiques de la communauté d'agglomération. Elle sera chargée notamment de porter le projet Innométro et se verra sans doute affecter l'aménagement de zones d'aménagements économiques d'intérêt communautaire.

Les projets d'aménagements urbains sont en effet aussi prioritaires pour le Sicoval. Outre l'achat du terrain stratégique de 12,5 ha au centre de Labège Innopole en décembre dernier, le Sicoval vient de réaliser en ce début d'année 44 ha de réserves foncières sur la future zone d'activité du Rivel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2016 à 16:05 :
Et comme dans TOUT "partenariat"-public-privé, l'usager va casquer. Mais tant que le "décideur" en profite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :