LGV Bordeaux-Toulouse : Carole Delga et Jean-Luc Moudenc reçus par Matignon ce vendredi

 |   |  355  mots
Carole Delga et Jean-Luc Moudenc seront reçus par le Premier ministre ce vendredi pour parler de la LGV.
Carole Delga et Jean-Luc Moudenc seront reçus par le Premier ministre ce vendredi pour parler de la LGV. (Crédits : Rémi Benoit)
Le Premier ministre Edouard Philippe recevra ce vendredi 9 février les présidents des Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie et les présidents des Métropoles de Bordeaux et de Toulouse. L'État doit trancher dans les prochains jours le calendrier de la ligne à grande vitesse entre les deux métropoles.

Après la publication du rapport Duron qui préconisait de décaler le calendrier des travaux de la LGV Bordeaux-Toulouse, les élus locaux avaient demandé être reçus par le président de la République Emmanuel Macron. Ce sera finalement au Premier ministre de recueillir leurs doléances. Édouard Philippe va échanger ce vendredi 9 février avec les deux présidents de Région (Alain Rousset en Nouvelle-Aquitaine et Carole Delga en Occitanie) et les deux présidents des métropoles (Jean-Luc Moudenc pour Toulouse et Alain Juppé pour Bordeaux).

Les élus plaident pour un début des travaux dès 2023

Le rapport Duron édité par le Conseil national des infrastructures (COI) a proposé jeudi dernier trois scénarios d'investissements ferroviaires sur les 20 ans à venir sur l'ensemble de la France. Suivant le scénario qui sera choisi dans les jours à venir par le gouvernement, le calendrier de la LGV Bordeaux-Toulouse, dont la mise en service était prévue pour 2024, sera totalement bouleversé. Ainsi le scénario 2 qui a les faveurs du COI envisage les travaux de la nouvelle ligne pour 2028-2032 sur la portion Toulouse-Agen et 2033-2037 entre Bordeaux et Agen.

Dans une déclaration commune, les élus expliquent que ce scénario intermédiaire ne leur convient pas : "Il n'apparaît pas pertinent : générateur de surcoûts, il diffère l'impact des gains de temps essentiels pour un report modal massif de l'aérien vers le rail". Avant d'ajouter : "La réalisation de cette LGV doit s'inscrire dans le scénario 3, le plus volontariste du rapport (qui prévoit de lancer les travaux sur les tronçons Toulouse-Agen et Bordeaux-Toulouse en même temps dans la période 2023-2027, NDLR)".

Carole Delga invitée de la Matinale de la Tribune ce jeudi

À noter par ailleurs que la présidente de la Région Occitanie Carole Delga est l'invitée de la Matinale de La Tribune organisée ce jeudi 8 février au Meeting Lab à partir de 8h30. Vous pouvez vous inscrire ici.

Lire aussi : Carole Delga est l'invitée de La Matinale organisée le 8 février par la Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2018 à 17:38 :
La LGV ne se fera pas car dans le contrat d'achat de l'aéroport aux chinois je pense qu'il est écrit qu'il n'y aurait pas de concurrence du TGV un certain nombre de passagers de l'aéroport lui sont assuré pour amortir sont investissement et dégager un maximum de profit pour plusieurs années.
En lisant dans le jeux de Macron qui petit à petit se dessine, Toulouse Blagnac et parti pour être l'aéroport du grand ouest ou un certain nombre de vols vers la Chine le moyen orient et les États Unis sont programmés et la navette d'airfrance et un maillon de ce processus.
a écrit le 06/02/2018 à 13:47 :
La nouvelle LGV Paris-bordeaux cartonne est Air France ne sait plus comment faire pour stopper l hémorragie...elle va finir par arrêter cette liaison trop coûteuse polluante etc comme elle l'a faite pour Paris-Strasbourg ou le TGV à tous prix car moins cher et présentant tous les avantages.Il faut absolument continuer la construction des LGV Paris vers Toulouse et finir la Rhin Rhône.
a écrit le 05/02/2018 à 18:54 :
Sans nouveau TGV, sans nouvelles centrales nucléaires, sans nouvelles autoroutes : plus d'appels d'offres, comment nos élus vont-ils faire pour générer les commissions nécessaires à leur vie politique ? .Ce ne sont pas des places de parking, une ou deux piscines ou mosquées, des vélos-communs, quelques éoliennes, et de malheureux rond-points qui pourront être suffisants. Un drame, la ruine en somme.
a écrit le 05/02/2018 à 18:21 :
A condition de laisser Mr le Prince annoncer SA décision de faire ils ont une chance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :